Hüseyin Aygün a été libéré

Le rapt d’Hüseyin Aygün (cf. notre édition du 13 août 2012) n’aura duré que 46 heures. Le 14 août, en fin d’après-midi, le député de Tunceli a été libéré presqu’à l’endroit où il avait été enlevé, deux jours plus tôt. En bonne forme, il a dit avoir été bien traité par ses ravisseurs, «6 ou 7 jeunes gens entre 18 et 25 ans», dont le but était, semble-t-il, «de faire de la propagande politique». Ces derniers ont engagé la conversation avec le député. Selon lui, ils ont surtout voulu délivrer «un message de paix», et auraient reconnu que «tous les jeunes tués qu’ils soient des soldats ou des membres du maquis» étaient «des enfants de ce pays.» Ce faisant, tout en souhaitant la fin de la guerre, ils auraient aussi demandé à Hüseyin Aygün d’intercéder au parlement pour que tous les partis s’unissent en vue de trouver une solution au problème kurde, évoquant notamment la reconnaissance d’une autonomie dans le cadre de l’État turc… Le député aurait promis d’agir pour la paix.

Kurde alévi de Tunceli, Hüseyin Aygün appartient au CHP, le parti kémaliste qui est actuellement la première formation d’opposition. Mais il y fait figure de franc-tireur. S’étant fait connaître par son engagement pour la défense des droits de l’homme et pour la promotion du zaza, la langue des Kurdes de Dersim, il a souvent provoqué des remous, au sein même de son propre parti, par ses déclarations fracassantes. Ainsi, l’année dernière, en affirmant qu’Atatürk en personne était au courant des massacres de Dersim, il avait ouvert une polémique, qui devait finalement voir Recep Tayyip Erdoğan présenter des excuses officielles. Plus récemment il avait à nouveau mis le CHP dans une situation délicate, en qualifiant l’alévisme de «religion», et en obligeant son propre leader, Kemal Kılıçdaroğlu (un Kurde alévi de Dersim comme lui), à préciser que l’alévisme était «une croyance et une branche de l’islam.» Quoi qu’il en soit la dernière «aventure» du député de Tunceli et surtout la manière dont il en a rendu compte, ont une fois de plus ouvert un débat qui risque de se prolonger dans les prochains jours. Nombre de responsables politiques n’ont pas apprécié qu’Aygün ait parlé de ses ravisseurs comme «d’enfants de ce pays» et comme «des jeunes courtois», avant d’évoquer l’accolade finale qu’il a échangée avec eux, avant d’être relâché. Non seulement, ce comportement a été qualifié de «honteux» par Egemen Bağış, le ministre turc des affaires européens, et a suscité l’ire des nationalistes du MHP, mais il a provoqué des commentaires gênés au sein du CHP. Certains des responsables du parti kémaliste ont déclaré notamment que les propos d’Aygün étaient la réaction d’un homme qui venait d’être libéré, mais qu’ils ne reflétaient pas l’opinion officielle du parti. Le député de Tunceli a d’ailleurs été convoqué par Kemal Kılıçdaroğlu, au siège du parti, pour une séance d’explications.

Reste à savoir pourquoi Hüseyin Aygün a été enlevé. Certains évoquent les dissensions existant entre Kurdes, et la volonté du PKK de faire pression sur une province un peu trop atypique. Traditionnellement à gauche et alévie, la province de Tunceli s’est en effet souvent démarquée des principales organisations kurdes, qu’elles soient légales (DTP-BDP) ou clandestines (PKK), parce qu’elles sont perçues en l’occurrence comme sunnites. À la différence des autres provinces kurdes où souvent le BDP l’emporte, Tunceli a voté pour le CHP, lors des dernières élections. Par ailleurs, à l’occasion des scrutins locaux, il n’est pas rare de voir fleurir des listes gauchistes qui rivalisent avec le parti kurde légal (cf. article de Musa Çimen dans notre édition du 1er décembre 2009) . Toutefois, l’idée que cet enlèvement ait pu être une réaction du PKK dirigée contre Tunceli paraît peu convaincante dans le cas présent. Hüseyinn Aygün a évoqué des tractations entre ses ravisseurs et les instances supérieures du PKK, qui laissent penser que celles-ci ont pu ne pas être à l’origine de l’enlèvement et que cette opération ait résulté d’une initiative locale. Ce qui s’est passé à Tunceli cadre mal en outre avec la stratégie actuelle du PKK. Certes, l’organisation rebelle s’est lancée dans une série d’initiatives tout azimut : affrontements avec l’armée turque dans le sud-est, attentats dans l’ouest du pays, enlèvements… Dans cette enchainement d’actions violentes, le rapt et la libération rapide d’Hüseyin Aygün détonnent quelque peu, apparaissant plutôt comme une occasion facile, pour un groupe local, d’attirer l’attention des médias sur la question kurde, que comme une initiative complexe du PKK recherchant des bénéfices plus ambitieux.

En tout cas, Hüseyin Aygün risque de devoir attendre encore un certain temps pour tenir la promesse qu’il aurait faite à ses ravisseurs de sensibiliser ses collègues à la résolution du problème kurde. La session extraordinaire du parlement, que le CHP avait demandé pour aborder la question kurde et la crise syrienne, n’a pas réussi à réunir le quorum requis pour pouvoir se tenir. La Grande Assemblée Nationale restera donc en vacances.

JM


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.