La Turquie ne livrera pas Tareq al-Hachemi à l’Irak

Avant de s’envoler pour l’Azerbaïdjan où l’attend un agenda dense, dominé par les questions énergétiques, Recep Tayyip Erdoğan a confirmé, le 11 septembre, que la Turquie n’avait pas l’intention d’extrader, vers l’Irak, Tareq al-Hachemi, l’ex-vice-président sunnite irakien, qui a été condamné à mort par contumace à Badgad, le 9 septembre dernier. Cette annonce n’est pas une surprise, mais elle risque de conforter les rumeurs qui voient croître de jour en jour la rivalité entre chiites et sunnites au Moyen-Orient.

Chef du parti islamique irakien, Tareq al-Hachemi a été officiellement vice-président de la République d’Irak, d’avril 2006 à mai 2011. Mais depuis l’année dernière, il est accusé d’avoir ourdi, avec ses gardes du corps, le meurtre de plusieurs personnalités chiites irakiennes considérées comme des rivaux politiques potentiels. S’étant d’abord réfugié chez le président (kurde) irakien, Jalal Talabani, il a été accueilli ensuite à Erbil, par Massoud Barzani, le président de la région kurde d’Irak du nord.  En mars 2012, ce dernier a annoncé qu’il ne livrerait pas el-Hachemi au gouvernement de Bagdad, en estimant qu’une telle action serait contraire à l’éthique et aux traditions d’accueil kurdes. En avril 2012, le leader sunnite irakien s’est rendu successivement au Qatar et en Arabie Saoudite où il a été accueilli avec le protocole réservé habituellement aux personnalités officielles, tandis que Doha et Riyad adressaient successivement une fin de non recevoir à des demandes d’extradition émanant de Bagdad. Peu après Tareq al-Hachemi  a trouvé refuge en Turquie où il dispose d’un permis de séjour, et où le président Abdullah Gül a déclaré que, pour sa part, il le considérait toujours comme le vice-président de l’Irak.

L’appui apporté par «l’arc sunnite» au leader irakien en fuite a provoqué l’ire du gouvernement du premier ministre chiite, Nouri el-Maliki. Dès le mois de décembre 2011, Bagdad a en effet émis contre le fugitif un mandat d’arrêt international, avant de demander, en mai, qu’Interpol formule à son encontre une notice rouge d’extradition. Pour sa part, Tareq al-Hachemi, estime qu’il est en train de payer le prix fort de son combat pour contrer le développement de l’influence iranienne en Irak. Il a notamment plusieurs fois affirmé que l’Irak servait de corridor pour permettre le ravitaillement des troupes syriennes par l’Iran. Pour ce qui est des accusations qui pèsent contre lui, il estime qu’elles ont été montées de toute pièce par le gouvernement de Nouri al-Maliki, afin de l’éliminer de la vie politique irakienne, au moment même où les Américains se retiraient d’Irak. Depuis qu’il a trouvé asile en Turquie, l’ex-vice-président irakien excite en outre d’autant plus la virulence de Bagdad qu’il ne manque pas de rendre hommage à son hôte turc, en rappelant qu’il est le petit-fils d’un général de l’armée ottomane ou en affirmant qu’il a intégré, dans le programme de sa formation politique, des passages du programme de l’AKP.

Le lancement du mandat d’arrêt international contre el-Hashemi, à la fin de l’année dernière, et les réactions négatives du gouvernement turc qui avait mis en garde Nouri al-Maliki contre le risque que cette décision n’avive les conflits interconfessionnels en Irak, a provoqué de fortes tensions diplomatiques au début de l’année 2012 entre Ankara et Bagdad, les deux pays convoquant même tour-à-tour leurs ambassadeurs respectifs. Par la suite, en avril, lorsque le gouvernement turc a reçu conjointement Tareq al-Hachemi à son retour du Qatar et d’Arabie Saoudite, et Massoud Barzani, qui revenait des Etats-Unis, le premier ministre irakien, piqué au vif, n’a pas hésité à affirmer que la Turquie était devenu un «ennemi» de son pays.

Il faut dire que depuis la fin de l’an passé, le soutien turc au leader sunnite irakien, se double d’un appui marqué à Massoud Barzani, le leader des Kurdes nord-irakiens. Certes, les relations entre Ankara et Erbil se sont améliorées depuis un certain temps déjà (2007), mais après le départ des forces armées américaines de l’Irak, on observe que la Turquie a systématiquement soutenu les Kurdes irakiens face à Bagdad. Ainsi, en avril dernier, le gouvernement turc a reçu Massoud Barzani, après une visite de celui-ci aux Etats-Unis au cours de laquelle il aurait instamment demandé aux Américains de ne pas fournir d’avions F16 au gouvernement irakien (cf. notre édition du 21 avril 2012). Puis, au mois de juillet, alors que Nouri al-Maliki venait d’accuser la Turquie de violer régulièrement l’espace aérien irakien, à l’occasion des raids que les avions turcs effectuent contre les bases du PKK, Ankara n’a pas hésité à se passer du consentement de Bagdad pour renouveler ses contrats énergétiques avec la région kurde d’Irak du nord, qui n’est pourtant pas un État. En août 2012, un nouveau de degré de tension a été atteint, lorsque après s’être rendu à Erbil pour discuter avec Massoud Barzani des conséquences que pourrait avoir la perte de contrôle par l’armée de Bachar el-Assad des régions kurdes syriennes, le ministre turc des affaires étrangères, Ahmet Davutoğlu, est allé à Kirkouk sans même en informer les autorités de Bagdad (cf. notre édition du 4 août 2012). Au même moment d’ailleurs, on observe que la Turquie a de surcroît, reçu l’un des rivaux de Nouri al-Maliki, Iyad Allawi, premier ministre d’Irak par intérim en 2005.

Quelques tentatives d’apaisement ont eu lieu néanmoins entre les deux capitales. Le 6 avril dernier, le gouvernement irakien a envoyé en Turquie Falih al-Fayyad, son ministre de la sécurité. Plus récemment, le 10 août, au plus fort de la crise syrienne, Usame al-Nuceyfi, le président du parlement irakien, a appelé à un nouveau dialogue entre la Turquie et l’Irak, en tenant un discours très positif sur le rôle qu’Ankara avait pu jouer antérieurement pour aider à la stabilisation de son pays. Parallèlement, la situation nouvelle, créée par le retrait des troupes de Bachar el-Assad des zones frontalières syriennes avec l’Irak, a semblé rapprocher Erbil et Bagdad, les Peshmergas de Massoud Barzani s’engageant à coopérer avec l’armée irakienne pour sécuriser cette frontière. On ne peut pas dire toutefois que ces gestes aient véritablement inversé une tendance lourde inclinant à la confrontation depuis l’année dernière.

Il est donc probable que la décision turque de ne pas livrer Tareq al-Hachemi, qui s’est accompagnée d’un message personnel de solidarité d’Ahmet Davutoğlu à l’intéressé, va conforter la rivalité entre les deux pays et les thèses qui estiment qu’une guerre froide opposant les chiites et les sunnites est en train de s’installer durablement au Moyen-Orient, même si le problème de fond n’est probablement pas que confessionnel en l’occurrence…

Jean Marcou


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.