UE-Turquie : les négociations relancées ?


Les négociations d’adhésion, qui étaient au point mort depuis les récents et multiples troubles politiques qui ont secoué la Turquie, ont connu, le 19 décembre dernier, un petit sursaut avec l’ouverture de deux nouveaux chapitres. L’événement relance quelque peu un processus passablement enlisé. La crise présidentielle de 2007, le débat sur le port du voile dans les universités, la procédure d’interdiction engagée à l’encontre de l’AKP, l’affaire «Ergenekon» et d’autres évènements avaient eu tendance à reléguer au second plan de l’actualité les négociations d’adhésion turco-européennes. Il faut dire également qu’aucun nouveau chapitre n’avait été ouvert depuis longtemps.

Au cours du premier semestre 2008, Nicolas Sarkozy avait promis de ne pas perturber le déroulement du processus de négociations en annonçant que de nouveaux chapitres seraient ouverts, pendant la présidence française. Alors que celle-ci vient de s’achever, on peut dire que la promesse a été tenue, même si l’on a dû attendre le dernier instant. En l’occurrence, les chapitres ouverts sont le chapitre 4, relatif à la liberté de circulation des capitaux (l’une des quatre libertés fondamentales de l’UE), et le chapitre 10, concernant la société de l’information et les médias.

Bien que cette relance mérite d’être signalée, il convient de rester prudent quant à l’analyse que l’on peut en faire. En effet, les deux chapitres ouverts ne comptent pas parmi les plus importants. Il faut rappeler par ailleurs que le chapitre relatif à la politique économique et monétaire (la monnaie unique) a vu son ouverture suspendue, à la demande de la France, opposée à la discussion sur des chapitres qui, à terme, impliquent une adhésion pleine et entière de la Turquie. En outre, il faut rappeler que huit chapitres de négociations sont gelés, depuis décembre 2006, Ankara ayant refusé d’ouvrir ses ports et aéroports à Chypre et donc d’appliquer l’accord d’union douanière à ce nouvel Etat membre, en raison du rejet par celui-ci du plan Annan, qui avait tenté de résoudre le conflit opposant les communautés chypriotes grecque et turque, à la veille de l’entrée de Nicosie dans l’UE.

« La présidence tchèque, puis suédoise, pourra ouvrir de nouveaux chapitres comme l’éducation et la culture, ou la taxation, mais après, c’est terminé ! »,

estime Cengiz Aktar, qui dirige le département européen de l’Université Bahçeşehir d’Istanbul. Ce commentaire illustre bien l’état d’un processus d’adhésion qui est condamné à faire du sur-place depuis deux ans. Des chapitres mineurs sont certes ouverts pour que la candidature turque ne tombe pas en désuétude, mais rien n’avance réellement sur les dossiers de fond. Rappelons que l’une des raisons de cette situation est le gel partiel des négociations, consécutif à la crise chypriote, auquel nous faisions précédemment allusion. La non-reconnaissance par Ankara de la République de Chypre (pourtant membre de l’UE depuis 2004) et le verrouillage des espaces aérien et maritime turcs (interdits à tout bâtiment chypriote en violation totale du protocole additionnel à l’accord d’union douanière, entré en vigueur en 1996) gênent en fait fortement la poursuite du processus d’adhésion. L’UE, pour sa part, se refuse à toute pression pour tenter de débloquer ce dossier, même si les Vingt-Sept ont prévu de réexaminer le problème au cours de l’année 2009.

En tout état de cause, les Turcs demandent l’ouverture du chapitre 15, relatif à l’énergie. Ce chapitre particulier, à la dimension stratégique évidente, constitue un atout pour Ankara dans ses relations avec l’UE. Les deux pipelines Bakou-Tbilissi-Ceyhan (BTC) et Bakou-Tbilissi-Erzurum (BTE) qui traversent la Turquie, ainsi que le projet Nabucco qui doit prolonger le BTE en direction de l’Autriche sont les principaux arguments turcs en matière de couloirs énergétiques. Mais, par ailleurs, les relations turco-européennes se sont à nouveau dégradées, depuis quelques semaines, en raison de la survenance de nouvelles tensions entre Chypre et la Turquie, alors même que l’élection de Demetris Chritofias à Nicosie et les pourparlers récemment ouverts entre les communautés grecque et turque laissaient espérer la résolution d’un conflit fossilisé depuis 1974. La Turquie, qui accuse Chypre de mener des prospections pétrolières sur son plateau continental, a récemment arraisonné un navire norvégien travaillant pour le compte de Nicosie (voir notre édition du 13 décembre 2008). Depuis cet incident, Chypre brandit la menace d’un veto contre la candidature turque. L’ouverture du chapitre énergétique semble donc fortement compromise et le président chypriote, Demetris Christofias, a même estimé que d’autres chapitres de négociations pourraient faire l’objet d’un gel, si le conflit qui l’oppose à Ankara ne connaît pas d’amélioration.

En fin de compte, malgré la relance partielle du processus de négociations, des différends majeurs demeurent et ont même tendance à s’approfondir à l’heure actuelle. L’ouverture de deux nouveaux chapitres, qui porte à dix (sur 35) le nombre total de chapitres ouverts, ne parvient donc pas à faire oublier que le déroulement des négociations est de plus en plus chaotique et qu’il s’enfonce dans le marasme.

Bastien Alex


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.