Après le putsch de 1980, le coup d’Etat post-moderne de 1997…

Une semaine à peine après le début du procès des putschistes de 1980 (cf. notre édition du 8 avril 2012), la Turquie a  ouvert une autre boîte de Pandore de son histoire politique récente, celle du «coup d’Etat post moderne» de 1997. Jeudi 12 avril 2012, la police et la justice turques ont conduit, en effet, une rafle de grande ampleur dans plusieurs villes de Turquie (Ankara, Istanbul, Çanakkale…), pour arrêter une trentaine de militaires ayant participé à une intervention militaire soft qui est néanmoins parvenue, il y a 15 ans, à mettre un terme au gouvernement de Necmettin Erbakan, le leader historique des islamistes turcs. Ces arrestations sont la conséquence d’une enquête ouverte par le parquet en novembre 2011, suite à des plaintes déposées par plusieurs centaines de personnes. Parmi les victimes du coup de filet du 12 avril, figurent une douzaine de colonels et 5 généraux ; en particulier le général Cevik Bir, chef d’état-major adjoint au moment des faits. Ce militaire est resté célèbre pour avoir qualifié le coup d’Etat post-moderne «de processus d’ajustement de la démocratie turque».

Moins spectaculaire, cette procédure engagée contre la dernière intervention militaire menée à bien en Turquie, n’en est pas moins un événement majeur. Ses conséquences politiques risquent d’être beaucoup plus importantes, à certains égards, que celles du procès des auteurs du coup d’Etat de 1980. Et cela, pour plusieurs raisons.

En premier lieu, le procès des responsables du coup d’Etat de 1980 concerne les deux survivants d’un commandement militaire qui était en fonction, il y a plus de trente ans. Ce sont aujourd’hui des vieillards, ayant atteint, voire dépassé le quatrième âge, qui ne se sont pas présentés d’ailleurs aux premières audiences, en invoquant des raisons de santé. Le procès est déjà interrompu, le temps qu’une solution puisse être trouvée pour les faire comparaître virtuellement ou physiquement. En tout état de cause, le déroulement de la procédure s’annonce difficile, la défense s’employant en outre à la faire apparaître comme un acharnement inutile et illusoire. En revanche, les putschistes de 1997 sont encore nombreux à être en vie et la plupart du temps dans un état physique et psychologique leur permettant d’être des acteurs à part entière de leur propre procès.

En second lieu, le coup d’État post-moderne est révélateur non seulement de l’immixtion de l’armée dans le cours de la vie politique turque, mais aussi du degré de sophistication qu’a pu atteindre ce genre d’intervention militaire. Rappelons qu’en 1997, alors même que le pays était gouverné depuis l’été 1996 par un gouvernement de coalition Refah-Yol (alliance entre les islamistes du Refah Partisi et le parti de centre droit Doğru Yol Partisi) dirigé par Necmettin Erbakan, l’armée, et plus généralement l’establishment politico militaire, ont déclenché une série de manœuvres d’intimidation. Ces dernières se sont soldées par la démission du gouvernement Erbakan et par la dissolution du Refah Partisi. Les épisodes les plus célèbres de ce processus sont sans doute : d’une part, la «parade» de chars de Sincan, qui vit un escadron de blindés «défiler» dans les rues d’une municipalité islamiste de la banlieue d’Ankara, au moment où celle-ci venait d’organiser un meeting sur «la libération de Jérusalem», en adressant des éloges au Hamas et au Hezbollah  et, d’autre part, le mémorandum du 28 février par lequel le Conseil de sécurité national (MGK) a rappelé le gouvernement au respect des principes fondamentaux de la République. Mais le coup d’Etat post-moderne n’aurait pas été possible sans l’intervention d’autres acteurs que les militaires. Au cours des mois qui ont suivi le mémorandum du 28 février 1997, la justice, la haute administration, la hiérarchie universitaire, une partie de la presse et des médias, le grand patronat occidentalisé, et les formations politiques du système, ont œuvré, à des degrés divers à l’anéantissement de la crédibilité de la coalition gouvernementale au pouvoir. Ces acteurs risquent aussi de devoir rendre des comptes. Au soir du 12 avril dernier d’ailleurs, on  a pu observer que certaines valeurs boursières, comme celles du fameux groupe de presse Doğan (accusé d’avoir soutenu une campagne de dénigrement contre le gouvernement en 1997), ont connu une baisse significative, qui indique que les investisseurs turcs et étrangers ont vu les conséquences que pouvait avoir le coup de filet en question, pour certains des acteurs économiques de cet épisode particulier de l’histoire turc.

