Après Erbil, Ahmet Davutoğlu pousse jusqu’à Kirkouk

Le ministre turc des affaires étrangères est connu pour être un grand voyageur.  Enchainant des déplacements multiples, il prétend même faire de cette diversité itinérante le symbole d’une diplomatie tout azimut qui peut, presque dans une même journée, négocier à Bruxelles, rayonner dans le monde arabe, échanger avec Téhéran ou parler à son grand voisin russe. Cet éclectisme dans les destinations choisies se double parfois d’un goût prononcé pour un retour vers des sources ottomanes célébrées avec émotion. L’an dernier, Ahmet Davutoğlu avait fêté la fin du Ramadan à Sarajevo en expliquant que là-aussi il se sentait tout à fait chez lui.

Il n’est pourtant pas sûr que cette humeur vagabonde fasse toujours l’unanimité. La dernière escapade du chef de la diplomatie turc à Kirkouk, qui a provoqué l’ire du gouvernement irakien, vient de le montrer.

L’affaire a d’autant plus surpris que l’objectif initial du déplacement annoncé d’Ahmet Davutoğlu était Erbil et non Kirkouk. Inquiète du sort du nord de la Syrie depuis que les troupes de Bachar el-Assad en ont perdu le contrôle, et redoutant que des organisations kurdes syriennes ne s’en rendent maître, le gouvernement turc a donc mandé son missi dominici planétaire à Erbil la capitale des Kurdes irakiens. Le leader de ces derniers, Massoud Barzani, ayant esquissé un rapprochement avec des organisations kurdes syriennes proches du PKK, il s’agissait pour le chef de la diplomatie turque d’obtenir des éclaircissements sur la situation en cours et surtout de faire comprendre que la Turquie ne tolèrerait pas la création d’une nouvelle région kurde autonome en Syrie à plus forte raison si celle-ci envisageait de faire sa jonction avec les Kurdes irakiens (cf. nos éditions  des 26 juillet 2012 et 29 juillet 2012)

Erbil n’est pas une destination inhabituelle, tant pour le ministre turc des affaires étrangères que pour ses collègues du gouvernement. Depuis novembre 2009, Ahmet Davutoğlu (cf. notre édition du 6 novembre 2009) et plusieurs autres ministres turcs se sont rendus dans la région kurde d’Irak du nord, Recep Tayyip Erdoğan y venant même, en personne, en mars 2011 (cf. article de Jean-Paul Burdy dans ce blog, 23 avril 2012). Cette fréquence de déplacement dans la capitale nord-irakienne s’explique par les bonnes relations qui se sont nouées entre Ankara et les Kurdes irakiens depuis 2007, et qui sont apparues comme l’une des manifestations de la nouvelle politique étrangère turque et de la nouvelle approche de la question kurde par le gouvernement de l’AKP. L’objectif de ces rapports directs avec la région autonome kurde est bien sûr de saper les bases arrière dont dispose le PKK en Irak du nord. Il a été en partie atteint. Bien que Massoud Barzani ait expliqué que, pas plus que l’armée turque, ses peshmergas ne seraient en mesure de venir à bout militairement de la guérilla kurde du PKK qui opère d’un côté et de l’autre de la frontière, il a accepté d’appeler ses frères de Turquie à déposer les armes et à rechercher une solution politique aux différends qui les opposent au gouvernement turc. De son côté, le régime d’Erbil bénéficie d’un soutien économique turc massif, et alors même qu’il est entré en conflit avec le régime fédéral de Bagdad dominé par les Chiites, il peut aussi compter désormais sur un appui politique appréciable d’Ankara.

La visite d’Ahmet Davutoğlu à Erbil, le 1er août 2012, a confirmé que cette situation perdurait dans les grandes lignes. Le communiqué de presse qui a été publié conjointement après la rencontre entre le président de la région kurde d’Irak du nord et le ministre turc des affaires étrangères, déclare que toute tentative d’exploiter le vide du pouvoir en Syrie par une organisation terroriste, serait considérée comme une menace commune par les deux parties et traitée comme telle par celles-ci. Cette réaction devrait mettre provisoirement un terme à la subite paranoïa qui a saisi la presse turque et ses éditorialistes qui voyaient déjà se créer en Syrie un front de 800 kilomètres avec le PKK et qui prédisaient à plus ou moins proche échéance la création d’un Kurdistan indépendant. Cette approche a sans doute surestimé la présence et l’influence du PKK et de ses alliés dans le nord de la Syrie. En réalité, les organisations kurdes les plus représentatives en Syrie entendent surtout participer à la lutte contre le régime de Bachar el-Assad et à la transition politique qui suivra. Elles ont par ailleurs à l’égard de la Turquie, une stratégie proche de celle des Kurdes irakiens de Massoud Barzani. Peu après la rencontre de ce dernier avec Ahmet Davutoğlu, Abdoul Hakim Bachar, le leader du Conseil national des Kurdes de Syrie, qui siège à Erbil, a affirmé vouloir donner un statut aux Kurdes syriens comparable à celui des Kurdes irakiens, et vivre notamment en bonne entente avec la Turquie.

