Le 5e Forum mondial de l’eau d’Istanbul et la diplomatie régionale de la Turquie


Istanbul accueillera le 5e Forum mondial de l’eau du 16 au 22 mars 2009. Organisé tous les trois ans par le conseil mondial de l’eau, une plate-forme d’organisations internationales et de spécialistes du secteur de l’eau, en collaboration avec les autorités du pays d’accueil – en l’occurrence la direction générale turque des travaux hydrauliques de l’Etat (DSI), la municipalité métropolitaine d’Istanbul (IBB), et l’agence pour la distribution et l’assainissement de l’eau à Istanbul (ISKI) – le Forum mondial de l’eau est le principal évènement mondial ayant trait à l’eau. Il vise à promouvoir les enjeux qui concernent l’eau sur la scène internationale, et à promouvoir la coopération entre les différents pays du monde en vue de trouver des solutions aux multiples problèmes qui se posent actuellement en la matière.

Fort de l’expérience de ses quatre précédentes éditions, ce Forum se veut plus ambitieux, et plus innovant. Le thème central qui guidera ses activités, “Bridging Divides for Water” (surmonter les différends pour l’eau), en est une preuve, à une époque où les conflits en matière de partage des ressources en eau foisonnent et s’exacerbent de plus en plus. En témoigne également le choix symbolique d’Istanbul, une métropole considérée par les organisateurs comme un carrefour entre différents continents et différentes cultures. On compte par ailleurs plusieurs innovations en matière d’organisation et de contenu pour ce Forum, en particulier la mise en place d’une “green initiative” (visant à une réduction de l’empreinte environnementale et comprenant des actions telles que la plantation d’autant d’arbres que de participants au Forum) ou encore l’élaboration et la signature d’un “consensus d’Istanbul pour l’eau urbaine” (une déclaration de principes non contraignante destinée à renforcer l’engagement des autorités locales et à sensibiliser les autorités nationales et internationales aux problèmes rencontrés au niveau local). Dans son contenu, le 5e Forum mondial de l’eau combine, d’abord, un processus politique (destiné à rassembler des chefs d’Etat et de gouvernement, des parlementaires, des ministres et des élus locaux en vue de créer une dynamique politique susceptible d’aboutir à des actions concrètes dans le domaine de l’eau), ensuite, un processus thématique (articulé, dans le cadre du thème général, autour de grands sujets pertinents : changements mondiaux et gestion des risques ; avancement du développement humain et objectifs de développement du millénaire ; gestion et gouvernance ; financement ; développement de l’éducation, de la connaissance et des compétences), et enfin un processus régional (permettant de se focaliser sur diverses régions du monde et d’identifier les problématiques qui leur sont spécifiques en matière d’eau). Des chefs d’États, des ministres, des parlementaires, des autorités locales, ainsi que des ONG et des professionnels du domaine de l’eau, venus du monde entier, devraient prendre part aux 100 sessions thématiques qui se tiendront à Istanbul, du 16 au 22 mars 2009.

Prenant visiblement acte de l’importance de l’évènement, la Turquie se prépare activement en vue de l’ouverture prochaine des travaux de ce Forum. Une réunion préparatoire, intitulée “First Istanbul Water Forum” (İstanbul Birinci Su Forumu), s’est tenue les 14 et 15 février 2009, au Centre des Congrès et de la Culture de Sütlüce, à Istanbul. Cette réunion constituait une sorte de répétition générale, destinée à déceler les éventuels dysfonctionnements en matière d’organisation afin d’y remédier avant la tenue du Forum officiel. Dans son contenu, il visait essentiellement à favoriser la prise de conscience au niveau politique de l’importance des enjeux liés à l’eau. Il a ainsi surtout été question des raisons de l’appauvrissement des ressources en eau, à savoir la croissance démographique, la pollution des eaux, notamment par les émissions industrielles, et le changement climatique. La question des différends entre pays, qui risque pourtant d’être au cœur de ce 5e Forum mondial de l’eau, n’a donc pas été véritablement abordée. Seul le ministre irakien de l’eau, Abdul Latif Jamal Rachid, s’est permis de faire allusion au différend qui oppose la Turquie, la Syrie et l’Irak, quant au partage des eaux du Tigre et de l’Euphrate. Le ministre a, en effet, souligné la nécessité de “prendre en main les questions transfrontalières”, et a rappelé, de façon très diplomatique, d’une part, que “le Tigre et l’Euphrate sont deux sources d’eau importantes pour l’Irak” et, d’autre part, que “l’Irak est parmi les plus importants pays utilisant les eaux du Tigre et de l’Euphrate”. Ces remarques n’ont toutefois donné lieu à aucune réponse de la part des représentants turcs, et le sujet a eu tendance à être passé sous silence, ou atténué, dans la presse turque.

Il est cependant prévu que la question de la coopération entre l’Irak, la Syrie et la Turquie soit discutée lors du 5e Forum mondial de l’eau, celle-ci devant même faire l’objet d’un cas d’étude. Depuis le lancement officiel de la préparation de cet évènement, en mars 2007, la politique de la Turquie en matière d’eau a considérablement évolué, et il est fort probable que ce Forum constituera une étape importante dans le règlement des conflits en matière d’eau, dans l’est la Turquie.

