Vecdi Gönül et les échanges forcés de populations de 1923

Le ministre de la défense turc, Vecdi Gönül (photo), a récemment été au cœur d’une polémique sur les fameux échanges gréco-turcs de populations de 1923. Alors qu’il se trouvait en Belgique pour participer à une rencontre entre les ministres de la défense de l’UE, il a prononcé un discours à l’ambassade de Turquie, le 10 Novembre 2008, à l’occasion de la célébration du 70e anniversaire de la mort d’Atatürk et exprimé des positions, pour le moins surprenantes, au sujet des minorités religieuses de la société turque.

«Souvenez-vous, avant la République, Ankara était composée de quatre quartiers : juif, musulman, arménien et grec… Quand j’étais gouverneur à Izmir, je me suis rendu compte que la Chambre de commerce n’avait été fondée que par des non musulmans. Il n’y avait aucun Turc parmi eux», a-t-il dit avant de s’interroger : «Pourrait-on avoir aujourd’hui le même Etat Nation, si la présence des Grecs dans la région égéenne et des Arméniens en plusieurs endroits en Turquie était similaire à ce qu’elle a pu être ? […] Je ne sais pas comment je peux expliquer l’importance des échanges de population qui ont eu lieu, mais si l’on regarde la situation antérieure, cette importance devient évidente. L’une des plus grandes réalisations d’Atatürk, qui a aboli le califat pour établir une nation, a été l’échange de population entre la Grèce et la Turquie en 1923 ».

Vecdi Gönül a ensuite ajouté que cette politique d’homogénéisation ethnique et culturelle avait été bénéfique à la fois pour la Grèce et pour la Turquie.

Ces propos ont provoqué la stupeur dans les milieux intellectuels turcs. Le professeur Başkin Oran, spécialiste de la politique étrangère turque et auteur, il y a 3 ans, d’un rapport sur les minorités, qui lui a valu un procès pour insulte à la turcité, a très vivement critiqué le discours du ministre de la défense à Bruxelles. Dans le quotidien pro-gouvernemental, «Today’s Zaman», le professeur Doğu Ergil, de l’Université d’Ankara, a mis également en évidence que de tels propos discriminatoires étaient menaçants et inquiétants pour l’ensemble de la société turque. Umut Ozkirimli, professeur à l’Université de Bilgi et auteur d’ouvrages sur le nationalisme en Turquie, a qualifié cette position de nationaliste et rétrograde, dans le quotidien turc de centre gauche «Radikal».

Certaines associations ont également élevé le ton. On peut citer, par exemple, la Ligue des droits des l’Homme, qui, par la voix de son directeur, Öztürk Türkdoğan, a considéré que

«les propos tenus par le ministre, parce qu’ils sous-entendent que les différences ethniques et religieuses dans un pays rendent impossible l’existence d’un État unitaire, rappellent ceux qu’on a pu entendre pendant la seconde guerre mondiale».

Le secrétaire de la Fondation des réfugiés du Traité de Lausanne, Sefer Güvenç, lors d’un débat télévisé organisé par la chaine CNN Türk sur le sujet, a considéré que les mots du ministre étaient réellement insultants et blessants pour les réfugiés victimes des échanges forcés de populations, parce qu’ils conduisaient à nier leurs souffrances. Par ailleurs, un groupe d’une cinquantaine de citoyens turcs d’origine arménienne a envoyé au premier ministre, une lettre ouverte de protestation. Suite à ces réactions, Gönül a été contraint de faire des excuses publiques, en expliquant que ce qu’il avait voulu dire avait été mal interprété.

Au delà de son contexte évènementiel, cet incident révélateur soulève un problème récurrent, quant à la conception de la citoyenneté en Turquie. Il faut rappeler, tout d’abord, que le climat politique dans lequel surviennent ces propos est particulièrement sensible en ce qui concerne les questions identitaires depuis l’assassinat du journaliste Hrant Dink, en janvier 2007, et la réactivation ces derniers mois de la question kurde. L’homogénéisation religieuse de la société turque renvoie à des pans douloureux de l’histoire que la Turquie redécouvre actuellement : le massacre des arméniens, l’exode forcé de deux millions de Grecs et de Turcs en 1923, les spoliations consécutives au «varlık vergisi» (un impôt de guerre décidé en 1942 et pesant surtout sur les populations non musulmanes, qui aboutira à la liquidation de certains patrimoines et à l’internement des contribuables insolvables), les pogroms des 6 et 7 septembre 1955 qui ont provoqué le départ d’une partie importante de la population «Rum» (expression désignant les Grecs de Turquie) d’Istanbul. Quand on connaît de surcroît, les discriminations dont sont victimes les populations musulmanes de Thrace occidentale, en Grèce, mettre en avant les bienfaits des échanges de populations de 1923 peut conduire implicitement à nier les souffrances vécues par les personnes qui les ont subies, tout en ignorant la diversité contemporaine de la société turque et en sous-entendant l’idée qu’être véritablement turc signifie aussi être musulman.

De tels propos reflètent-ils le point de vue personnel de Vecdi Gönül ou sont-ils la position plus officielle d’un membre du gouvernement sur la question ? Pour mesurer la portée de sa déclaration, observer le parcours de Vecdi Gönül n’est pas inintéressant. Outre le fait d’observer que sa qualité de ministre de la défense lui donne une position stratégique au sein du gouvernement, il semble nécessaire de rappeler qu’il a auparavant été préfet, que son nom a été prononcé au printemps 2007, alors que l’AKP était à la recherche d’un candidat pour l’élection présidentielle et qu’il entretient de bonnes relations avec l’armée. Il est vrai que le gouvernement s’étant prudemment tenu à l’écart de cette polémique, ces propos semblent n’avoir engagé que Vecdi Gönül lui-même. Mais, la déclaration, pour une fois, très explicite de ce ministre montre bien que la définition de l’identité turque, qui est communément véhiculées par la classe politique, repose en fait sur une confusion entre nationalité et religion.

La déclaration de Vecdi Gönül colle en un sens très exactement au corps même du traité de Lausanne. En effet, l’homogénéisation ethnique et religieuse des nouveaux États-nations grec et turc était un objectif affiché par les signataires du traité. Mais les réactions provoquées par les propos du ministre montrent aussi que ce genre de question peut faire désormais, en Turquie, l’objet d’un débat beaucoup plus ouvert qu’auparavant.

Lisa Deheurles-Montmayeur

Doctorante en sociologie sous la direction de Jacques Barou et Yeseren Eliçin Arikan au sein du laboratoire de recherche PACTE.

More Posts


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.