Les leçons de l’affaire de l’avion turc abattu par la Syrie

Depuis une semaine, le F4-Phantom abattu par la Syrie est le sujet principal des déclarations officielles en Turquie, et il a sans arrêt tenu la une de la presse dans ce pays… Des réactions du premier ministre et de ses ministres, des commentaires officieux venant, comme l’on dit de sources autorisées, des suppositions et supputations diverses, je retiens, pour ma part, trois grandes leçons.

La première est que ce n’est pas parce que l’on est dans l’une des régions les plus observées et surveillées du monde que le public est forcément bien informé au final. Ce serait même plutôt l’inverse ! On peut supposer que les principales puissances présentes dans la région savent ce qui s’est passé, le vendredi 22 juin, et pourquoi cet avion a été abattu. L’affaire est en effet intervenue dans l’angle nord de la méditerranée orientale, un endroit proche de plusieurs points nodaux de défense et d’observation stratégiques d’une importance capitale : la base russe de Tartus (dernier point d’appui des Russes au Proche-Orient), la base américaine d’Incirlik (poumon pour le ravitaillement des troupes américaines, lors l’intervention en Irak), le radar de détection précoce de Kürecik (élément fondamental du bouclier antimissile de l’OTAN qui est déployé actuellement pour protéger l’Europe).

Malgré la présence de ces grandes oreilles et de ces regards perçants, ce que l’on sait vraiment du différend qui oppose Turcs et Syriens est encore encombré de beaucoup d’incertitudes. L’avion turc, qui avait décollé de la base de Malatya, en fin de matinée, le 22 juin 2012, a été abattu à 11h56. La frappe syrienne serait intervenue dans les eaux internationales, mais l’appareil  aurait pénétré antérieurement, pendant un court laps de temps, dans l’espace aérien syrien. D’après l’enregistrement des communications syriennes, révélé par les services de renseignement turc, l’avion aurait bien été identifié comme turc par ceux qui ont décidé de l’abattre. Et, en tout état de cause, une telle réaction intervenue sans sommation préalable est totalement inhabituelle, même lorsqu’un appareil entre par mégarde dans l’espace aérien d’un autre Etat. En pareil cas, les autorités du pays concerné demande généralement à l’intrus de s’identifier, et l’incident se résout le plus souvent pacifiquement. L’état-major turc a révélé que, depuis un an, l’espace aérien turc avait été violé 114 fois, et donc que sa défense anti-aérienne aurait dû abattre 114 appareils, s’il avait réagi comme la Syrie le 22 juin dernier…

Quoi qu’il en soit, la première question qui demeure jusqu’à présent sans réponse est celle de savoir quelle était exactement la mission de l’appareil ? Le ministère turc des affaires étrangères a évoqué un vol de routine, destiné à tester la fiabilité des radars turcs, en insistant sur le fait que l’avion était désarmé. Mais des experts russes ont estimé que la mission en question était en fait destinée à tester la capacité de réaction des Syriens, un député du CHP affirmant même que l’avion était accompagné par un appareil appartenant à un autre pays de l’OTAN… Ces déclarations tendraient à donner à l’incident une explication à dominante militaire : la Syrie était en position de se défendre. C’est d’ailleurs l’explication que n’ont cessé de fournir les autorités syriennes, en affirmant que même si l’avion avait été syrien elles l’auraient abattu, voire en déclarant qu’elles avaient cru que cet appareil était israélien… car selon, leurs dires, les avions turcs ressembleraient aux avions israéliens (sic). Ceci étant, il y a beaucoup de contradictions dans les positions de Damas, et si en tout état de cause, une explication strictement militaire ne devait pas être retenue, c’est une explication beaucoup plus stratégique qui prévaudrait. Que l’appareil ait été ou non en train de tester le dispositif de défense syrien, il a été délibérément abattu (avec peut-être l’aval tacite de Moscou) afin de démontrer que la Syrie, équipée de radar et de missiles russes, étaient en mesure de se défendre. Relevons qu’au même moment, Bachar el-Assad qui, comme par hasard, est subitement sorti de son silence, a affirmé successivement, au cours des derniers jours, que son pays était en état de guerre et qu’il fallait tout mettre en œuvre pour gagner cette guerre à l’intérieur du pays… De là à tout mettre en œuvre pour prévenir une guerre à l’extérieur (découlant d’une intervention internationale), il n’y a qu’un pas que Bachar el-Assad a franchi hier dans une allocution télévisée, en affirmant qu’on se rendait compte aujourd’hui que l’intervention en Libye n’était «pas une solution à reproduire car elle avait aggravé la situation», et que le peuple libyen payait actuellement le prix de cette erreur.

