Le YÖK entre en campagne


Lors de la conférence des Recteurs des Universités turques qui s’est tenue le 5 avril dernier, le Président du YÖK (Conseil de l’Enseignement supérieur), Erdoğan Teziç, a créé la surprise en plaidant pour l’élection à la présidence de la République, d’une personnalité neutre convaincue des vertus de la démocratie, de la laïcité et « d’une science moderne ». Cet ancien recteur de l’Université de Galatasaray, connu pour ses opinions kémalistes et son franc parler, s’était distingué, en octobre 2006, en renvoyant aux autorités françaises sa cravate de commandeur de la Légion d’honneur après le vote par l’Assemblée nationale du projet de loi pénalisant la négation du génocide des Arméniens.
La prise de position du Président du YÖK sur le déroulement de l’élection présidentielle dans un contexte déjà passablement tendu ne s’appuie pas seulement sur une opinion laïque assez largement partagée, semble-t-il, par la hiérarchie universitaire mais aussi sur des arguments qui concernent le fonctionnement même du régime politique turc et qu’Erdoğan Teziç se croît sans doute d’autant plus habilité à invoquer qu’il est lui-même un constitutionnaliste réputé en Turquie.
Ainsi, le Président du YÖK n’a pas hésité à déclarer que le Parlement élu en 2002, où l’AKP dispose d’une majorité confortable, est le moins représentatif des parlements turcs jamais élus depuis les débuts de la République. Pour lui, ce constat milite en faveur de l’élection d’un candidat de consensus et doit inciter le Premier ministre à ne pas se présenter afin d’éviter d’accroître dangereusement les tensions actuelles. Mais Erdoğan Teziç n’a pas hésité à assortir cette mise en garde d’arguments techniques se voulant plus persuasifs en expliquant que si Recep Tayyip Erdoğan persistait à se présenter, les députés d’opposition pourraient empêcher son élection, lors du premier ou du deuxième tours, en boycottant le scrutin. Une majorité renforcée est en effet requise par l’article 102 de la Constitution pour que l’élection du Président puisse intervenir dès les deux premiers tours si bien, que, selon le Président du YÖK, il faudrait au moins 367 députés pour élire le président. Or, l’AKP ne disposant que 354 sièges, l’élection ne pourrait avoir lieu qu’au 3e et 4e tours où seule la majorité absolue est requise mais une telle hypothèse, toujours pour Erdoğan Teziç, ruinerait le profil du nouvel élu en le réduisant au rang de chef de faction.
Cette immixtion du YÖK dans les développements les plus actuels de la vie politique a provoqué la colère des députés et des militants de l’AKP au moment où leur leader entreprend une consultation de la société civile en rendant visite à une série d’ONG avant de prendre une décision sur l’opportunité de sa candidature.Mais cette attitude a été également assez largement critiquée par la classe politique et les milieux libéraux qui pensent que le Président du YÖK sort du rôle qui lui est dévolu et que son interprétation de la Constitution pour ce qui est du déroulement de l’élection présidentielle est erronée.
Après l’Etat-major, les militaires à la retraite, les partis d’opposition, on a le sentiment que c’est le YÖK qui entre à son tour en campagne pour dissuader Recep Tayyip Erdoğan de s’asseoir dans le fauteuil d’Atatürk. Ce comportement d’une instance universitaire peut surprendre mais il faut rappeler que l’institution en question, bien que réformée au cours des dernières années, est, à l’origine, un produit du coup d’Etat de 1980 et qu’elle fut créée à l’époque pour reprendre en main des universités turques qui avaient été le théâtre d’affrontements radicaux dans les années 70. Influencé, comme les auteurs du coup d’Etat, par la synthèse turco-islamiste dans les années 80, le YÖK est revenu sur des positions kémalistes orthodoxes dans les années 90, en particulier après le coup d’Etat post-moderne de 1997, pour traquer ce qu’il estime être des manifestations d’islamisation rampante dans les universités. Cette attitude rencontre l’assentiment de la hiérarchie universitaire qui, au cours de la dernière décennie, s’est souvent heurtée aux islamistes et au gouvernement de l’AKP. Les Recteurs se sont notamment employés à interdire le port du voile dans leurs universités, obtenant finalement gain de cause à la suite d’une longue bataille judiciaire qui s’est achevée, en 2005, devant la Cour Européenne des droits de l’Homme. Mais surtout au cours de cette même année 2005, le conflit entre les autorités universitaires et le gouvernement avait atteint son paroxysme après l’arrestation du Professeur Yücel Baskın, Recteur de l’Université Yüzüncü yıl de Van. Le gouvernement avait alors été accusé d’avoir instrumentalisé une procédure judiciaire pour se débarrasser d’un universitaire connu pour son laïcisme et son combat contre le voile. Le YÖK et son président avait été à la pointe des manifestations organisées pour soutenir le Professeur Baskin et obtenir sa libération. Le 22 octobre 2005, 74 recteurs d’Université s’étaient rendus à la prison de Van pour rendre visite à l’universitaire incarcéré et, quelques jours plus tard, le Président de la République Ahmet Neccdet Sezer avait exprimé son soutien aux recteurs en les invitant à Çankaya à l’occasion de la fête nationale. Cette affaire avait provoqué la colère du Premier Ministre qui avait commenté l’événement en déclarant :

« Ceux qui se rendent à Van feraient mieux de s’occuper de leurs affaires et de ne pas intervenir dans les procédures judiciaires ».

C’est sans doute ce que pensent à nouveau les milieux gouvernementaux mais force est de constater qu’ils reçoivent cette fois l’appui d’une partie des médias libéraux et de l’opinion publique. Car si en 2005, l’attitude du YÖK pouvait s’expliquer par le fait que l’un de siens avait été mis derrière les barreaux d’une façon quelque peu suspecte, l’intervention délibérée du premier des universitaires turcs dans le cours de l’élection présidentielle, sur le modèle de ce que se permet de faire régulièrement l’Armée, est plus difficilement compréhensible et risque d’entraîner un raidissement des positions de l’AKP qui, ces derniers temps, semblait pourtant se faire à l’idée que l’enfant de Kasımpaşa devrait se résoudre à ne pas aller à Çankaya.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.