En dernier lieu, la rafle des officiers factieux de 1997 intervient dans un contexte politique tendu, où le système de constitutionnalisation sécuritaire mis en place par la Constitution de 1982, qui a fait la preuve de sa redoutable efficacité, justement lors du coup d’Etat post-moderne, est en train de vivre ses derniers instants. Après l’accélération du processus de démilitarisation, favorisée par les victoires de l’AKP aux élections législatives et présidentielles de 2007, et la réduction des capacités de résistance de la hiérarchie judiciaire, principalement acquise depuis la révision constitutionnelle de septembre 2010, le gouvernement vient de démanteler la réforme «des huit ans incompressibles d’éducation obligatoire», qui avait constitué la principale contre-offensive de l’establishment-politico militaire contre le Refah, en 1997. Pour avoir critiqué la politique éducative en cours du gouvernement, la TÜSIAD s’est vue récemment reprocher en retour, par le parti au pouvoir, son rôle ambigu, lors du coup d’Etat post-moderne (cf. notre édition du 5 mars 2012)…

Alors que le président Gül a estimé qu’il était normal que la justice s’intéresse aujourd’hui à un événement comme le coup d’Etat post-moderne qu’il a qualifié de «mise entre parenthèse de la démocratie», Kemal Kılıçdaroğlu, a estimé que la vengeance était le premier ressort de cette nouvelle affaire, et s’en est pris aux responsables du parti au pouvoir : «Ils disent qu’ils vont demander des comptes, alors qu’ils utilisent contre moi des documents établis par des personnes qui ont soutenu le coup d’Etat. Comment peuvent-ils s’attendre à ce que je crois en leur sincérité?», a affirmé le leader du parti kémaliste, en faisant allusion au fait que le gouvernement avait lancé contre lui, l’année dernière, une procédure s’appuyant sur un rapport rendu contre lui (et le qualifiant de «séparatiste pro-kurde»), au moment du coup d’Etat post-moderne, alors qu’il dirigeait la Sécurité sociale. Ainsi, selon lui, «toute l’affaire a tourné à une pure opération revancharde» et elle «sent le coup fourré». Ce n’est pas bien sûr l’opinion de Recep Tayyip Erdoğan qui a réagi, lors d’un congrès de son parti, tenu au cours du week-end dernier,  à Tekirdağ, en Thrace oriental. « La Turquie ne sera plus un pays où des gens qui se lèvent tôt ont des chances de pouvoir conduire un coup d’Etat.», a dit le premier ministre, avant de reprocher au CHP, de manquer de clarté dans cette affaire : « Certains dans ce pays ne respectent pas la volonté du peuple. Certains dans ce pays ne respectent pas la volonté du parlement. Certains dans ce pays ne savent pas que Mustafa Kemal Atatürk a dit que la souveraineté appartient inconditionnellement au peuple… Ils pensent qu’ils disposent de la souveraineté en avançant derrière les chars…» Soutenant la procédure en cours, en estimant qu’elle n’était pas mue par un désir de vengeance mais par la volonté de faire justice, il a rappelé le sort qu’avaient réservé les militaires à l’ex-premier ministre Adnan Menderes et à deux de ses ministres, tous condamnés et pendus après le coup d’Etat de 1960.

Evénement majeur des deux dernières décennies dont la plupart des acteurs sont encore vivants, voire en activité, le coup d’Etat post-moderne de 1997, relie une société turque en pleine mutation aux développements les plus douloureux et longtemps tabous de son histoire. Mais pris dans les débats de la conjoncture politique, il n’est pas sûr que le procès qui s’annonce se contentera de s’acquitter d’un devoir de mémoire, et qu’il ne rejoindra pas des préoccupations et des enjeux extrêmement actuels…

JM


Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. 23 mai 2012

    […] face, des vagues successives d’arrestations (voir nos éditions des 16, 22 et 23 avril 2012) frappent les militaires responsables de la campagne de dénigrement ourdie […]

  2. 9 octobre 2018

    […] régulièrement les élèves affiliés à la communauté Gülen. En 1996-1997, l’armée mena une campagne laïque frontale pour pousser le Premier ministre Erbakan à la démission et pour anéantir la crédibilité de la […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.