Depuis une trentaine d’années, la Turquie et ses voisins irakiens et syriens s’opposent en effet sur le partage des eaux du Tigre et l’Euphrate. Ces deux fleuves ont leurs sources en Turquie ; l’Euphrate traverse la Syrie et l’Irak, et le Tigre est frontalier de la Syrie et traverse ensuite l’Irak. La Turquie a donc non seulement accès à deux des plus importants cours d’eau de la région, mais elle détient également le contrôle de l’approvisionnement en eau dans le bassin de ces deux fleuves. Ce pays est ainsi un acteur clef, en ce qui concerne les enjeux de l’eau au Moyen-Orient. Or, la gestion de ces deux cours d’eau par la Turquie se fait largement au détriment de ses voisins, notamment du fait de la mise en place, depuis les années 1980, du gigantesque projet d’aménagement de l’Anatolie du Sud-Est (Güneydoğu Anadolu Projesi, ou GAP). Originellement conçu comme un projet de grands travaux hydrauliques, comprenant notamment la construction de 22 barrages, le GAP est devenu depuis un programme de développement intégré multisectoriel (incluant l’urbanisation, l’éducation, la culture, l’industrie, l’emploi, le tourisme etc.) dont l’objectif affiché est en quelque sorte de mettre l’eau au service du développement et de la modernisation du sud-est du pays. L’objectif officieux serait aussi de calmer les tensions dans une région à population majoritairement kurde. Ce projet – notamment l’immense barrage Atatürk (notre photo), pierre angulaire du GAP entrée en service en 1992 – suscite de nombreuses craintes de la part de la Syrie et de l’Irak. Pour l’heure le GAP demeure incomplet, mais les estimations indiquent que l’achèvement du projet entraînerait une réduction de près de 70% du débit naturel de l’Euphrate, et de 50% de celui du Tigre, affectant respectivement la Syrie et l’Irak. Or, si la Syrie complétait elle aussi le programme de grands projets hydrauliques qu’elle a lancé à partir des années 1960, dans le cadre du «General Organization for Land Development» (GOLD), l’Irak ne recevrait plus que 20% du débit naturel du fleuve. Outre ces effets quantitatifs, des conséquences en matière de qualité sont à prévoir, puisque les eaux usées du GAP viendront se déverser dans l’affluent syrien de l’Euphrate.

Cette situation avive les tensions entre les trois voisins. Tous les pays de la région sont en effet confrontés à une pénurie d’eau qui prend une dimension dramatique, sous l’effet d’une forte croissance démographique accentuée par une urbanisation effrénée, le développement de nombreux projets d’irrigation pour l’agriculture, et la dégradation continue de la qualité des ressources en eau existantes. Dans un tel contexte, la concurrence pour la détention de cette ressource, devenue de plus en plus rare, est rude, et a parfois laissé craindre que des différends politiques ne se transforment en conflits ouverts, comme cela a failli être le cas dans les années 60, lorsque l’ouverture des barrages turcs de «Keban» et syrien de «Tabqa» provoquèrent une mobilisation irakienne. Si d’autres extrémités n’ont pour l’instant jamais été atteintes, la coopération en matière d’eau a longtemps été difficile, chacun cherchant à s’accaparer les ressources en eau au détriment de ses voisins. Ainsi, la Turquie défend l’argument selon lequel l’Euphrate est un fleuve transfrontalier (qui ne relèverait donc pas du droit international), alors même que l’Irak et la Syrie soutiennent, pour leur part, qu’il s’agit bien un fleuve international. Toutefois, alors que l’Irak et la Syrie, tous les deux en situation de dépendance vis-à-vis de la Turquie, auraient tout intérêt à s’allier, ces deux pays ne sont jamais véritablement parvenus à s’entendre sur ce sujet. La construction de barrages comme celui de «Tabqa» en Syrie a participé de surcroît à la détérioration des relations entre ces Etats. En outre, bien qu’ils s’entendent sur la qualité de fleuve international de l’Euphrate, ils se divisent sur la qualification du bassin hydrographique. La Syrie et la Turquie s’entendent en effet sur la thèse de l’unicité de ce bassin, parce qu’elle peut leur permettrait de retirer le bénéfice exclusif des eaux de l’Euphrate, en amenant l’Irak à devoir s’approvisionner uniquement sur le Tigre. Tout naturellement, l’Irak soutient à l’inverse que les deux fleuves sont indépendants et ne constituent donc pas deux branches d’un même bassin hydrographique. À partir des années 70 cependant, la Syrie et l’Irak ont rapproché leur politique, et dans les années 1980, avec le soutien de la Ligue Arabe, ils n’ont cessé d’envoyer des lettres de protestation à la Turquie pour empêcher le lancement du GAP. Cette alternance de rivalités et coalitions d’intérêts à géométrie variable expliquent que les quelques accords trouvés au fil du temps aient été presque exclusivement bilatéraux. En 1987, à la suite de la mise en œuvre du GAP, Ankara et Damas ont signé un accord garantissant le passage d’au moins 500 m3/seconde. Deux ans plus tard, un accord syro-irakien prévoyait la répartition de cette allocation minimale entre les deux pays. Ces accords ne concernent toutefois que les eaux de l’Euphrate, laissant la question du Tigre irrésolue.