La seconde leçon que l’on peut retirer de cette affaire d’avion est qu’elle n’est sans doute pas intervenue, ces jours-ci, par hasard. Le 30 juin prochain, doit se tenir à Genève la conférence du groupe d’action sur la Syrie, rassemblant les membres du Conseil de sécurité, la Turquie, l’Irak, le Qatar et le Koweït ainsi que les secrétaires généraux de l’ONU et de la Ligue arabe. Jusqu’à présent, la Russie a fait mine de soutenir le plan Annan, mais ce dernier veut désormais faire adopter, par la prochaine conférence de Genève, le principe de la mise en place d’un gouvernement d’union nationale, excluant «ceux dont

la présence pourrait nuire à la crédibilité de la transition». Hier, le chef de la diplomatie russe, Sergueï Lavrov (photo), a paru se démarquer nettement du plan Annan, en déclarant qu’il était exclu qu’une solution vienne de l’extérieur, et en estimant que l’absence de l’Iran à la conférence de Genève était une erreur. Pour les diplomaties russe et syrienne, il s’agit donc, semble-t-il, de gérer l’échec du plan Annan, en essayant de ne pas en endosser la totale responsabilité et d’utiliser l’état actuel de tensions turco-syriennes pour détourner l’attention, au moment même où la répression atteint son comble en Syrie. Les dernières heures se sont ainsi traduites par des démonstrations militaires de force de part et d’autre de la frontière, la Turquie renforçant notamment ses défenses anti-aériennes, la Syrie faisant monter vers le nord des colonnes de blindés.

La troisième et dernière leçon que l’on peut tirer de ces événements concerne la position de la Turquie dans la région. L’affaire de l’avion confirme à quel point la crise syrienne met Ankara dans une position délicate. Ce n’est pas la première provocation de Damas que la Turquie doit endurer. Il y avait eu en novembre dernier la prise d’assaut des représentations diplomatiques turques et l’autodafé d’un drapeau, qui avait amené Recep Tayyip Erdoğan à apostropher publiquement Bachar el-Assad, en lui promettant le même sort qu’Hitler, Mussolini et Kadhafi (cf. notre édition du 16 novembre 2011). Il y avait eu, en avril, les tirs syriens sur un camp de réfugiés installé en territoire turc, qui avaient vu la Turquie évoquer l’article 5 de la Charte de l’OTAN et l’obligation d’assistance à un pays membre attaqué qu’elle prévoit (cf. notre édition du 10 avril 2012). Chaque fois, le lion turc rugit, mais il ne bouge pas, contenu par les rets que lui imposent ses alliances occidentales auxquelles, dans le contexte des périls actuels, il est plus que jamais attaché. La non-résolution du dossier nucléaire iranien, les printemps arabes et notamment la crise syrienne, ont placé la diplomatie turque sur la défensive. Contrainte de revenir à ses alliances traditionnelles (OTAN, liens avec l’UE…), elle ne dispose plus de cette marge de manœuvre, qui avait fait le succès de sa politique étrangère jusqu’en 2010, et qui la voyait jouer une carte néo-tiers-mondiste (voire gaullienne avaient dit certains) à l’égard des grandes puissances et de ses alliés occidentaux. Désormais, Ankara renoue donc avec la discipline des alliances et les réactions ne sont pas possibles à l’égard des provocations syriennes sans l’aval du grand frère. Cet impératif explique le cafouillage turc dans les heures qui ont suivi la nouvelle de l’avion abattu par les Syriens. Comment réagir sans mécontenter l’OTAN ? Comment faire preuve de fermeté sans compromettre ses alliés ? Dans un contexte où, au Proche-Orient, se dessine une sorte de nouvelle guerre froide opposant les Américains, l’OTAN, les Kurdes et les Sunnites irakiens, les pays du Golfe et la Turquie, d’une part, à la Russie, l’Iran, les Chiites irakiens, le Hezbollah libanais et la Syrie, d’autre part, il n’y a plus de place pour les francs-tireurs. On est d’un côté ou de l’autre, et la Turquie est de retour dans le bloc occidental qu’elle le veuille ou non. La ressemblance de l’avion abattu avec un appareil israélien qu’ont invoquée les Syriens pour se justifier, n’est sans doute pas une comparaison fortuite. La page de la nouvelle politique étrangère turque, initiée depuis 2007-2008 et surtout depuis l’accession d’Ahmet Davutoğlu au ministère des affaires étrangères en 2009, est peut-être en train de se refermer.
Jean Marcou


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.