La télévision publique turque lance une chaîne en langue kurde : TRT-6


Les différentes langues kurdes ont longtemps été interdites en Turquie, avant de voir leur usage public admis en 1993 et leur interdiction médiatique levée en 2002. Cette évolution prudente a amené le pouvoir central à faire un nouveau pas en faveur de la diversité culturelle, en décidant d’offrir une chaîne publique aux quelques 12 millions de Kurdes qui peuplent le pays.

Depuis le 1er janvier 2009, la population kurde peut ainsi regarder la nouvelle chaîne en kurde de la télévision publique turque (TRT). Baptisée TRT-6, cette chaîne propose 24 heures sur 24 des programmes non sous-titrés : documentaires, émissions musicales ou séries, et ce principalement en «kurmanji», l’une des trois langues kurdes (avec le «sorani» et le «zaza»). Cela représente une avancée considérable et répond à une demande d’ouverture formulée de longue date par l’UE. En effet, si l’interdiction de diffusion d’émissions télévisuelles et radiophoniques a été levée à l’époque des paquets d’harmonisation législatifs (entre février 2002 et août 2003), aucune initiative concrète de grande ampleur n’avait vraiment vu le jour, depuis. Dès le 25 décembre 2008, les programmes de TRT-6 ont été dévoilés lors d’une répétition générale, au cours de laquelle la direction de la chaîne a de nouveau redit son ambition d’être le reflet de «la diversité culturelle de la Turquie». L’opération a été soutenue par Recep Tayyip Erdoğan, venu en personne participer au lancement officiel de la chaîne, le 1er janvier dernier. Pour l’occasion, le premier ministre a donné une interview où il a présenté symboliquement ses vœux en kurde à TRT-6.

Si cet évènement représente un progrès réel en matière de reconnaissance des droits des Kurdes, de nombreux analystes politiques y voient aussi une manœuvre électorale savamment orchestrée par le gouvernement de l’AKP. À moins de trois mois des élections municipales, on peut légitimement s’interroger sur la sincérité des intentions qui sont derrière cette initiative. En effet, les restrictions et les sanctions en matière d’utilisation d’une langue autre que le turc restent nombreuses dans ce pays, notamment dans l’éducation et les services publics. Les condamnations de maires de villes du sud-est du pays, ayant fait usage de leur langue, dans des tracts ou des discours, sont encore monnaie courante.

Le lancement de TRT-6 est donc accueilli avec prudence par la communauté kurde, dans le sud-est, où paradoxalement, l’AKP a progressé ces dernières années, en partie à cause de la lassitude d’une partie significative de la population qui souhaite la fin des violences et ne se montre pas insensible aux avancées réalisées ces dernières années dans le cadre des négociations avec l’UE. Eu égard à ce contexte, le parti kurde DTP, première force politique dans la région, perçoit le lancement de TRT-6 comme une véritable manœuvre électorale du gouvernement. Il faut dire que cette démarche d’ouverture est d’autant plus surprenante qu’un ensemble de règlements du Conseil électoral publié récemment au journal officiel continue de stipuler que seule l’utilisation de la langue turque sera autorisée pendant la campagne pour les élections municipales, qui doivent avoir lieu le 29 mars prochain. Pour mettre le gouvernement à l’épreuve, le DTP a préparé un projet de loi visant à autoriser l’utilisation dans la correspondance officielle des lettres Q,W et X, ce qui n’a pas manqué de soulever un tollé chez les nationalistes, ces trois lettres ne faisant pas partie de l’alphabet turc. «Si la loi passe, de nombreux problèmes seront résolus», a confié au quotidien «Taraf» le député kurde, Hasip Kaplan, faisant allusion aux difficultés auxquelles se heurtent les demandes de festivals qui doivent se tenir lors la fête kurde de Nevruz. Cette fête célébrée par les Kurdes à l’origine est devenue officiellement depuis deux ans une fête turque (cf. notre édition du 26 mars 2007), mais les demandes d’autorisation d’activités festives ont été formulées, dans le sud-est, en employant l’orthographe kurde («Newroz») et ont donc été refusées par les autorités. Ainsi, au moment même où une chaîne de télévision en kurde est lancée, l’usage du kurde est, on le voit, encore sujet à des blocages tatillons.

Le sort de l’ancien député du DTP, Mahmut Alınak, objet de nombreuses condamnations pour usage d’une langue non officielle, est ici très révélateur. Ce dernier a été écroué plusieurs fois pour des motifs divers : déclamation publique d’une chanson en kurde au cours d’un rassemblement électoral ou encore envoi d’une lettre en kurde au premier ministre. Cette lettre a d’ailleurs été jointe, comme pièce à conviction, au dossier de la procédure visant à interdire le DTP, qui est pendante devant la Cour constitutionnelle. Interrogé par le quotidien «Radikal» sur TRT-6, Mahmut Alınak a déclaré que l’Etat avait accepté les diffusions en kurde «uniquement parce que l’interdiction de la langue est devenue intenable».

Au chapitre des réactions, notons aussi celle du député DTP de Diyarbakır, Gültan Kışanak, qui a précisé qu’il fallait désormais se doter de nouveaux outils juridiques pour autoriser la création de chaînes privées en kurde. Faisant allusion à la loi qui limite la diffusion des programmes en langue kurde à quatre heures par semaine pour les chaînes privées, il a estimé en effet que le droit de diffusion en langue kurde «ne doit pas être le monopole de l’Etat». La situation actuelle donne en fait une sorte d’exclusivité à TRT-6 qui émet en continu, ce qui peut tendre à en faire un instrument politique au service de l’Etat à destination des populations kurdes. Devant ces craintes et ces accusations, Sinan Ilhan (un ancien diplomate kurdophone), coordinateur de la chaîne et nommé par le gouvernement, a réaffirmé que la fonction première de TRT-6 est de «fournir des programmes contribuant à la prise de conscience démocratique de la population du pays».

Bien que la création de TRT-6 soit un premier pas, elle ne signifie pas la suppression complète des restrictions de l’usage des langues kurdes. De surcroît, d’autres doutes subsistent quant aux véritables motivations des instigateurs du projet. Selon l’agence de presse Doğan, il existe actuellement 14 chaînes qui émettent en langue kurde depuis l’Iran, l’Irak et l’Europe. Parmi elles, quatre seraient liées au PKK. L’un des buts officieux de la TRT-6 serait ainsi de contrecarrer l’influence de ces chaînes satellitaires qui émettent depuis l’étranger (notamment «Roj TV», basée au Danemark, qui est souvent accusée d’être un outil de propagande au service du PKK). Rappelons que le PKK, quant à lui, a appelé au boycott de la nouvelle chaîne de télévision publique.

Si les partis d’opposition nationaliste (MHP) et kémaliste (CHP) ont critiqué la création de TRT-6, c’est pour d’autres raisons. Ils estiment en effet que cette initiative porte atteinte à l’unité de la nation. L’association de la pensée kémaliste (AAD – «Atatürkçürçü Düsünce Derneği»), organisatrice des grands «miting» républicains de 2007, s’est montrée encore plus virulente et vient de demander l’arrêt des diffusions en kurde en les dénonçant comme «une opération orchestrée par les forces nationales et internationales» qui veulent «diviser et ruiner le pays». L’association a également condamné sans ménagement les projets universitaires en cours qui visent à ouvrir des départements de kurde dans certaines universités turques. La réalité culturelle est loin d’être encore d’être une réalité admise par tous, même si elle est incontestablement en marche.

Bastien ALEX


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.