En se rendant à Erbil, Ahmet Davutoğlu a moins voulu mettre en garde Massoud Barzani contre un imaginaire projet irrédentiste consistant à unir les Kurdes syriens aux Kurdes irakiens, qu’aller s’assurer que le succès futur du modèle kurde irakien en Syrie était possible. Dans un tel processus, le rôle de Massoud Barzani est en effet fondamental et on observera qu’une fois de plus la Turquie, en lui dépêchant son ministre des affaires étrangères, le traite comme un chef d’Etat. L’idée d’un tel projet est à terme de donner aux Kurdes une reconnaissance voire une forte autonomie dans les différents Etats où ils se trouvent. Elle n’est pas absurde dans la mesure où ces derniers affichent une multiplicité de caractères identitaires qui ne rendraient pas facile la création d’un Etat kurde unique, s’il elle devait être à l’ordre du jour. Elle suppose néanmoins qu’en Turquie aussi, les Kurdes obtiennent une nouvelle citoyenneté respectant leurs différences et reconnaissant pleinement leurs droits, ce qui est loin d’être le cas actuellement.

Quoiqu’il en soit, gagné peut-être par la perspective de cette nouvelle convivialité régionale qu’il a si souvent appelée de ses vœux, Ahmet Davutoğlu a pensé pouvoir transformer l’essai d’Erbil en poursuivant sa route jusqu’à Kirkouk, le 2 août. Cette autre ville nord-irakienne, dont un référendum n’a toujours pas scellé le destin définitif (rattachement à la région kurde ou non), a été pour le chef de diplomatie turque, dont la famille aurait des origines locales, l’occasion de célébrer la cohabitation des peuples en affectant une nostalgie très ottomaniste pour cette province «perdue» et jamais oubliée. «C’est l’un des plus beaux jours de ma vie. Nous voici dans notre Kirkouk qui a toujours été dans nos cœurs et dans nos rêves. C’est la première fois depuis 75 ans qu’un ministre turc des affaires étrangères visite Kirkouk. Je vous promets que vous n’aurez pas à attendre aussi longtemps pour une nouvelle visite.», a déclaré le ministre, en disant que cet endroit était le  symbole d’une cohabitation séculaire entre Arabes, Kurdes et Turkmènes, destinée à se poursuivre.

Cette initiative a pourtant entamé un peu plus les relations turco-irakiennes, car le gouvernement fédéral de Nouri al-Maliki n’a pas apprécié du tout que le chef de la diplomatie turque se rende à Kirkouk, sans l’en informer et sans suivre la chaine habituelle du protocole officiel. L’incident intervient alors même que les relations entre Bagdad et Ankara sont de plus en plus tendues. En juillet dernier notamment, après avoir fustigé les pays qui ne respectaient pas son espace aérien, le gouvernement irakien avait reproché au gouvernement turc d’avoir signé directement avec Erbil de nouveaux contrats d’approvisionnement en pétrole brut, en se passant de son visa.

L’administration irakienne a qualifié cette visite «d’ingérence flagrante dans les affaires intérieures de l’Irak», et affirmé qu’elle «aurait des conséquences négatives sur les relations entre les deux pays.» Pour sa part la Turquie après avoir cherché à minimiser l’événement, en parlant d’une démarche privée d’Ahmet Davutoğlu, a répondu vertement au gouvernement de Nouri al-Maliki en qualifiant sa réaction «d’inacceptable», et en s’étonnant qu’il s’insurge contre cette visite «pacifique», alors même qu’il a fermé les yeux sur plusieurs années d’occupation américaine de son pays. L’incident indique, une fois de plus la vacuité de la structure étatique irakienne, il montre aussi que, face à des États qui se sont dissous (l’Irak) ou sont en voie de l’être (la Syrie), la Turquie négocie avec des personnalités politiques représentatives dont les intérêts recoupent les siens. C’est la dure loi des relations internationales quand les structures traditionnelles ont disparu.

Jean Marcou


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 1 août 2013

    […] de Damas avait évacué les zones kurdes syriennes, l’été dernier (cf. nos analyses dans notre article du 4 juillet 2012). En tout cas l’hypothèse d’une stabilisation des relations avec les Kurdes de l’extérieur, […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *