Reprise de l’affrontement entre Recep Tayyip Erdoğan et le groupe de presse Doğan


Le groupe Doğan a été condamné, le 18 février 2009, par la direction des impôts d’Halkalı (grande banlieue d’Istanbul) au paiement d’une amende de 826 millions de livres turques (soit environ 413 millions d’Euros) pour fraude fiscale. Cette condamnation, qui pourrait se traduire aussi par des poursuites pénales, a été immédiatement perçue comme une reprise de la sévère confrontation qui avait opposé le premier groupe médiatique turc au premier ministre, à l’automne dernier.

Le groupe Doğan considère, en effet, que cette condamnation est sans fondement sur le plan juridique et y voit donc une nouvelle offensive gouvernementale contre la liberté de la presse. Il explique, en outre, que l’amende en question est intervenue après une série de contrôles fiscaux sur ses sociétés. De tels contrôles seraient, selon lui, sans précédent dans ce pays et auraient visé, pour l’affaiblir, à aboutir à tout prix à une condamnation. Le 19 février 2009, dans une déclaration, la direction du groupe Doğan a estimé notamment qu’il y avait de « sérieuses raisons de croire que ces contrôles fiscaux avaient été guidés par des raisons politiques », en rappelant « les allégations et les attaques du premier ministre dans les meetings de son parti.» Pour sa part, Recep Tayyip Erdoğan a vivement réagi, le même jour, en déclarant que « la liberté de la presse ne pouvait être utilisée pour frauder et diffamer », tandis que Nurettin Canıklı, le vice-président du groupe parlementaire AKP, démentait les accusations et les rumeurs qui laissent entendre que le gouvernement serait derrière les enquêtes fiscales menées contre le groupe.

Les relations difficiles de Recep Tayyip Erdoğan avec le groupe Doğan découlent d’un passé conflictuel déjà ancien. En 1996-97, les organes de presse du groupe avaient fortement contribué à déstabiliser la coalition gouvernementale qui soutenait le premier ministre islamiste, Necmettin Erbakan, dont à l’époque Erdoğan était l’un des lieutenants. Cette hostilité tenace, en dépit de périodes d’accalmies depuis l’arrivée de l’AKP au pouvoir, a débouché, en septembre 2008, sur une confrontation ouverte entre le leader du groupe, Aydın Doğan (photo), et le premier ministre, Recep Tayyip Erdoğan. C’est, on s’en souvient, la mise en cause du gouvernement de l’AKP dans le scandale « Deniz feneri » (une organisation caritative de couverture condamnée en Allemagne) par les journaux d’Aydın Doğan, qui avait provoqué l’ire du premier ministre et l’avait amené à appeler au boycott de ceux-ci (cf. nos éditions des 13, 17 et 19 septembre 2008).

Il faut sans doute replacer la confrontation Erdoğan-Doğan et sa réactivation actuelle dans le contexte de la campagne pour les élections municipales de mars prochain. L’AKP et ses municipalités redoutent les initiatives imprévisibles d’un groupe de presse influent qui peut facilement trouver dans la gestion des finances locales de quoi nourrir des campagnes propres à gêner le parti majoritaire et entamer sa crédibilité. Mais plus généralement, il faut voir que ce nouvel affrontement intervient au moment même où la plupart des sujets en cours (affaire « Ergenekon », intervention de Gaza, municipales…) divisent la société turque et accentuent en son sein un phénomène de bipolarisation. Les partisans du gouvernement estiment que le groupe Doğan a beau jeu d’en appeler à la liberté de la presse, alors même qu’il s’est souvent mis au service de l’establishment politico-militaire. Ils perçoivent ainsi les ennuis fiscaux du trust médiatique comme un juste retour des choses, dans un contexte où les hautes sphères de l’Etat ne lui sont plus acquises. En revanche, le camp adverse voit, dans la reprise de l’offensive gouvernementale contre le groupe Doğan, une nouvelle preuve de la volonté de l’AKP de combattre les instances qui lui résistent, afin d’étendre encore sa mainmise politique.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.