«Yes we Cem» : Cem Özdemir élu à la tête des Verts en Allemagne

« Est-ce le Barack Obama de l’Allemagne ? » C’est en ces termes que le quotidien turc «Hürriyet» a accueilli l’élection, le 15 novembre 2008, du député européen allemand d’origine turc, Cem Özdemir, à la co-présidence des Verts, qui viennent de tenir leur congrès à Erfurt. Cem Özdemir, qui exercera cette fonction aux côtés de Claudia Roth (réélue pour sa part) a déclaré :

« Nous voulons oeuvrer pour une société où personne ne sera laissé de côté », avant d’ajouter : « peu importe que vos ancêtres soient du Kazakhstan, d’Anatolie ou qu’ils aient combattu les Romains à Teutoburg (la légendaire bataille qui vit les Germains anéantir 3 légions romaines de l’Empereur Auguste, en l’an IX Ap. J-C), tous ont la même importance ! »

Né en 1965 dans le Bade-Wurtemberg et issu d’une famille d’immigrés turcs arrivée en Allemagne dans les années 60, Cem Özdemir est élu en 1994, au Bundestag, où il devient avec Leyla Onur, le premier parlementaire allemand d’origine turque. Réélu en 1998, il exerce diverses responsabilités parlementaires avant d’être contraint de démissionner en 2002, suite à l’affaire Huntzinger, un scandale dont le ministre SPD de la Défense, Rudolph Scharping, est l’un des principaux protagonistes. On annonce alors la fin de la carrière politique de celui qui est devenu l’icône multiculturelle des Verts. Il est pourtant élu au Parlement européen en 2004 et se retrouve aujourd’hui à la tête d’une formation qui a vocation à être un parti de gouvernement aux côtés du SPD, notamment si le système gouvernemental actuel de grande coalition (CDU-SPD) est remis en cause par les prochaines élections générales, qui doivent avoir lieu en 2009. Les Verts sont, en outre, un parti bien implanté en Allemagne qui possède des positions régionales et locales importantes.

L’Allemagne compte environ 2 300 000 personnes d’origine turque, qui représentent plus de 3% de sa population totale. Toutefois, celles-ci sont peu représentées dans la vie politique. Jusqu’à présent aucunes d’entre elles n’a pu accéder au gouvernement fédéral et peu sont devenues des parlementaires. Le droit du sang et surtout l’interdiction de la double nationalité les gênent en outre dans l’obtention de la nationalité allemande, alors que beaucoup d’entre elles sont parfaitement intégrées. La coalition «Rouge-Verte» qui a gouverné l’Allemagne entre 1998 et 2005 a certes réformé le droit de la naturalisation mais elle n’est pas parvenue à une solution totalement satisfaisante. L’électorat d’origine turque peut désormais être estimé à 600 000 voix en Allemagne, ce qui représente 1,2% de l’électorat allemand total. Son poids politique a été l’objet de multiples polémiques et même de dérapages xénophobes, lors des dernières élections législatives, car le scrutin avait été très serré et n’avait pas départagé les deux principaux partis (SPD-CDU), les obligeant finalement à gouverner ensemble. Pendant la campagne de 2005, le SPD et les Verts avaient été accusés, en particulier, d’instrumentaliser l’électorat d’origine turque qui est réputé être plus favorable aux formations de gauche.

Pourtant si Cem Özdemir souhaite se battre pour l’amélioration du sort des laissés pour compte de la société allemande, il n’entend pas être le représentant d’une communauté ethnique. « On ne doit pas accéder à des responsabilités politiques en raison de ses origines », a-t-il répété ces derniers temps. Comme Barack Obama, le nouveau co-président des Verts, dont les partisans viennent d’ouvrir un réseau sur «Facebook» qu’ils ont baptisé «Yes we Cem», se définit comme un pragmatique qui est convaincu qu’un outsider a toutes ses chances s’il sait saisir les opportunités qui se présentent à lui.
Jean Marcou


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.