Les réfugiés urbains au programme du troisième séminaire académique du UNHCR

Un séminaire académique organisé par le Haut Conseil aux Réfugiés des Nations Unies s’est tenu les 15 et 16 mai 2012, à l’Université de Bilgi, Istanbul. Le séminaire portait sur “les réfugiés urbains en Turquie”. Plus de trente participants venant d’horizons divers se sont succédé à la tribune. En se focalisant sur la présence de migrants en ville (toutes catégories confondues), il s’agissait pour les participants de prendre la parole en s’appuyant sur des cas empiriques propres à leurs recherches.

Le terme « réfugié urbain » pourrait créer la polémique, ce que le premier participant, James Hathaway, n’a pas oublié de rappeler. Professeur de droit à l’université du Michigan, spécialisé dans le droit des réfugiés, il a rappelé que la catégorie de réfugiés urbains se crée par opposition aux réfugiés des camps ou aux réfugiés assignés à résidence. Bien que cette différence de nature pose des questions concrètes pour le travail empirique en sciences sociales et en terme d’assistance humanitaire, il nous rappelle qu’aux yeux de la Convention de Genève de 1951 cette distinction n’a pas lieu d’être. Elle reflète en revanche les défauts d’application des articles du chapitre IV relatifs au « Bien-être » des réfugiés. Il rappelle également que la restriction géographique appliquée par la Turquie (ce qui implique la réinstallation des demandeurs d’asile en pays tiers) est contraire aux  articles des chapitres I et II de la Convention, où la distinction entre demandeur d’asile et  réfugié n’existe pas. L’ouverture du séminaire se fait donc sur un ton polémique qui donnera la mesure à une remise en cause des catégories qui sont utilisées pour tenter de capturer le phénomène migratoire. D’une part, les participants s’accordent sur cette critique des catégories utilisées (migrants illégaux, transit, demandeurs d’asile…) bien que, d’autre part, ils aient également exprimé la difficulté à nommer et saisir une réalité empirique. C’est le cas du panel des jeunes sociologues Marieke Wissink, Yasemin Akis, Özge Biner et Kristen Biehl, qui, à travers leurs recherches de thèses respectives, ont bien su démontrer cette difficulté.

Deniz Şenol Sert (Koç Üniversitesi) a insisté sur le rôle de l’assignement des demandeurs d’asile à des villes satellites en Turquie. Le principe d’assignement en tant que pratique institutionnelle est également évoqué par Kemal Kirişci (Koç Üniversitesi) à travers l’histoire ottomane et turque (retenons l’exemple de Polonezköy), mais qui serait depuis la mise en place du système des villes satellites légalement codé et massifié. Savaş Zafer Şahin a exprimé pourtant clairement à travers son exposé que cette codification légale n’a pas encore pris toute son effectivité dans les villes satellites. Il montre à travers ses recherches la confusion qui règne dans la plupart des 51 villes satellites d’Anatolie en présentant les résultats des entretiens qu’il a mené avec des représentants officiels de ces mairies (notamment avec l’exemple de la confusion entre iltica et irtica : réfugié et réactionnaire).

La question de « l’intégration » est également sujette à controverse. Faut-il plutôt parler « d’incorporation » ou « d’assimilation », comme le souligne un membre de l’auditoire ? Bülent Çiçekli (Haut Conseil des Juges et des Procureurs) rappelle que les termes d’intégration et d’incorporation ne sont pas adaptés au cas de la Turquie où une des seules solutions possibles pour acquérir la nationalité est le mariage. Özgür Avcı évoque l’exemple des migrants bulgares arrivés en 1989, dans le cadre d’une perspective sociologique qui interroge l’intégration de ces migrants qui s’est pourtant réalisée dans les conditions requises par la loi relative à l’installation de 1934 (İskan kanunu). Cette loi stipule la nécessité d’appartenir à un peuple « turcique » (dont la définition donnée par l’Assemblée Nationale reste vague) et bien que les Bulgares soient considérés comme soydaş (littéralement « congénère ») elle ne garantit pas leur intégration complète à la société. Un panel s’est attaché à creuser la question du point de vue psycho-social et a formulé des commentaires à mettre directement en relation avec la question de l’intégration. Şükran Sevimli (Van Üniversitesi) tentera dans cette perspective de comprendre les conditions de « l’alterification » (ötekileştirme) en Turquie et soulignera la forte stigmatisation des migrants et des étrangers dans les médias et la société turque. Les termes xénophobie et racisme reviennent souvent pour décrire la situation et Şükran Sevimli ajoutera que la société turque n’est pas une société ouverte sur l’extérieur (« Açık bir toplum değiliz »).

Les réformes juridiques récentes que la Turquie a menées ont également été au centre des discussions. Le processus de rapprochement vers les standards légaux européens aboutira t-il à la ratification de la Convention de Genève sans restriction ? Quels seront les impacts de la loi récente sur la normalisation de l’accès aux permis de séjour à temps long ? Sera t-il possible pour les migrants et leurs enfants d’avoir accès au système de santé et d’éducation comme le stipulent  les réformes récentes ? Quels seront les rôles exacts des deux nouveaux organes du Ministère de l’Intérieur (Département de l’Immigration et l’Organisation pour le Contrôle des Frontières – Göç İdaresi Genel Müdürlüğü ve Sınır Güvenliği Teşkilatı) ? Ces réformes laissent présager des évolutions tant vers la normalisation du processus (d’un point de vu légal et social) que vers la sécurisation des frontières et un contrôle intensifié des migrations en Turquie.

Nicolas Fait


Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. meilo dit :

    Article intéressant et bien écrit nous donnant une idée de la teneur des débats lors de cette conférence. merci.

  1. 14 mai 2013

    […] des pratiques et la sécurisation des frontières (cf. nos éditions du 9 juillet 2012 et du 19 mai 2012). Toujours est-il que la Turquie semble en l’occurrence encline à prouver son engagement […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.