Le Conseil d’Etat turc s’oppose à la prohibition rampante de l’alcool

Le Conseil d’Etat (Danistay), l’une des institutions turques les plus anciennes, fondées sur le modèle français de juridiction administrative pendant les réformes ottomanes du XIXe siècle, a annulé, le 2 avril dernier, un décret gouvernemental qui permettait aux municipalités de restreindre la vente d’alcool. Ce texte, qui avait provoqué une polémique lors de sa publication en octobre 2005, apparaissait à certains comme la preuve d’une volonté de réislamisation rampante de la société par le gouvernement de l’AKP. Il autorisait notamment les mairies à créer des « zones rouges » pour les restaurants et les bars vendant de l’alcool, recoupant par là même l’attitude de certaines municipalités AKP qui, sous le prétexte de protéger la santé et la salubrité publiques (en particulier la jeunesse) des méfaits de l’alcool, tentent depuis plusieurs années d’installer les débits de boisson hors du centre de leurs villes. Saisie par un recours du barreau d’Ankara, la juridiction administrative turque suprême, a donc considéré que ce type de restriction était illégal, car il risquait d’isoler les établissements qui vendent des boissons alcoolisées hors de la vie urbaine où la consommation d’alcool est pourtant d’usage courant.
Pays musulman, en effet, la Turquie est aussi le pays du « Raki », un alcool anisé qui accompagne souvent le repas. À la différence des pays arabes, la consommation d’alcool y est ainsi habituelle. On trouve vins, bières, whiskys et la plupart des autres types de boissons alcoolisées non seulement dans les restaurants ou les cafés mais aussi dans les supermarchés et les magasins d’alimentation ordinaire. On a même noté au cours des dernières années une diversification de la production (accroissement du nombre des marques turques de « Raki », de bières et de vins) et une amélioration de la qualité de la consommation (développement de magasins spécialisés, multiplication de nouveaux crus viticoles, diversification des importations).


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.