Les leaders de l’opposition critiquent Erdoğan sur Gaza


Le 20 janvier 2008, lors de la réunion de leurs groupes parlementaires, les deux principaux leaders de l’opposition, le kémaliste, Deniz Baykal et le nationaliste, Devlet Bahçeli, ont critiqué les positions adoptées par le gouvernement turc sur Gaza.

En estimant que «la Turquie était devenue la représentante du Hamas», Deniz Baykal, qui a rejeté la motion du parlement turc condamnant Israël, a déclaré que son pays doit avant tout exprimer un point de vue humanitaire sur la situation à Gaza, mais éviter de s’impliquer dans le conflit et encore moins dans les dissensions entre Palestiniens. Pour sa part, Devlet Bahçeli, s’en est pris à la politique turque au Proche-Orient en la jugeant particulièrement ambiguë :

«D’un côté, le gouvernement soutient le Hamas et de l’autre, il essaye de préserver sa relation avec Israël. C’est contradictoire et hypocrite. C’est le signe du désespoir et de la faiblesse… Les propos héroïques du gouvernement après les événements, sa gêne à prendre des sanctions contre Israël, comme les critiques formulées contre ce pays par ailleurs, resteront dans l’histoire comme les manœuvres rusées d’un politicien inconséquent.»

Ces deux déclarations sont bien sûr à usage interne. En présentant Recep Tayyip Erdoğan comme le porte-parole du Hamas, Deniz Baykal entend tirer la sonnette d’alarme pour dénoncer la tournure religieuse prise en Turquie par la mobilisation en faveur de Gaza et l’exploitation politique qui peut en être faite par le parti majoritaire. Quant à Devlet Bahçeli, il cherche surtout à contrer l’instrumentalisation de la mobilisation pro-palestinienne par l’AKP, en essayant de la faire passer pour de la duplicité.

Cet argumentaire sonne faux dès que l’on se replace dans le cadre plus global de la situation au Proche-Orient et des positions adoptées par les principaux acteurs de la région. La France est quasiment prête à discuter avec le Hamas et l’idée est désormais débattue aux Etats-Unis et même en Israël. C’est aussi l’une des questions qui sera posée à la présidence Obama dans les prochains jours.

Depuis trois semaines, la politique étrangère turque a fait écart en réussissant à parler à la fois au Hamas et à Israël. Ahmet Davutoğlu (photo) le conseiller pour la politique étrangère du premier ministre, considéré actuellement comme l’éminence grise de la diplomatie turque, a déclaré le 19 janvier 2008, après le sommet qui s’était tenu la veille, à Charm-El-Chekh, en Égypte, que la Turquie avait joué un rôle clef dans l’établissement d’un cessez-le-feu à Gaza, parce qu’elle avait su convaincre le Hamas de l’accepter. Ahmet Davutoğlu a même précisé que si la Turquie n’était pas intervenue, le sommet en question n’aurait été qu’une promenade de santé. Parallèlement, il est vrai qu’alors que l’Iran et la Syrie appelaient à rompre toute relation avec Israël et que des manifestations islamistes en Turquie reprenaient ce mot d’ordre, Ankara a maintenu le lien avec Tel-Aviv. Le 17 janvier 2009, le ministre turc des affaires étrangères, Ali Babacan, a d’ailleurs rejeté l’idée d’une rupture en expliquant qu’il était «important que les canaux de communication restent ouverts», mais en admettant aussi que son pays adoptait désormais «un autre ton» à l’égard de l’Etat hébreu.

Au moment où beaucoup d’observateurs annoncent que Gaza sera l’un des premiers dossiers abordés par le nouveau président américain, cette ambivalence de la diplomatie turque ne peut que placer encore plus Ankara au premier plan de la scène proche-orientale.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.