Ahmet Türk s’exprime en kurde lors d’une réunion du groupe parlementaire DTP


Le 24 février 2009, lors de la réunion hebdomadaire du groupe parlementaire du DTP, le leader de ce dernier, Ahmet Türk (photo), s’est exprimé en partie en kurde. La chaîne de télévision publique (TRT-3), qui couvrait l’événement, a immédiatement interrompu sa retransmission et le président de la Grande Assemblée Nationale, Köksal Toptan, a jugé l’initiative du leader kurde contraire à la Constitution et à la législation sur les partis politiques. Ahmet Türk, quant à lui, a mis son geste en rapport avec la célébration du jour des langues maternelles par l’UNESCO (le 21 février), en insistant sur la richesse que constituait le multilinguisme pour la Turquie.

Cet incident intervient alors même qu’une chaîne turque, TRT6 (cf. notre édition du 13 janvier 2009), émet en kurde depuis le début de l’année et que, dans la perspective des prochaines élections municipales, le premier ministre Recep Tayyip Erdoğan, a tenu un meeting de l’AKP à Diyarbakır, le 21 février 2009, à l’occasion duquel il a même prononcé quelques mots en kurde ! Commentant ce contexte souvent mis en exergue pour défendre l’initiative d’Ahmet Türk, Köksal Toptan a estimé que la création de TRT6 et les mots en kurde de Recep Tayyip Erdoğan ne sauraient justifier une telle attitude. Selon lui, la tenue de propos en kurde au Parlement pose également un problème technique, car les rapporteurs de l’Assemblée, qui ne connaissent pas le kurde, ne peuvent faire leur travail de retranscription des prises de parole et des débats. À l’automne 2008, un autre incident passé inaperçu, avait déjà vu l’imprimerie de l’Assemblée refuser d’imprimer les cartes de vœux préparées par un député kurde dans les deux langues, à l’occasion du Şeker Bayramı (fête du sucre à la fin du Ramadan en Turquie), en prétextant qu’elles étaient en partie rédigées dans «une langue inconnue».

Le geste d’Ahmet Türk relance une querelle qui dépasse largement ce problème technique (qui au demeurant pourrait être aisément résolu). En 1991, alors que le SHP (parti kémaliste de centre gauche ayant précédé la recréation du CHP en 1993) avait ouvert ses listes à des candidats kurdes pour leur permettre d’entrer au parlement, l’une d’entre eux, Leyla Zana, avait fait scandale en prononçant sa prestation de serment en kurde. On sait que cette affaire devait la conduire en prison pendant de longues années, après la levée de son immunité parlementaire. Certes, depuis 1993, l’usage du kurde en public n’est plus prohibé en Turquie et une chaîne de télévision publique en kurde vient même d’être acceptée. Toutefois, la création de chaînes de télévision privées en kurde est toujours interdite et des incidents réguliers se produisent, dès que l’usage de la langue kurde tend à prendre une dimension plus officielle. Ainsi, une polémique durable oppose les municipalités kurdes aux préfectures à propos de l’orthographe de la fête de « Newroz », une fête kurde devenue aussi fête turque depuis 2007 (cf. notre édition du 27 mars 2007), mais que les documents officiels turcs ne veulent connaître que sous le nom turc de « Nevruz ».

Au-delà de ce passé conflictuel, l’initiative d’Ahmet Türk doit être rétablie dans le contexte politique immédiat des élections municipales qui doivent se tenir le 29 mars prochain. On sait que l’AKP a fait de sa progression dans le sud-est (et en particulier de la conquête de Diyarbakır, le bastion-symbole du DTP) l’un des objectifs de sa campagne électorale pour les prochaines municipales. Dans cette perspective, il a multiplié les gestes en direction des Kurdes : annonce de mesures économiques d’envergure, création d’une chaîne publique en kurde… Dès lors, depuis plusieurs mois, le DTP saisit toutes les opportunités qui lui sont offertes pour contrer cette offensive du parti majoritaire. Au début du mois de novembre 2008, lors de sa visite dans les provinces kurdes, Recep Tayyip Erdoğan avait été très mal reçu. Le parti kurde avait été à l’initiative de manifestations importantes qui avaient provoqué la colère du premier ministre et l’avait amené à déclarer que ceux qui rejetait « un seul drapeau et une seule nation étaient libres de repartir où bon leur semblait. » ; des propos qu’Ahmet Türk avait alors qualifié de « fascistes » et que même Devlet Bahçeli, le leader nationaliste du MHP avait trouvé choquants. Depuis, Recep Tayyip Erdoğan a récusé ce dérapage verbal, en adoptant à nouveau un profil beaucoup plus conciliant.

Alors que le soutien apporté par le premier ministre turc aux Palestiniens, lors de l’offensive de Gaza, a été plutôt bien perçu en pays kurde où son récent voyage s’est mieux déroulé que le précédent, l’initiative d’Ahmet Türk de s’exprimer en kurde, lors de la session hebdomadaire de son groupe parlementaire, apparaît comme une nouvelle contre-offensive du DTP. Il s’agit de mettre le leader de l’AKP au pied du mur en pointant du doigt les contradictions de son approche de la question kurde. Le geste n’est pas dépourvu d’habileté politique. Puisque le chef du gouvernement, après avoir lancé une télé publique en kurde, n’hésite pas à parler lui-même le kurde dans ses meetings, pourquoi le leader du DTP devrait-il renoncer à le faire ? L’idée est de montrer qu’en dépit des avancées qu’il a consenties récemment, l’AKP ne va pas jusqu’au bout d’une reconnaissance du fait kurde et que sa démarche est purement électoraliste. Ce sont bien sûr les électeurs kurdes de Turquie qui arbitreront cette confrontation entre le DTP et l’AKP, qui apparaît comme l’un des premiers enjeux des prochaines municipales.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.