Après la conférence de Marseille, quelle place pour la Turquie au sein de l’Union pour la Méditerranée (UPM) ?


La conférence ministérielle de Marseille des 3 et 4 novembre 2008 a eu au moins pour mérite de convaincre que l’Union pour la Méditerranée (UPM) était véritablement lancée. Officiellement, certes, cette union avait déjà été inaugurée par le Sommet de Paris, le 13 juillet 2008 (notre édition du 19 juillet 2008), mais les blocages apparus depuis laissaient mal augurer de la réunion de Marseille.

Le projet d’UPM n’en est pas à ses premiers atermoiements. Après le scepticisme initial et un feu nourri de critiques venus de partenaires européens de la France (comme l’Allemagne) ou d’instances européennes (comme la Commission), la «reprise en main» dans un cadre institutionnel européen de ce que l’on appelle désormais «le Processus de Barcelone-Union pour la Méditerranée» avait permis d’espérer que ce projet prendrait enfin son essor. Mais, des crispations relatives à la structure concrète du «processus-union» en question sont à nouveau venues gêner son développement. Parmi elles, la question de la place de la Ligue arabe dans la future architecture institutionnelle de l’UPM a été sans doute la source des blocages les plus importants. Israéliens et Arabes n’avaient pas la même vision du rôle qui devait être celui de cette organisation dans ce cadre. Alors qu’elle participait déjà aux réunions des ministres euro-méditerranéens des affaires étrangères, la Ligue arabe, comme d’ailleurs les pays arabes du processus de Barcelone, estimaient qu’une instance régionale arabe avait un rôle à jouer au niveau exécutif, et que le statut d’observateur, qui lui était initialement dévolu, n’était pas suffisant. Ce désaccord a conduit à l’annulation des rencontres préparatoires à la conférence de Marseille, ainsi que de la première réunion ministérielle de l’UPM consacrée à la question de l’eau (qui devait se tenir le 29 octobre 2008).

Le projet d’UPM se voulait pragmatique. Se concentrer sur des projets concrets et sur des réalisations économiques, quitte à laisser de côté le politique, tel était le credo de la nouvelle union. Foin des questions qui fâchent comme les droits de l’Homme ou la démocratie qui étaient pourtant au cœur de l’esprit originel du Processus de Barcelone. Dans l’esprit de son promoteur, le Président Nicolas Sarkozy, c’est là ce qui faisait toute la spécificité du projet d’UPM. Pourtant, cette «dépolitisation» de l’Euromed n’a finalement pas vraiment eu lieu. Car le conflit israélo-palestinien est revenu par la petite porte, jetant une ombre sur tous les dossiers. Ainsi, force est de constater que l’UPM se retrouve confrontée aux mêmes problèmes que son «prédécesseur», et ce avant même d’être devenue opérationnelle.

Eu égard à cette situation et aux pronostics négatifs qui étaient avancés, il est rassurant qu’à Marseille, le 4 novembre 2008, les ministres des affaires étrangères des pays membres de l’UPM soient parvenus à un consensus fort. Tandis que la ville de Barcelone obtenait le siège de son secrétariat général, les ministres en question ont en effet décidé à l’unanimité que la Ligue arabe serait membre à part entière du «Processus de Barcelone-Union pour la Méditerranée», et ont concédé à Israël en contrepartie un secrétariat général adjoint. De tels résultats constituent indéniablement une avancée notable pour le projet. Toutefois, toutes conséquences de ces décisions ont-elles bien été envisagées ? Car, dans un contexte où le conflit israélo-arabe a polarisé toutes les attentions en donnant en fait une nouvelle dimension au projet, quelle sera la place des pays non arabes qui ne sont pas membres de l’UE, comme la Turquie ?

Depuis l’adhésion de Chypre et de Malte à l’Union Européenne, le Partenariat euro-méditerranéen s’est mué pour l’essentiel en un partenariat euro-arabe, et la Turquie s’est retrouvée assez isolée. Cette situation semble être appelée à se prolonger dans le cadre de l’UPM, et risque même de s’accentuer. Dans le même ordre d’idée, l’obtention par la Ligue arabe d’un droit de participation renforcera très certainement le poids de l’engagement arabe. Plus généralement, cela peut, en quelque sorte, contribuer à un élargissement de l’UPM à des pays qui n’ont pas vocation à en être membres officiels, notamment les pays du Golfe (Émirats arabes unis, Koweït, Oman, Qatar, Arabie saoudite…). L’UPM, qui se voulait, après le sommet de Paris, ouverte à 43 pays (sur la carte : les 27 membres de l’UE en bleu et les 16 pays non-membres de l’UE en vert) et déconnectée des conflits régionaux, semble en passe d’être dominée par les pays arabes et par des enjeux et des centres d’intérêt qui seront forcément les leurs. Dès lors, l’évolution que nous venons d’évoquer peut réduire à la portion congrue la place que pouvait espérer y prendre un pays comme la Turquie, par ailleurs réservé sur ce projet que certains avaient initialement présenté comme une alternative à son intégration dans l’UE.

Tout donne à penser néanmoins qu’Ankara ne se désintéressera pas de l’UPM et y jouera peut-être même un rôle important. Depuis quelque temps, en effet, la Turquie s’est ouverte à ses voisins arabes, et surtout, s’est impliquée dans la gestion des conflits de la région. Cette implication, en particulier le rôle de facilitateur qu’elle assume dans les négociations indirectes entre Israël et la Syrie, en font désormais un acteur de premier plan au Moyen-Orient, ce qu’elle n’était pas encore, l’année dernière. Ainsi, même si la Turquie n’a pas manifesté beaucoup d’intérêt jusqu’à présent pour l’UPM, il n’est pas interdit d’estimer qu’elle pourrait trouver en l’occurrence un espace d’expression supplémentaire pour sa nouvelle politique étrangère, ce qui ne serait pas pour déplaire à l’Europe intéressée, pour sa part, par les services d’un médiateur averti, dans une région complexe. Eu égard, aux acquis de la conférence de Marseille, il est donc important d’observer comment la Turquie va se positionner dans l’UPM, au cours des prochains mois.

Philippe Maurel


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.