L’accueil des réfugiés syriens : une opportunité pour la Turquie de démontrer sa capacité d’intervention humanitaire ?

La Turquie, pays généralement considéré comme un carrefour migratoire, n’a pas toujours été un exemple en matière de respect des droits auxquels peut prétendre un migrant (qu’il soit réfugié ou non). Il y a encore peu, les rapports des ONG spécialisées s’accumulaient, et tous s’accordaient pour faire un constat évoquant le manque de droit des étrangers, notamment des irréguliers ou des demandeurs d’asile. Les rapports d’Human Right Watch, d’Helsinki Citizen Assembly et de Migreurop nous éclairent sur les pratiques courantes relatives à l’enfermement ou encore à l’expulsion de migrants dans ce pays. Les «centres pour invités» (misafir hanesi) récemment reconvertis en plus politiquement corrects «centres d’expulsion» (geri gönderme merkezi) y sont décrits comme des lieux où les privations de droits sont monnaie courante. Un rapport d’Helsinki Citizen Assembly dénonce également les procédures arbitraires d’expulsion sur les frontières irakiennes ou iraniennes. Le décès du Nigérian Festus Okay, lors d’une garde à vue, le 20 août 2007, suite à la maltraitance des policiers, a probablement été l’un des symboles des écarts des forces de l’ordre, à cet égard.

Ceci étant dit, la Turquie a récemment montré un autre visage en la matière. La guerre civile en Syrie a provoqué un fort exode de populations vers la Turquie, notamment vers les provinces du Hatay, de Şanlıurfa ou encore de Gaziantep. La Turquie n’est pas la seule dans cette situation : la Jordanie compterait 33 000 réfugiés sur son territoire, l’Irak, 7000 et enfin le Liban, désormais 60 000. Les Nations Unies évaluent le nombre de réfugiés syriens dans les pays limitrophes à 112 000, à la mi-juillet. On peut d’ors et déjà réévaluer ce chiffre à plus de 145 000. En Turquie, le nombre de réfugiés syriens est aujourd’hui évalué à 43 000 par l’AFAD (Afet ve Acil Durum Yönetimi Başkanlığı, la Direction pour la gestion des situations de crise et d’urgence). Neuf «villes-camps» (huit «villes-tentes» et une «ville-conteneurs») ont été installées dans la région, et on prévoit d’en construire d’autres.

C’est dans ce contexte politique et humanitaire que le vice-premier ministre, Bülent Arınç, a récemment souligné les efforts que la Turquie a faits en la matière, lors d’une visite de Maria Otero (cf. photo), sous-secrétaire d’État américaine pour la démocratie et les affaires internationales :

«Nous possédons une frontière de 910 kilomètres avec la Syrie, et c’est à cette frontière que chaque jour des centaines de réfugiés fuient les persécutions du régime d’el-Assad. Nous ne les repoussons pas, nos portes leurs sont ouvertes. Nous leurs préparons des solutions. Jusqu’alors, le gouvernement turc a dépensé plus de 200 millions de dollars pour ces mesures. Et nous dépenserons bien plus parce que c’est une question d’humanité.»

Maria Otero, pour sa part, a tenu peu après des propos très élogieux sensiblement similaires : «Vous avez fait preuve de magnanimité en laissant vos frontières ouvertes (…) vous vous êtes montrés exemplaires aux yeux du monde.»

Ahmet Davutoğlu s’est également exprimé sur le sujet lors d’une conférence de presse consacrée à la crise syrienne, le 16 juin 2012 : « Humainement, il est évident que l’arrivée massive des réfugiés en Turquie nous préoccupe ». Puis, faisant référence aux mesures prises par la Turquie, mais aussi par les Nations Unies envers le régime baasiste, il a déclaré : « Ce qui est important est de prendre les mesures les plus efficaces dès que possible pour mettre fin à la tragédie humanitaire ». Bien que le Washington Post ait souligné les difficultés techniques liées à l’encadrement des réfugiés et la multiplication récente des rixes dans les camps, la Turquie est perçue comme un exemple en la matière.

La crise syrienne a amené son lot de questions pour la Turquie (cf. notre édition du 20 juillet 2012). Dans son opposition aux dérives du régime d’el-Assad et quitte à s’écarter de la politique de bon voisinage d’Ahmet Davutoğlu, les autorités turques se sont rangées du coté des civils et des rebelles, et ont par conséquent décidé de laisser leur frontière ouverte et d’organiser l’accueil des réfugiés. Il s’agit certes d’un événement ponctuel, probablement difficile à relier directement à l’impact des réformes engagées dans le cadre des négociations avec l’Union Européenne et de l’adoption des acquis communautaire en terme d’asile et d’immigration sur la normalisation des pratiques et la sécurisation des frontières (cf. nos éditions du 9 juillet 2012 et du 19 mai 2012). Toujours est-il que la Turquie semble en l’occurrence encline à prouver son engagement réformateur.

Nicolas Fait


Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. Bekir dit :

    La Turquie et historiquement l’Empire ottoman, a toujours montré une sensibilité humanitaire remarquable lorsqu’il s’agit de secourir des peuples en détresse. Je prendrai pour simple exemple l’accueil des communautés juives fuyant la répression de Franco alors que la France collaboratrice les déportait. Plus récemment lors de la révolution en Libye, la Turquie a encore montré son attachement à la dignité humaine en mettant en place un corridor humanitaire tandis les que les pays occidentaux bombardaient le pays à tout va. Tout cela pour dire que je ne suis pas d’avis de dire que l’accueil des réfugiés syriens aujourd’hui sur le territoire turc soit dû aux reformes engagées pour l’adhésion à L’UE.

    Bien cordialement

    • Nicolas Fait dit :

      Bonjour,

      Nous avons bien reçu votre commentaire.

      Pour y répondre en partie, l’objet du billet n’était pas de commenter ou d’analyser la “tradition” d’accueil en Turquie à travers une perspective historique. Je pense qu’il est d’ailleurs difficile de parler d’un tel phénomène : la “tradition d’accueil”. Notamment puisque l’accueil des étrangers – réfugiés ou non – est conditionné par l’exercice de la souveraineté, prérogative qui revient à l’État. De manière générale, cet exercice s’est généralement plutôt montré coercitif. Je vous rappelle qu’à l’heure actuelle la Turquie n’accepte pas de réfugiés. Elle est signataire de la convention de Genève avec une close de restriction géographique : seuls les réfugiés d’origine “européenne” peuvent devenir réfugié en Turquie, les autres y déposent une demande et sont réinstallés dans un tiers pays, généralement les États-Unis, le Canada ou encore le l’Australie.

      Puisqu’il est bien difficile de parler de “tradition” d’accueil, il s’agissait plutôt de faire un bref état des lieux des conditions d’accueil des réfugiés sur une période récente (notamment à travers les rapports d’ONG reconnues en la matière ou à travers le rappel d’un fait divers non sans importance, celui du décès de Festus Okay en garde à vue), puis de montrer les évolutions récentes, en l’occurrence avec le cas des réfugiés syriens.
      Bien que ce phénomène à la frontière Syrienne soit ponctuel et déconnecté des réformes que la Turquie mène dans le cadre de l’adoption des acquis communautaires, il s’agissait ici de faire un parallèle entre ces deux phénomènes qui montrent un nouveau visage de la Turquie en la matière.

      NF

  1. 14 mai 2013

    […] Nicolas Fait paru dans l’Observatoire de la vie politique turque le 24 juillet 2012. Cliquez ici pour voir l’article dans le […]

Répondre à Bekir Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.