La Turquie isolée face au problème des réfugiés syriens

Alors que la Syrie a basculé dans la guerre civile, la Turquie se retrouve ces derniers jours submergée par un afflux de réfugiés qui fuient les combats. Ce phénomène n’est certes pas nouveau, et se ravive régulièrement depuis le début du printemps syrien. Toutefois, l’année passée, après plusieurs afflux successifs, la situation avait paru se stabiliser. Si bien qu’au début de l’année 2012, le nombre des réfugiés syriens en Turquie ne dépassait pas 15 000. Il a néanmoins cru de façon régulière depuis le printemps 2012, pour dépasser 50 000 en juillet dernier. Du fait de l’intensification et de la généralisation des affrontements entre les troupes loyalistes et l’Armée libre syrienne, le sud-est turc accueille désormais près de 100 000 réfugiés, alors même que les experts estiment qu’au train où vont les choses ce chiffre pourrait doubler dans un avenir qui n’est pas si lointain…

Depuis une dizaine de jours, la Turquie a fermé sa frontière, et près de 10 000 réfugiés attendent ainsi de pouvoir pénétrer sur son territoire. Cette situation, présentée comme provisoire, est justifiée par les autorités turques, par la saturation des structures d’accueil existantes. Elle devrait donc cesser avec l’ouverture de nouvelles installations. Mais elle permet actuellement à Ankara d’attirer l’attention sur un état de fait qui, loin de n’être qu’un problème frontalier, est devenu une véritable crise internationale, que la Turquie a l’impression d’assumer seule. L’année dernière, les dirigeants turcs avaient abordé ce problème positivement, répétant à l’envie qu’ils ne concevaient pas de refuser l’accès de leur territoire aux victimes de la répression du régime de Bachar el-Assad. Ce ton bienveillant n’est plus de mise depuis que,  dans le sud-est, ces victimes se comptent en dizaines de milliers.

Après avoir opéré un rapprochement spectaculaire avec le régime de Bachar el-Assad, une initiative qui est devenue, au cours de la décennie écoulée, le fleuron de la politique du «zéro problème avec nos voisins», prônée par Ahmet Davutoğlu, la Turquie a cru, lorsque le soulèvement a commencé en Syrie, qu’elle pourrait convaincre son allié de cesser sa répression contre les opposants. Las ! Ses efforts se sont vite révélés vains, et Ankara a rompu avec Damas pensant que les jours du régime baasiste étaient comptés. Mais la Syrie n’est ni la Tunisie, ni l’Égypte, ni même la Libye. L’insurrection a généré une guerre civile durable, Bachar el-Assad s’accroche au pouvoir et les réfugiés arrivent en masse.

Alors que l’idée d’une intervention internationale en Syrie a fait long feu, du fait des vétos russe et chinois au sein du Conseil de sécurité des Nations Unies, la Turquie a reporté tous ses espoirs sur la création d’une zone tampon, une solution a priori moins ambitieuse, permettant d’installer les réfugiés sur des territoires syriens sécurisés. Mais cette option minimaliste, évoquée également récemment par le ministre français de la défense, Jean-Yves Le Drian, ne paraît pas tellement plus facile à mettre en œuvre, car elle suppose non seulement un accord du Conseil de sécurité, mais aussi le déploiement de moyens militaires malgré tout importants. Suite à une nouvelle augmentation du nombre des réfugiés, il y a une quinzaine de jours, Ahmet Davutoğlu a tiré la sonnette d’alarme, en affirmant que, sitôt atteint le nombre de 100 000 réfugiés, il faudrait impérativement procéder à la création d’une zone tampon. Toutefois, la réunion du Conseil de sécurité du 30 août dernier, qui a été marquée une nouvelle fois par les refus russe et chinois, a sonné le glas des espérances turques en la matière. De fait, la Turquie se retrouve isolée face à un problème qui l’assaille avec de plus en plus acuité.

La question des réfugiés syriens est d’autant plus angoissante pour ce pays qu’elle affecte une aire complexe et fragile de son territoire. Outre les zones kurdes et les problèmes qui s’y posent (cf. nos éditions du 26 juillet 2012 et du 29 juillet 2012), c’est le Hatay (dont le rattachement à la Turquie, à l’époque du mandat français sur la Syrie, n’a jamais été admis par Damas) qui est particulièrement concerné. Cette province abrite en effet une population dont le cosmopolitisme est proche de celui qui peut prévaloir de l’autre côté de la frontière. Le gouvernement turc craint de voir cette mosaïque identitaire affectée par le conflit qui fait rage en Syrie, et que certaines de ses entités ne prennent ouvertement le parti de Damas. Ces rivalités identitaires potentielles se nourrissent en outre du marasme dans lequel la crise syrienne a plongé une économie locale, qui avait fortement profité de la convergence entre Ankara et Damas, au cours des dernières années.

Au niveau national, l’opposition kémaliste s’appuie sur l’urgence du problème des réfugiés pour fustiger la gestion de la crise syrienne par le gouvernement de l’AKP. Plusieurs sondages ont montré qu’une majorité de Turcs sont perplexes à l’égard de cette gestion, et qu’en tout état de cause, ils ne souhaitent pas voir leur pays apporter une aide militaire aux opposants syriens. Une polémique significative a éclaté récemment entre le CHP et l’AKP, le premier ayant laissé entendre que certains camps de réfugiés, peuplés par un nombre significatif de militaires syriens ayant fait défection, servaient de bases d’entrainement aux forces de la rébellion. Une délégation de députés kémalistes s’est vue ainsi refuser l’accès du camp d’Apaydın, et le vice-premier ministre Bülent Arınç a reproché au principal parti d’opposition d’avoir allumé une querelle «totalement politicienne et provocatrice.»

Au niveau international, les Etats-Unis essayent de rassurer leur allié turc, en restant étroitement en contact avec lui. Hillary Clinton est venue le 11 août dernier à Ankara pour mettre en place un «mécanisme opérationnel», consistant en la tenue de réunions régulières entre les deux pays, afin de préparer «l’après-Assad» en Syrie. Après Elizabeth Jones, la secrétaire d’Etat américaine adjointe, c’est David Petraeus, le directeur de la CIA, qui s’est rendu récemment en Turquie, pour évoquer les derniers développements de la crise syrienne, notamment la question des réfugiés. Mais, le gouvernement turc, qui a vécu avec beaucoup d’amertume les récents blocages du Conseil de sécurité et l’impossibilité de créer une zone tampon, reprocherait aussi à l’administration américaine son attentisme, au point que des rumeurs affirment qu’il souhaiterait désormais la victoire, lors des prochaines présidentielles américaines, des républicains, réputés plus «bellicistes» ; un comble quand on souvient des relations difficiles que la Turquie a entretenues avec l’administration Bush, au début des années 2000 !
Jean Marcou


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.