La Turquie hausse le ton contre l’Irak


La presse quotidienne d’Istanbul s’insurge actuellement contre les menaces proférées à l’encontre de la Turquie par le président du Kurdistan Irakien, Massoud Barzani. Ce dernier, en déniant aux Turcs le droit de s’ingérer dans la question de Kirkouk, vient de menacer le gouvernement turc de provoquer des troubles dans les départements du Sud-Est de la Turquie à majorité ou forte présence kurde. Ces propos sont intervenus au moment même où les infiltrations de militants du PKK installés dans le Nord-Irak ont repris et où une dizaine de soldats turcs ont été tués dans des accrochages.
La Turquie, qui estime qu’il y a 5 camps du PKK derrière la frontière, dans le Nord-Irak, et qu’ils abriteraient près de 4500 activistes susceptibles de s’infiltrer sur son territoire, a adressé, le 9 avril dernier, un ultimatum au gouvernement central irakien pour lui demander de faire cesser cette situation. Bien que les Etats-Unis et l’Union européenne aient fait connaître leur opposition à toute intervention militaire turque en territoire irakien, que le Président irakien kurde Jalal Talabani (frère ennemi de Barzani) ait appelé au téléphone le Premier Ministre turc pour le rassurer et que le porte parole du Département d’Etat américain ait regretté la déclaration de Barzani, la Turquie est restée ferme sur ses positions en faisant savoir qu’elle attendait maintenant des actes concrets de la part des autorités irakiennes.
Ce brusque embrasement verbal, qui pourrait avoir des retombées militaires et politiques, n’est que la réactivation d’un feu qui couve sous la cendre depuis la première guerre du Golfe. L’autonomisation de fait du Nord de l’Irak s’est en outre accrue depuis l’intervention américaine de 2003. Ankara qui, sur cette question, se retrouve sur des positions voisines de celles des capitales arabes modérées (en particulier du Caire), s’oppose à ce qu’elle considère être un démembrement dangereux de l’Irak et notamment à l’organisation d’un référendum sur le rattachement de Kirkouk au Kurdistan irakien. Arguant des droits de la minorité turkmène de cette ville, la Turquie s’inquiète surtout des bénéfices que pourraient retirer les Kurdes irakiens de l’extension de leur territoire sur une zone très riche en pétrole.
Il n’est pas exclu que ce regain de tension produise, en outre, des effets sur la situation politique intérieure de la Turquie. On se souvient, en effet, qu’une querelle avait opposé le gouvernement de l’AKP à l’armée, il y a à peine un mois, à la suite d’une déclaration du Premier Ministre évoquant l’hypothèse d’une rencontre de son gouvernement avec les autorités kurdes irakiennes. Le Conseil National de Sécurité, qui se réunissait le 10 avril, pour la dernière fois sous la Présidence d’Ahmet Necdet Sezer, l’actuel président de la République, a pris ainsi une importance particulière. Dans une courte déclaration, il a fait savoir qu’il n’excluait pas une action militaire en Irak dans le cas où Bagdad ne pourrait pas satisfaire efficacement aux demandes turques de cessation des infiltrations. « L’establishment politico-militaire » saisira-t-il cette occasion pour accentuer ses pressions sur le gouvernement et dissuader définitivement Recep Tayyip Erdogan de briguer la présidence de la République ? Affaire à suivre…


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.