Aux problèmes hydrographiques s’ajoutent par ailleurs des différends politiques. La Syrie et l’Irak ont longtemps été considérés par la Turquie comme des bases arrière du PKK. Il est vrai que la situation a évolué au cours de la dernière décennie. Les relations entre la Turquie et la Syrie ont connu un véritable tournant lorsque ce différend fut enfin réglé. Entre temps Ankara était allé jusqu’à menacer directement Damas de guerre, en raison de ses liens avec les rebelles kurdes, avant que des négociations aboutissent finalement le 20 octobre 1998 à la signature du traité d’Adana, par lequel la Syrie s’engageait à cesser tout soutien au PKK. Les Syriens devaient concrétiser rapidement cet accord en expulsant le leader de l’organisation, Abdullah Öcalan, ce qui allait permettre son arrestation par les Turcs et provoquer une amélioration progressive des relations entre les deux pays. Ce réchauffement des relations turco-syriennes a vu également un net renforcement de la coopération entre les deux pays en matière d’eau, notamment après l’arrivée de Bachar el-Assad, à la tête de l’État syrien en 2000. Ainsi, en 2001, le GAP et son équivalent syrien, le GOLD, ont signé un accord de coopération et depuis 2005, des projets de formation et d’échange de compétences existent entre ces deux pays.

La coopération sur la question de l’eau entre la Turquie, la Syrie et l’Irak a par ailleurs connu un bond qualitatif considérable avec la décision, à la mi-mars 2008, de créer un «Water Institute» composé de 18 experts des trois pays visant à recenser les ressources en eau de la région, à établir un rapport sur les mesures que chacun des trois pays doit adopter pour la gestion de ces ressources, ainsi qu’à mener une étude autour du barrage d’Atatürk pour travailler vers une solution commune. Parallèlement, les contacts entre les gouvernements des trois pays se sont nettement intensifiés depuis le début de l’année 2008. Le 3 janvier 2008, le vice-Premier ministre syrien, Abdallah Dardari, a effectué une visite en Turquie où il a exprimé le souhait de Damas d’obtenir un meilleur partage des eaux de l’Euphrate, au moment même où une sécheresse frappait la région. Ce à quoi les officiels turcs devaient répondre qu’ils auraient accueilli cette demande favorablement, si les réserves d’eau dans les barrages avaient été suffisantes. Le 10 janvier 2008, le ministre turc de l’environnement et des forêts, Veysel Eroğlu, s’est rendu à son tour en Syrie pour y rencontrer Abdallah Dardari. La Turquie a par ailleurs conduit des pourparlers similaires avec l’Irak, notamment à l’occasion de la visite, le 8 mars 2008, à Ankara, du président irakien Jalal Talabani.

Toutefois, c’est justement le Forum mondial de l’eau qui a rendu cette évolution possible. Lors du Congrès mondial sur l’eau d’Antalya en mars 2007, qui constituait la première réunion préparatoire régionale du 5e Forum, la Turquie a annoncé son intention d’adopter une politique en matière d’eau plus équitable, basée sur un meilleur modèle de partage des ressources en eau et sur le règlement des différends avec ses voisins par des pourparlers. Il est donc tout à fait possible que le 5e Forum mondial de l’eau d’Istanbul confirme et renforce cette orientation, en offrant une arène de dialogue entre les trois pays. L’annonce, faite par les organisateurs, de la présentation de la coopération entre les trois pays, comme constituant un cas d’étude du Forum, est en ce sens très encourageante.

Cette évolution rejoint les mutations de la diplomatie turque, vis-à-vis de ses voisins moyen-orientaux, en particulier depuis l’arrivée de l’AKP au pouvoir. Elle coïncide avec la volonté d’Ankara d’être désormais un acteur régional de poids. Alors que la Turquie faisait jusqu’à présent de la question de l’eau, un enjeu purement national, il semble qu’elle ait pris conscience des répercussions au niveau régional que peut avoir cet enjeu ainsi que de l’obstacle que les différends en la matière peuvent représenter pour son action diplomatique, notamment dans le cadre de l’actuelle médiation qu’elle conduit entre la Syrie et Israël. La reconnaissance d’Israël et les liens qu’elle entretient avec les Etats-Unis ont longtemps valu à la Turquie l’hostilité des pays arabes et de l’Iran. Mais les évolutions de la politique étrangère turque, notamment la réaction de Recep Tayyip Erdoğan à l’intervention militaire israélienne à Gaza, ont changé la donne. Le règlement de la question de l’eau – ou tout au moins sa neutralisation – peut ainsi parachever les efforts faits par la Turquie, au cours des dernières années, pour devenir un leader régional crédible. Reste donc à voir si le Forum de mars confirmera l’alignement de la diplomatie de l’eau de la Turquie sur sa diplomatie régionale.

Philippe Maurel


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.