Demetris Christofias, déçu par les premiers développements des négociations à Chypre.

Le leader chypriote grec, Demetris Christofias (photo), a récemment déclaré que les négociations lancées au mois de septembre dernier, sous l’égide de l’ONU, pour tenter de résoudre l’interminable conflit qui oppose les communautés grecque et turque sur l’île de Chypre, sont mal parties. D’après lui, un vent de pessimisme souffle sur les deux communautés et cela est mauvais signe.

Rappelons que c’est l’élection quelque peu inattendue du leader communiste chypriote grec à la présidence de la République, au mois de février dernier, qui a permis la relance des pourparlers entre les deux communautés. Ces derniers étaient au point mort, depuis l’échec du plan Annan, en 2004. Ce plan, proposé par le secrétaire des Nations Unies, Kofi Annan, avait été soumis par référendum aux deux communautés mais n’avait recueilli que l’approbation de la partie turque, la partie grecque l’ayant finalement rejeté.

Depuis, ce conflit, qui s’est fossilisé au cours des trente dernières années, a connu des hauts et des bas. En décembre 2006, il provoque le gel de 8 chapitres des négociations d’adhésion de la Turquie à l’UE, Ankara ayant refusé d’ouvrir totalement ses ports et aéroports aux avions et navires de Nicosie, désormais membre de l’UE et donc bénéficiaire de l’accord d’Union douanière turco-européen signé en 1995. Mais, en février 2008, les résultats des élections présidentielles, dans la partie grecque, relance les espérances. Lors du premier tour, le président sortant, Tassos Papadopoulos, est éliminé (cf. notre édition du 19 février 2008). Baptisé «Mister No» et souvent considéré comme la réplique grecque de Rauf Denktaş (leader des chypriotes turcs pendant près de 30 ans et baptisé «Mister Never»), Tassos Papadoulos, qui s’est éteint d’un cancer le 12 décembre 2008, a été en effet l’un des principaux artisans de l’échec du plan Annan en 2004. Si les deux candidats qui restent en lice (le conservateur, Iannis Kasoulides et le communiste, Demetris Christofias) se sont eux aussi opposés à ce plan, ils se déclarent néanmoins partisans d’une réunification de l’île et annoncent qu’ils reprendront les négociations avec la partie turque, s’ils sont élus. L’élection de Demetris Christofias, le 24 février 2008, semble confirmer une nouvelle donne (cf. notre édition du 9 avril 2008). Ami d’enfance de Mehmet Ali Talat, qui est devenu le leader de la communauté turque en détrônant Rauf Denktaş en 2005, le nouveau président de la République de Chypre fait de la réunification de l’île la priorité de son mandat.

Ce changement politique du côté grec paraît tout d’abord débloquer la situation. Le 21 mars 2008, une première rencontre a lieu entre Demetris Christofias et Mehmet Ali Talat. Au début du mois d’avril 2008, à Nicosie, sur le mur qui divise la ville depuis 1974, un check-point est symboliquement ouvert à hauteur de la rue Ledra, en dépit des réticences de l’armée turque. Ces premiers pas permettent une reprise officielle des négociations entre les deux communautés, au mois de septembre 2008. Pourtant, en dépit de l’importance de l’événement, les spécialistes affichent un optimisme mesuré, quant à l’issue finale de ce nouveau processus. La rencontre d’experts (intitulée «une constitution pour Chypre») organisée à Arau, en Suisse, en avril 2008, par le Professeur Andreas Auer de l’Université de Zurich et son Centre d’études et de documentation pour la démocratie directe, montre bien notamment l’ampleur de l’antagonisme qui demeure. La partie grecque reste en effet très attachée à une vision unitaire de l’administration de l’île, ce qui inquiète les Turcs qui sont minoritaires et qui défendent depuis toujours l’idée d’une structure décentralisée à l’extrême. Côté turc, la marge que laissera l’armée aux négociateurs reste, en outre, la grande incertitude.

Parallèlement, en dépit de leur amélioration depuis 1999 et de la visite officielle du premier ministre grec, en Turquie, en janvier 2008 (cf. notre édition du 28 janvier 2008), les relations entre Athènes et Ankara ne parviennent toujours pas à dépasser le stade liminaire des bonnes intentions réciproques. Certes, au cours de la dernière décennie, les échanges économiques ont progressé de façon spectaculaire et un certain nombre d’initiatives politiques et culturelles importantes ont vu le jour (cf. notre édition du 22 janvier 2008), mais il semble que la résolution des problèmes de fond qui opposent la Grèce et la Turquie en mer Égée soit en permanence différée. Dans son 11e rapport d’évaluation de la candidature turque, la Commission européenne n’évoque que très laconiquement les négociations qui se sont ouvertes à Chypre et incite surtout Ankara à ouvrir les dossiers qui continuent de perturber sa relation avec la Grèce.

Plus récemment, le 13 novembre 2008, un incident naval sérieux est venu encore perturber les négociations chypriotes. Des navires de guerre turcs ont intercepté un bateau norvégien participant à une mission pétrolière chypriote au large de l’île. La République de Chypre a, en effet, signé des accords avec le Liban et l’Egypte pour l’exploration et l’exploitation pétrolière et gazière de ses côtes sud dont les fonds marins renfermeraient de fortes réserves d’hydrocarbures. Cette initiative a suscité les protestions d’Ankara, en désaccord avec Nicosie et Athènes sur la délimitation du plateau continental (et donc sur l’appartenance des fonds marins), en mer Égée. “Nous considérons comme un geste aventureux de mener des activités sur le plateau continental de la Turquie au moment où des négociations pour une résolution pacifique sont en cours à Chypre”, a déclaré le porte-parole du ministère turc des affaires étrangères, Burak Özügergin, tandis que le chef de la diplomatie chypriote, Marcos Kyprianou, estimant que l’incident était survenu à l’intérieur de la ZEE («Zone Économique Exclusive», c’est-à-dire un espace maritime sur lequel un l’État côtier exerce des droits souverains en matière économique) de Chypre condamnait une action «illégale au regard du droit international» et qualifiait la réaction navale turque de «politique du XIXème siècle». Consécutivement à cet incident, au début du mois de décembre 2008, lors d’une conférence de presse, la ministre grecque des affaires étrangères, Dora Bakoyannis, a regretté que la Turquie se montre peu empressée à prévenir les tensions en cours.

Le climat général dans lequel se déroulent actuellement les négociations chypriotes ne semble donc pas très favorable. C’est dommage car l’élection de Demitris Christofias et les premières ouvertures du printemps 2008 avaient été perçues comme une réelle occasion de résoudre un conflit qui reste aussi actuellement l’un des principaux obstacles au bon déroulement des négociations d’adhésion de la Turquie à l’UE.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.