La Turquie inquiète des conséquences de l’attaque de Benghazi

L’attaque du consulat américain de Benghazi, qui a coûté la vie à l’ambassadeur Christopher Stevens et à 3 autres américains, fait la une de la presse turque, ces deux derniers jours. Le quotidien Posta, qui est l’un des premiers tirages dans le pays, a même exhibé les photos des dépouilles de Mouammar Kadhafi et du diplomate américain, pour signifier à ses lecteurs que le monde arabe en révolte est passé «du printemps à l’automne». L’ensemble des observateurs ne manquent pas de relever la concomitance de l’événement avec le 11e anniversaire des attentats du 11 septembre 2001, et soulignent que, derrière cette manifestation d’extrémistes, de nombreux indices semblent indiquer que l’opération a été soigneusement planifiée. Nombre d’analyses, qui estiment que cette attaque est un coup porté aux printemps arabes, font aussi observer qu’elle a eu lieu à Benghazi, c’est-à-dire à l’endroit même où a commencé la révolte en Libye, et qu’elle a été fatale à un diplomate qui avait été l’un des plus chauds promoteurs, au sein de la diplomatie américaine, du réveil du monde arabe. Le quotidien pro-gouvernemental Yeni Şafak va même jusqu’à déclarer que «les Etats-Unis sont sous le choc d’un nouveau 11 septembre».

La condamnation de la flambée de violence de Benghazi est unanime en Turquie, comme l’est d’ailleurs l’émotion provoquée par la mort de l’ambassadeur américain. Les regrets des commentateurs turcs ont été rapidement rejoints par les prises de position officielles. C’est le président Abdullah Gül, qui a d’abord réagi, en condamnant fermement l’attaque, et en présentant ses condoléances à son homologue Barak Obama. Un communiqué du ministère turc des affaires étrangères condamne également ce qui s’est passé en Libye, et souligne que la Turquie attend de ce pays qu’il traduise les responsables de la mort de l’ambassadeur Stevens devant la justice. On remarque également que Kemal Kılıçdaroğlu, le leader du CHP, a été particulièrement prompt à se manifester, demandant à Barak Obama notamment de présenter ses condoléances à la famille de l’ambassadeur américain disparu. Le président du Diyanet (Direction des affaires religieuses), Mehmet Görmez, qui recevait, le 13 septembre, Anthony J. Limberakis, le représentant du Patriarcat œcuménique américain, n’a pas manqué lui aussi de condamner l’attaque, en soulignant qu’elle ne saurait trouver «aucunes justifications basées sur la religion musulmane». Toutefois, l’administrateur de l’islam turc n’a pas manqué de s’en prendre au film «L’innocence des musulmans», en estimant que la liberté d’expression ne devrait pas permettre «l’usage de tels moyens et d’une telle production provocatrice».

Le débat, conduisant à s’interroger sur ce que la liberté d’expression peut permettre, est bien sûr très présent dans les journaux ayant une sensibilité religieuse prononcée, comme ceux du groupe Zaman. Éditorialiste du quotidien anglophone, Today’s Zaman, Bülent Keneş revient sur les origines obscures du film de Sam Bacile, en faisant observer que le personnage, qui dit l’avoir produit, n’existe probablement pas, et que ce film est le produit d’une opération sans doute calculée. Cela l’amène à demander à ce qu’au nom de la liberté d’expression, on cesse de tolérer des propos ou des œuvres offensant la religion musulmane et les autres religions. Dans le même journal, Orhan Kemal Cengiz, fait une analyse voisine, mais plus hasardeuse dans ses comparaisons. Après avoir rappelé que Günther Grass a été récemment accusé d’antisémitisme en raison d’un poème qui critiquait la politique israélienne, le commentateur estime que cet amalgame entre antisémitisme et critique politique de l’Etat d’Israël, se retrouve dans une récente législation californienne. Puis, ayant rappelé que le film de Sam Bacile a été réalisé en Californie, il s’étonne que dans cet État américain, on soit prompt à réagir à l’antisémitisme mais «qu’on laisse passer un film qui insulte une religion, son prophète et ses fidèles».

Dans la presse laïque ou libérale, ce sont plutôt les conséquences politiques des événements de Benghazi qui intéressent les journalistes. Beaucoup craignent en effet que ce nouveau coup porté aux Etats-Unis n’incite ces derniers à l’isolationnisme, et ne les conduisent à se désintéresser de la situation en Syrie, ce qui serait particulièrement dommageable pour la Turquie. Toutefois, Murat Yetkin, dans Hürriyet, n’exclut pas qu’après avoir renoncé à toute action militaire, incitant la France et la Turquie à la modération face à la tentation d’une intervention en Syrie, ou dissuadant Israël d’agir contre l’Iran, Obama ne change d’avis et ne décide de conduire une opération punitive en Libye. Un tel scénario risquerait, à son avis, de déclencher une réaction en chaine dans la région, l’État hébreu en tirant argument pour attaquer les sites nucléaires iraniens, et le Moyen-Orient devenant alors un véritable «enfer sur Terre».

En tout état de cause, beaucoup d’observateurs turcs pensent que cette affaire arrive à un très mauvais moment pour l’administration Obama. Nombre d’entre eux font observer que Christofer Stevens est le premier ambassadeur mort en service depuis Adolph Dubs en Afghanistan en 1979, et que cet événement tragique frappe en son cœur  la nouvelle approche que le président américain s’était attaché à développer en direction du monde musulman depuis son discours du Caire en 2009. Alors même que la campagne de l’élection présidentielle américaine est lancée, Mitt Romney pourrait chercher à démontrer que l’actuel locataire de la Maison Blanche n’a pas compris la vraie nature des printemps arabes. Et, malgré les critiques dont fait l’objet l’attitude du président Obama, jugée actuellement trop timide en Syrie par le gouvernement turc, il n’est pas sûr que les Turcs voient d’un bon œil le retour d’un républicain au pouvoir aux Etats-Unis…

JM


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *