Nouveaux rebondissements dans l’affaire «Ergenekon»


Le 7 janvier dernier, 33 personnes ont été interpelées dans le cadre de l’interminable enquête «Ergenekon» concernant un réseau occulte (composé d’activistes nationalistes issus des sommets de l’État et de membres de la pègre), qui aurait été le fer de lance d’un complot ourdi par l’État profond pour renverser le gouvernement de l’AKP.
Au cours de l’année écoulée, les vagues d’arrestations liées à l’affaire «Ergenekon» sont presque devenues un leitmotiv de l’actualité politique turque. Pourtant, si l’événement fait beaucoup de bruit cette fois, ce n’est pas seulement à cause du nombre des personnes arrêtées, mais aussi en raison de leur qualité (entre autres, 2 généraux de corps d’armée retraités, un ancien premier juge de l’état major, un universitaire ex-président du YÖK, un ancien responsable des opérations spéciales de la police et plusieurs journalistes). La relance de cette affaire, quelque peu entamée par le mauvais départ du procès auquel elle donne lieu depuis octobre 2008, a donc sonné comme un coup de tonnerre et provoqué une réaction immédiate de l’état-major dont le chef, Ilker Basbuğ, s’est entretenu, dès le lendemain, tant avec le premier ministre (à 2 reprises) qu’avec le président de la République. Dans le sillage de ces arrestations et de la réaction des forces armées, les commentaires médiatiques sont allés bon train, soit pour se réjouir d’une nouvelle initiative judiciaire tendant à prouver que les temps ont changé en Turquie et que l’État profond n’est plus au-dessus des lois, soit pour suspecter, derrière ces nouveaux rebondissements, une manœuvre du gouvernement visant à intimider des personnalités laïques et affaiblir l’opposition. Cette seconde opinion a été reprise, comme on pouvait s’y attendre, par Deniz Baykal, avec une telle virulence que certains se demandent désormais s’il ne craint pas de faire partie, à son tour, de la prochaine charrette. Le 10 janvier 2009, lors d’un meeting électoral à Bursa, le leader du CHP a considéré que les développements de l’affaire «Ergenekon» reflétaient les mutations politiques dangereuses qui sont en cours en Turquie, en évoquant même la montée «d’un empire de la peur». Le lendemain, lors d’un meeting de l’AKP, à Ankara, Recep Tayyip Erdoğan, pour sa part, tout en se réjouissant de la poursuite de l’enquête, a répondu sans ménagement à Deniz Baykal, en ces termes : «Franchement j’ai du mal à comprendre la panique du leader du principal parti d’opposition. J’ai du mal à comprendre l’affolement de certaines institutions médiatiques. Avez-vous peur d’une Turquie plus transparente ?»
Entre temps, d’autres développements sont intervenus. Le 9 janvier 2009, sur la base d’un plan appartenant à Ibrahim Şahin, l’une des personnes arrêtées les plus en vue pour être avoir été le chef du service des opérations spéciales la police, les enquêteurs ont découvert un dépôt contenant deux lance-roquettes ainsi que des munitions et des armes à feu diverses. Ce dépôt d’armes fait la une de la presse quotidienne, en ce début de semaine, et le premier ministre y a vu une preuve de plus de la réalité du complot ourdi par «Ergenekon» contre son gouvernement. Toutefois, il pourrait être le reflet d’activités occultes beaucoup plus anciennes d’Ibrahim Şahin, qui avait déjà été mis en cause, rappelons-le, lors de l’affaire de «Susurluk», en 1996.
La situation judiciaire s’est aussi décantée parallèlement. Si un certain nombre de personnes ont été maintenues en détention (outre Ibrahim Şahin, notamment le colonel à la retraite, Levent Göktaş ou l’écrivain Yalçın Küçük), d’autres ont finalement été remises en liberté (notamment le général de corps d’armée à la retraite, Tuncer Kılınç et l’ancien président du YÖK, Kemal Gürüz).
Rappelons que l’affaire “Ergenekon” a commencé de façon discrète avec la découverte en juin 2007, d’un dépôt d’armes dans le quartier d’Ümraniye, à Istanbul. Mais c’est en janvier 2008, qu’elle prend une dimension d’affaire d’État, avec l’arrestation de 35 personnes (notre édition du 25 janvier 2008), certaines étant cataloguées de longue date, comme de possibles agents de l’État profond (en particulier le général Veli Küçük, un ancien de la Gendarmerie et des services secrets, impliqué lui aussi dans l’accident de «Susurluk», et l’avocat nationaliste Kemal Kerınçsız, l’un des responsables des procès intentés sur la base de l’article 301). Nombre de commentateurs estiment alors que, pour la première fois, l’État s’attaque à l’État profond. Dans les semaines qui suivent, la levée de l’interdiction du voile dans les universités commence, avant d’être relayée par le procès visant à faire interdire l’AKP, qui sonne comme une riposte laïque à l’affaire du voile. Si bien que lorsqu’une nouvelle vague d’arrestations frappe le 21 mars 2008 (notre édition du 23 mars 2008) plusieurs personnalités laïques (notamment le journaliste de Cumhuriyet, Ilhan Selçuk, l’ancien recteur de l’Université d’Istanbul, Kemal Alemdaroğlu et le leader du parti des travailleurs, Doğu Perinçek), certains estiment que l’affaire «Ergenekon» n’est pas sans lien avec la lutte acharnée que se livrent alors le gouvernement et le camp laïque. Au début du mois de juillet 2008, après l’annulation de la réforme constitutionnelle levant l’interdiction du voile dans les universités, alors même que la crise provoquée par le risque d’interdiction de l’AKP bat son plein, une nouvelle vague spectaculaire d’arrestations intervient (cf. notre édition du 9 juillet 2008). Cette fois, sont concernés deux militaires de haut rang à la retraite, le général Hürsit Tolon et surtout le général Şener Uygur, par ailleurs président de l’Association pour la pensée kémaliste qui a organisé les grandes manifestations laïques, d’avril-mai 2007. À la fin du mois d’août 2008, c’est au tour de Ferda Paksüt, l’épouse d’un juge de la Cour constitutionnelle, connu pour ses opinions hostiles à l’AKP, d’être interrogée sans être finalement arrêtée (notre édition du 28 août 2008). En septembre 2008, alors même qu’un dessaisissement de l’affaire menace le procureur Zekerya Öz, qui en est chargé depuis le début, et que certains craignent que l’affaire «Ergenekon» connaisse un sort comparable à l’affaire de «Şemdinli» (une autre affaire datant de 2005 et attribuée à l’État profond où le procureur, qui commençait à mettre en cause de hauts responsables de l’armée, avait été dessaisi), le nouveau chef d’État major organise une visite officielle des généraux à la retraite emprisonnés en juillet 2008. Finalement, l’un de ces généraux est libéré et le procureur Öz maintenu dans ses fonctions, on parle alors d’une sorte de «modus vivendi» établi par le nouveau chef d’État major avec le gouvernement. Pourtant, de nouvelles arrestations interviennent, fin septembre. Parmi les personnes concernées figurent, outre des officiers de rang subalterne, le journaliste Tuncay Özkan, connu pour son hostilité à l’AKP, ainsi qu’un ancien juge militaire, un ancien chef de la police et un ancien maire CHP. Mais tout le monde attend désormais l’ouverture du procès qui intervient, sous haute tension, le 20 octobre 2008, dans un tribunal aménagé au sein de la prison de Silivri. Émaillé d’incidents matériels et d’incidents de procédure, le procès « Ergenekon » s’enlise assez vite et ne paraît pas répondre aux espoirs qu’avait suscité l’enquête, à ses débuts.
Après les derniers rebondissements auxquels nous venons d’assister, quel bilan peut-on faire de cette année « Ergenekon » ? En fait, deux questions fondamentales sont posées.
En premier lieu, si l’implication d’une partie des personnes arrêtées dans des activités occultes illégales voire criminelles est probable pour ne pas dire certaine, ce genre d’activisme semi-officiel désigné en Turquie par le vocable « État profond » est ancien. Il est important de savoir si tous les faits reprochés concernent bien des activités en cours de réalisation et constituent véritablement un complot contre le gouvernement, ce que ne cessent de répéter les responsables de l’AKP ?
En second lieu, toutes les personnes impliquées dans cette affaire ont-elles véritablement été mêlées aux actes illégaux qui sont en l’occurrence mis à jour ? Le risque, perçu par un certain nombre d’analystes, est que sur la base de faits réels, on ait tendance à élargir la liste des suspects à des personnalités connues pour leurs opinions hostiles à l’AKP mais qui ne sont pas pour autant entrée dans l’illégalité pour le combattre. Cependant, dans un contexte où l’état de droit et la séparation des pouvoirs ont été longtemps plus que relatifs, il faut bien reconnaître que même les personnes, qualifiées de «respectables» par le CHP ont pu couvrir voire initier des activités qui l’étaient beaucoup moins et qui apparaissaient comme «naturelles» dans les hautes sphères de l’État, jusqu’à une période récente.
Même dans les États de droit éprouvés, il est difficile d’instruire le procès d’une affaire d’État, car l’État n’aime pas se juger lui-même. La Turquie étant à bien des égards un État de droit précaire, il n’est pas étonnant que l’exercice «Ergenekon» s’avère des plus difficiles. Dans la mesure, où le corpus juridique de l’affaire montre ses faiblesses, il n’est pas étonnant que les arguments politiques occupent de plus en plus le devant de la scène. Dès lors, il est possible que dans les prochains jours, le confrontation voilée entre le gouvernement et ses adversaires qui couvait sous l’affaire «Ergenekon», se transforme en un affrontement beaucoup plus ouvert et tende à donner libre cours à la bipolarisation conflictuelle aiguë à laquelle on a déjà pu assister, lors des présidentielles de 2007, ou à l’occasion des affaires du voile et de l’interdiction de l’AKP, en 2008.


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 22 août 2016

    […] HA : C’est un trait commun à toutes les idéologies radicales. Cela se retrouve dans les organisations d’extrême gauche ou dans les organisations séparatistes. Il n’y a pas d’hésitation à avoir lorsqu’il s’agit de réaliser les objectifs et idéaux de son mouvement. Personne ne rechignera à utiliser les armes, pourvu qu’il en ait reçu l’ordre. Une instruction venue d’en haut sera appliquée à la lettre. On l’a déjà vécu par le passé. Ils ont placé de faux documents dans les maisons et ont fait condamner sur base de ces documents (voir notre édition du 12 janvier 2009). […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *