Recep Tayyip Erdoğan sort renforcé de la crise de Davos


Alors que la sortie de Davos continue à faire la une de la presse turque, il est de plus en plus évident que Recep Tayyip Erdoğan a réussi à transformer sa colère de Davos en retour en force sur la scène politique nationale et internationale.

Le chef du gouvernement avait été critiqué ces dernières semaines pour sa gestion laborieuse de la crise financière et pour une agressivité récurrente qui l’avait vu, tour à tour, vouer le groupe Doğan aux gémonies pour avoir osé le mettre en cause dans le scandale « Deniz Feneri », demander aux Kurdes de quitter la Turquie s’ils ne s ‘y trouvaient pas bien, ou condamner la pétition demandant pardon aux Arméniens. Pour beaucoup d’observateurs, ces faux-pas traduisaient une certaine fébrilité du premier ministre, en baisse dans les sondages et pointé implicitement du doigt par le rapport d’évaluation de la Commission européenne pour sa propension à générer le conflit. Tandis que de surcroît des désaccords apparaissaient avec le Président de la République, ce déclin se lisait aussi dans les sondages qui montraient un tassement de l’AKP et semblaient indiquer que, lors des prochaines municipales, le parti gouvernemental pourrait plafonner à un score inférieur à son score de 2002. Du coup, on avait même vu le premier ministre estimer qu’il pourrait se retirer de la vie politique, dans le cas où les résultats de son parti, lors des prochaines municipales, ne seraient pas à la hauteur de ses espérances.

Plus récemment encore, au début de l’intervention israélienne à Gaza, Recep Tayyip Erdoğan, avait semblé dépassé par les événements et notamment par la rapidité des réactions de solidarité islamistes et même nationalistes, qui de surcroît laissaient entrevoir une gêne de celui qui avait encore accueilli, le 22 décembre 2008, à Ankara, le chef du gouvernement israélien, Ehoud Olmert. Il est vrai qu’au cours des dernières semaines, le premier ministre turc et son entourage n’ont pas ménagé leur peine pour refaire le terrain perdu (critiques particulièrement dures de l’intervention de Gaza, visite à des blessés palestiniens évacués dans des hôpitaux turcs, rassemblement de solidarité des premières dames du Moyen-Orient organisé par Emine Erdogan à Istanbul …) mais il fallait encore à l’ex-footballeur de Kasımpaşa une occasion pour faire la différence. Davos lui aura offert en l’occurrence une opportunité inespérée. Depuis sa sortie théâtrale, il a retrouvé cette dimension de leader charismatique qui semblait de plus en plus lui faire défaut. Après les manifestations de soutien qui l’ont accueilli à son retour à Istanbul et les sondages qui indiquent une remontée spectaculaire de sa côte de popularité, le leader de l’AKP entend transformer l’essai. Le 3 février 2009, devant le groupe parlementaire de son parti, il a savouré son triomphe en expliquant que les intérêts nationaux ne devaient pas s’effacer devant une approche « soft » de la diplomatie.

« Un modérateur n’avait pas à mettre sa main sur l’épaule d’un premier ministre. C’est impertinent. Et si je n’avais pas été diplomate, je ne sais pas ce que j’aurais fait. », a-t-il précisé.

Mais sur le plan international également, les effets de Davos sont loin d’être négatifs pour le premier ministre. Le secrétaire général de l’ONU, Ban Ki Moon, lui aussi présent au fameux débat de Davos, a donné raison à Recep Tayyip Erdoğan. Il l’a appelé pour lui confirmer que la répartition du temps de parole pendant le panel n’avait pas été équitable et pour lui demander de rester au service de la paix au Proche-Orient. La plupart des pays européens, qui se sont exprimés sur l’attitude de Recep Tayyip Erdoğan, ont estimé qu’on ne devait pas y voir une dérive orientale de la Turquie et qu’en réalité ce pays avait montré à cette occasion la place qui était la sienne au Proche-Orient et sur la scène internationale. Même les principaux leaders israéliens semblent vouloir désormais minimiser l’incident. Ehoud Olmert a rappelé que la Turquie était actuellement en période électorale et que cela pouvait faire oublier beaucoup de choses, tandis qu’Ehoud Barak a souligné l’importance stratégique de ce pays et la nécessité de mettre un terme au plus vite à la zizanie de Davos.

Mais en dernier lieu, si Davos s’avère être un succès politique pour Recep Tayyip Erdoğan, il faut voir également que cela tend à le replacer sur la plus haute marche de la diplomatie turque, une place un peu trop souvent occupée, depuis le fameux match d’Erevan, par Abdullah Gül. Au moment où la campagne des municipales s’ouvre, sur tous les plans, le premier ministre a repris la main.
JM


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.