Attentat contre l’oléoduc Kirkouk-Ceyhan

L’oléoduc Kirkouk-Ceyhan a été fermé, suite à un attentat survenu en début de soirée, le 21 novembre 2008, dans le secteur de Midyat (province de Mardin – Sud-est de la Turquie). Les autorités turques ont attribué cet attentat à des rebelles kurdes.

Ce pipeline d’une longueur de 970 km, dont l’ouverture remonte à 1976, relie les champs pétrolifères de Kirkouk et de Mossoul, en Irak du nord, au port turc de Ceyhan, sur la méditerranée (sud-est de la Turquie). Sa capacité globale théorique d’évacuation de 30% du pétrole irakien est très réduite depuis une quinzaine d’années par la situation de guerre existant en Irak. De surcroît, son fonctionnement a été régulièrement affecté par des incidents techniques. Le 5 novembre dernier, une explosion due à un phénomène de surpression s’était encore produite sur un tronçon situé aux abords de Şanlı Urfa et avait provoqué une importante fuite de pétrole, faisant craindre la pollution du lac du barrage Atatürk, situé à proximité.

L’attentat, qui a touché l’oléoduc Kirkouk-Ceyhan, le 21 novembre 2008, risque de relancer les supputations sur les capacités de la Turquie à être la plaque tournante énergétique qu’elle entend devenir pour tirer profit de la situation chaotique au Moyen-Orient, et des pressions énergétiques que la Russie exerce sur ses fournisseurs centre-asiatiques ou sur ses clients occidentaux. Point d’aboutissement de cet oléoduc, Ceyhan, en effet, est aussi celui du fameux pipeline BTC, Bakou-Tbilissi-Ceyhan, qui est entré en service en mai 2006 et qui permet l’évacuation des pétroles de la Caspienne. Long de 1800 km, le BTC, qui a été préféré par les Américains à des évacuations via l’Iran ou la Russie, revêt une importance stratégique et symbolique majeure. On se souvient de l’émoi provoqué par l’incendie survenu, l’été dernier, au niveau de sa station de pompage de Refahiye (province d’Erzincan dans l’est de la Turquie). Cet incident, revendiqué par le PKK, avait pourtant été attribué à des problèmes techniques par les autorités turques et avait entrainé l’arrêt du fonctionnement du BTC pendant le mois d’août 2008. Entretemps la guerre russo-géorgienne avait fait surgir des craintes nouvelles sur la sûreté de ce tracé.

D’une portée réduite, l’attentat de Midyat survient néanmoins après plusieurs alertes et incidents sur des tracés énergétiques en Turquie, alors même que le PKK a menacé de s’en prendre à des cibles économiques. Dans le contexte des tensions qui affectent les provinces kurdes du sud-est de la Turquie, depuis plusieurs semaines, en avivant les interrogations sur la sécurité des nouveaux couloirs énergétiques turcs, la répétition de ce type d’incidents peut à terme entamer aussi l’argument stratégique que constitue pour Ankara l’atout énergétique, dans ses négociations d’adhésion avec l’UE.
JM


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *