La visite de Massoud Barzani en Turquie renforce le climat de tensions entre Ankara et Bagdad.

Alors qu’il rentre juste d’un séjour officiel aux Etats-Unis, Massoud Barzani, le leader kurde irakien, vient d’effectuer une visite de deux jours en Turquie. C’est la 3e fois au total, et la 2e fois en moins d’un an, que le président de la région kurde d’Irak du nord est accueilli à ce titre par Ankara, depuis 2010. C’est dire si les liens entre le gouvernement turc et celui d’Erbil se sont resserrés, au cours des deux dernières années. Pendant son séjour, Massoud Barzani a d’ailleurs été reçu comme un chef d’Etat, rencontrant notamment Recep Tayyip Erdoğan, Abdullah Gül et Ahmet Davutoğlu.

L’objet de ces rencontres a bien sûr d’abord concerné la guérilla conduite par le PKK dans le sud-est de la Turquie, à partir de bases arrière, qui se trouvent en Irak du nord. Comme lors de ses deux précédentes visites de 2010 (cf. notre édition du 3 juin 2010) et 2011 (cf. notre édition du 7 novembre 2011), les autorités turques ont demandé à Massoud Barzani son appui dans la lutte qu’elles mènent contre l’organisation rebelle kurde. Depuis 2007, la diplomatie turque a noué des relations denses avec un gouvernement régional kurde irakien qu’elle ne reconnaissait pas auparavant comme un interlocuteur officiel. Des instances de travail conjointes ont été mises en place et de nombreux ministres turcs se sont rendus à Erbil, la capitale de l’Irak du nord (cf. nos éditions des 6 novembre 2009 et 29 septembre 2010), y compris Recep Tayyip Erdoğan, au printemps 2011. La Turquie, qui a ouvert dans cette ville un consulat en 2010, est devenue un partenaire économique essentiel de la région nord irakienne. Initialement prudent et ayant jusqu’à présent refusé l’aide militaire de ses peshmergas aux troupes turques lorsqu’elles sont intervenues contre le PKK, en Irak du nord, le président kurde irakien s’est mis à tenir un discours de plus en plus positif à l’égard d’Ankara. Lors de son premier séjour officiel en Turquie en juin 2010, Massoud Barzani avait alors surtout condamné la violence «qu’elle vienne du PKK ou d’autres». En novembre 2011, il avait regretté la poursuite de la lutte armée, en estimant que les Kurdes disposaient désormais en Turquie de moyens politiques véritables pour faire valoir leurs revendications. Lors de ce récent séjour, il s’est fait plus pressant à l’égard du PKK, en affirmant que le recours aux armes «ne menait à rien», et en déclarant qu’il ne tolérerait pas que l’organisation rebelle «fasse la loi en Irak du nord». Pour sa part, commentant avec des journalistes, à Doha, le 20 avril dernier, l’entretien qu’il avait eu la veille avec le leader kurde, Recep Tayyip Erdoğan a de nouveau appelé le PKK à rendre les armes, en promettant en échange un arrêt des opérations militaires dans le sud-est du pays.

Toutefois, la convergence entre Ankara et Erbil dépasse désormais le seul problème kurde, et s’insère dans la restructuration des équilibres stratégiques de la région, après le départ des Américains d’Irak, intervenu à la fin de l’an passé. La venue de Massoud Barzani en Turquie intervient au moment où les relations entre Ankara et Bagdad sont au plus mal. Le gouvernement chiite irakien de Nouri al-Maliki accuse, en effet, les Turcs d’ingérence dans ses affaires intérieures, depuis que ceux-ci ont apporté leur soutien au vice-président sunnite irakien, Tareq el-Hachemi. Ce dernier est actuellement poursuivi par le gouvernement de Bagdad, qui a lancé un mandat d’arrêt contre lui, en lui reprochant d’avoir planifié des attentats avec l’aide de ses gardes du corps. Or, le leader sunnite en fuite a trouvé refuge en Irak du nord, à la fin de l’année dernière, et après un voyage dans les pays du Golfe (notamment au Qatar), il est arrivé récemment en Turquie… Les deux leaders irakiens n’ont pas manqué de se rencontrer à Istanbul le 19 avril, et ils ont eu ainsi tout loisir de s’informer mutuellement des résultats de leurs récents voyages (aux Etats-Unis pour Barzani et dans le Golfe pour al-Hachemi). Le vice-président sunnite irakien, qui a regretté récemment que son pays soit devenu un véritable couloir d’acheminement d’armes iraniennes à destination de la Syrie, a annoncé au leader kurde son intention de retourner prochainement à Erbil.

