Les bus roses de la discorde

Le Saadet Partisi (Parti de la Félicité) semble décidé à faire émerger son idée : créer des bus destinés uniquement aux femmes dans la métropole stambouliote. Il propose de remplacer un tiers ou un quart des métrobus habituels par des bus roses, dans lesquels les hommes ne seraient pas acceptés. Après avoir lancé l’idée en février, son président, Selman Esmerer, a publiquement envoyé une pétition de 60 000 signatures réclamant à la municipalité d’Istanbul la création de ces fameux bus. Selon le parti, ils auraient une double utilité : faciliter les déplacements des femmes âgées, enceintes ou accompagnées d’enfants en bas âge qui souffrent souvent des bus bondés aux heures de pointe, et éviter le harcèlement sexuel dans les transports en commun. Après les « Pink Cab » londoniens et les « Be Pink » parisiens (taxis réservés aux femmes), voilà les « Pembe metrobüs » stambouliotes !

Cette idée en a fait bondir plus d’un(e), comme en témoigne l’article de la bloggeuse Belgin Tan, relayée par le journal Hürriyet Daily News. Intitulé très explicitement « Pink metrobus will make us all prostitutes » (littéralement « les metrobüs roses feront de nous toutes des prostituées »), il s’oppose avec virulence à ce projet. Un projet qui non seulement est difficilement imaginable pour des raisons économiques et logistiques, mais qui fait craindre également la banalisation d’une ségrégation des sexes dans la vie quotidienne. Car si les deux sexes se sentent plus à l’aise et plus en sûreté lorsqu’ils sont séparés dans le bus, pourquoi ne le seraient-ils pas dans tous les autres transports en commun, et l’ensemble des lieux publics ? Certes, l’idée sembler procéder d’un bon sentiment : personne n’aime voir une femme enceinte debout dans un bus, ou une femme mal à l’aise à cause de l’insistance d’un homme. Mais la solution passe-t-elle par l’isolement des femmes dans des bus spéciaux ? De plus, pour les principaux détracteurs du projet, le problème est clair : les femmes qui choisiront de prendre un metrobüs normal seront vue comme des femmes cherchant volontairement la proximité des hommes, donc peu dignes de respect et de considération. En cas de problème avec un homme dans un bus normal, nul doute qu’elles se verraient rétorquer qu’elles n’avaient qu’à prendre son équivalent rose… si elles osent s’en plaindre.

Le sujet n’est pas anodin, puisque l’atteinte quotidienne aux droits les plus élémentaires des femmes est un véritable fléau en Turquie, comme nous le rappelions dans notre édition du 16 mai 2012, et l’AKP rechigne à prendre les dispositions nécessaires à l’affirmation de l’égalité des sexes et la défense des femmes victimes de violences. Un manque de considération pour la cause féminine que le Parti de la Félicité, qui connaît d’importants problèmes de visibilité politique depuis sa création, semble s’employer à pallier à travers ce projet… Au grand désarroi de nombreuses femmes et hommes, qui n’y voient qu’un moyen de mettre à l’écart les femmes ! Et si elles sont nombreuses à se plaindre de l’attitude de certains hommes dans les bus, elles ont d’autres propositions pour améliorer la situation en tête : en premier lieu, éduquer les hommes plutôt que cacher les femmes ; mais également augmenter le nombre de bus dans la métropole, pour éviter les situations gênantes aux heures de pointe. Pour le Saadet Partisi, c’est peut-être une occasion en or de se démarquer de l’AKP : alors que le Parti de la Justice et du Développement vient d’abandonner une réforme pour réduire la durée légale de l’avortement et la diminution du nombre de césarienne, son rival propose des mesures concrètes censées aider les femmes dans leurs déplacements quotidiens. Cette polémique a dès lors l’avantage de mettre à l’agenda de la municipalité la question du respect des femmes dans l’espace public. Face aux offensives du Saadet Partisi, nul doute que l’AKP sera forcé de faire, lui aussi, des propositions pour répondre à celle-ci – la question des transports étant un souci permanent à Istanbul. En attendant, les internautes se déchaînent sur le sujet, en raillant ouvertement le projet du Parti de la Félicité : certains proposent de se concentrer plutôt sur les harceleurs et de les peindre en rose, ou encore de créer des cimetières roses pour les éventuelles victimes d’accidents de metrobüs rose… Des plaisanteries qui montrent une vraie consternation face à ce projet, jugé complètement « à côté de la plaque » par beaucoup !


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Abdoulaye Bah dit :

    La meilleure solution pour moi serait d’éduquer les hommes tout en introduisant des sanctions sévères pour les gens qui se comporteraient mal.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.