La crise syrienne, le départ des Américains d’Irak et l’antagonisme turco-iranien accru par la participation d’Ankara au bouclier antimissile américain, confortent en fait, depuis la fin de l’année dernière, une tension croissante entre le gouvernement de Nouri al-Maliki et celui de l’AKP. Au début de l’année 2012, le premier ministre turc avait reproché au leader chiite irakien son attitude partiale dans la gestion des affaires de son pays et il avait demandé aux Etats-Unis d’intervenir. Après avoir décidé d’exclure de son gouvernement les ministres sunnites, qui le boycottaient depuis le mandat d’arrêt lancé contre le vice-président al-Hachemi, le premier ministre irakien n’avait pas mâché ses mots à l’égard d’Ankara, en déclarant : «Nous avons vu comment la Turquie a interféré en France (faisant allusion aux incidents ayant suivi la loi pénalisant la négation des génocides), en Iran, en Libye et en Égypte. Nous ne nous attendions pas à ce qu’elle le fasse aussi en Irak.» Avaient alors suivi une série échanges peu amènes entre les gouvernements des deux pays et, comme il se doit en pareil ca, la convocation de leurs ambassadeurs respectifs.

Fin janvier-début février, la querelle turco-irakienne avait certes connu une certaine accalmie avec la visite en Turquie d’Amar al-Hakim, l’un des leaders de la communauté chiite en Irak. Ankara avait même réaffirmé, à cette occasion, son attachement à un Irak uni. Mais les dissensions entre Irakiens et Turcs avaient repris de plus belle peu après, ces derniers dénonçant la présence de Nouri al-Maliki dans l’organisation tripartite de lutte contre le terrorisme qui les unit aux Etats-Unis et à l’Irak, en demandant le remplacement du premier ministre irakien au sein de cette structure par Massoud Barzani. Lors de son séjour aux Etats-Unis, ce dernier s’est plaint, pour sa part, du premier ministre irakien, appuyant auprès de Washington les griefs que la Turquie avait déjà formulés à son encontre.

Ainsi, à bien des égards, on a assisté à la formation, dans la région, d’un axe  rassemblant les Turcs, les Kurdes irakiens et les sunnites irakiens et faisant face à un axe rival regroupant l’Iran, les chiites irakiens, et le gouvernement de Damas. Début janvier, lors d’une visite à Téhéran, Ahmet Davutoğlu avait déjà mis en garde les Iraniens contre le risque présenté par une sorte de guerre froide moyen-orientale, qui pourrait prendre aussi la dimension d’un antagonisme religieux, opposant sunnites et chiites. Alors même qu’il y a une quinzaine de jours, Nouri al-Maliki a dépêché à Ankara Falih al-Fayyad, son ministre de la Sécurité pour essayer d’améliorer les relations turco-irakiennes, l’accueil en même temps, par la Turquie, des deux principaux rivaux du premier ministre irakien, a de nouveau élargi le fossé, qui s’est creusé entre les deux pays voisins, au cours des derniers mois. Commentant cet ultime développement, Nouri al-Maliki vient d’ailleurs d’estimer que la Turquie était devenue «un pays ennemi», et il y a tout à parier qu’un tel propos ne manquera pas d’entrainer une vive réaction de la part d’Ankara…

JM


Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. 23 avril 2012

    […] pour quelle raison – Etait-ce le voyage de Barzani qui bien sûr  en irrite certains ? Est-ce à cause des grosses opérations contre le PKK qui s’intensifient  avec le retour du […]

  2. 26 mai 2012

    […] de plusieurs officiels, objet d’une «notice rouge» d’Interpol, c’est un sunnite qui a regretté que l’Irak soit devenu un véritable couloir d’acheminement d’armes iraniennes à destination de la […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *