Des élections locales sans passion en Turquie


Alors que la date fatidique approche, force est de constater que les élections locales, qui doivent se tenir le 29 mars prochain, peinent à passionner l’opinion et les médias. Il faut dire que loin d’indiquer le tassement de l’AKP que certains avaient annoncé il y a quelques mois, les sondages montrent plutôt que le parti gouvernemental devrait conserver, voire amplifier son score déjà exceptionnel des dernières élections législatives de 2007 (46,7%). Peu de ténors de la classe politique et peu de personnalités indépendantes se sont lancés dans la course, même dans les grandes villes, c’est un signe qui ne trompe pas ! Certes de grands meetings ont lieu, les villes se couvrent de fanions et d’affiches, mais ces élections locales ont été largement éclipsées au cours de ces dernières semaines par des sujets nationaux ou internationaux d’une tout autre ampleur : situation à Gaza, relance de la querelle Erdoğan-Doğan, derniers rebondissements de l’affaire «Ergenekon» ou effets de la crise financière sur l’économie turque. Dès lors, la campagne électorale ronronne et l’AKP, très rôdé désormais à la conduite de ces grandes messes électorales, officie de façon très professionnelle, sûr de son efficacité et de sa popularité.

Une fois de plus, les partis d’opposition n’ont pas su trouver la faille. En dépit d’une situation économique actuellement difficile, le parti majoritaire ne semble pas vraiment menacé. Ni la hausse record du chômage depuis la fin de l’année 2008 et ni l’affaiblissement sensible de la livre turque face au Dollar et à l’Euro, n’ont pour l’instant entamé la confiance des Turcs dans leur gouvernement. Les critiques des milieux patronaux, mettant en cause la gestion gouvernementale de la crise, n’ont eu que peu d’influence sur l’opinion. Le premier ministre est d’ailleurs resté très politique sur ce dossier. Jouant les héros protecteurs des intérêts turcs face aux «exigences insupportables» de la finance internationale, il n’a pas hésité à repousser la négociation de l’accord que la Turquie devra, de toute évidence, négocier malgré tout avec le FMI, après le 29 mars.

La corruption qui, à l’automne dernier, avait mis le gouvernement en difficulté et vu le premier ministre perdre son calme, n’a pas été non plus un thème de campagne très porteur. Le CHP qui s’était engouffré dans la brèche en faisant de la transparence le fer de lance de sa campagne électorale, ne paraît pas avoir fait le bon choix et semble désormais totalement désorienté. Ses initiatives contradictoires pour séduire pêle-mêle les femmes voilées, les kurdes, les minorités… rendent la ligne du parti de plus en plus illisibles et risquent même de lui aliéner certains de ses partisans.

Seuls les islamistes du «Saadet Partisi» (Parti de la Félicité) sont parvenus à inquiéter l’AKP, au début de l’intervention israélienne à Gaza, en organisant des manifestations réussies et en dénonçant «la duplicité» d’un gouvernement, qui tout en affichant sa solidarité avec les Palestiniens, n’hésitaient pas à conserver des relations étroites avec Israël. Mais l’on sait que Recep Tayyip Erdoğan a su depuis retourner la situation en sa faveur par de multiples initiatives symboliques et surtout par son coup de colère contre Shimon Peres, à Davos.

Dans un tel contexte, le seul enjeu vraiment important de ces élections locales concerne en fait les résultats dans le sud-est et la lutte sans merci que se livrent actuellement l’AKP et les Kurdes du DTP. Dans le sillage des législatives de 2007 qui l’avaient vu faire jeu égal, dans cette région, avec le DTP, l’AKP s’y est fixé pour objectif de poursuivre sa progression et même de ravir au parti kurde quelques unes de ses places fortes, à commencer par la première d’entre elles, Diyarbakır. Pour ce faire, l’AKP n’a pas lésiné sur les moyens. Le premier ministre en personne est venu à deux reprises en pays kurde. Or, alors que sa première visite avait été perturbée par de violentes manifestations et l’avait même vu s’énerver et réagir par des propos très nationalistes, la seconde s’est mieux déroulée en lui permettant même de s’illustrer à Diyabakır par quelques mots prononcés en kurde. Il faut dire qu’entretemps le gouvernement n’a pas ménagé ses efforts pour séduire l’électorat kurde : annonce d’un plan d’investissement économique important, lancement d’une chaîne de télévision publique en kurde… Pourtant rien n’est joué. L’affrontement entre l’AKP et le DTP dans le sud-est risque d’être particulièrement intéressant, car tandis que le premier mène le type de campagne qui lui a réussi jusqu’à présent en évoquant les problèmes concrets de la population et en promettant une amélioration de la gestion des affaires publiques, le second reste fidèle à une ligne très politique en se faisant le défenseur de l’identité et de la culture kurdes. En dépit de ses efforts, l’AKP pourtant ne paraît pas être en position actuellement d’enlever Diyarbakır à son maire DTP actuel, Osman Baydemir. Une victoire à Batman pourrait certes constituer pour lui une sorte de lot de consolation, mais le parti majoritaire pourrait aussi perdre, au profit du DTP, des villes conquises lors des précédentes municipales de 2004, ce qui constituerait alors un échec pour la stratégie qu’il conduit dans le sud-est, depuis 2007.

Pour le reste, les enjeux de ces municipales concernent surtout une série de joutes locales d’importance inégale. S’il est peut probable que Kemal Kılıçdaroğlu puisse détrôner Kadir Topbaş à Istanbul, en revanche un bon score du candidat du CHP pourrait lui permettre de prendre du galon au sein du parti. Le CHP essaiera aussi de reconquérir Antalya et surtout Ankara, où le maire sortant, Melih Gökçek, a conservé la confiance de l’AKP, en dépit des critiques dont sa gestion est l’objet depuis plusieurs années. Une conquête d’Ankara constituerait non seulement une victoire pour le CHP, mais aussi pour sa tête de liste, Murat Karayalcın, dont la carrière politique serait alors relancée. L’AKP, pour sa part, outre ses objectifs dans le sud-est, ambitionne de ravir Izmir, Trabzon, Kastamonu et Mersin au CHP, ainsi qu’Eskisehir et Ordu au DSP. Mais partout l’affaire reste incertaine. Enfin, le «Saadet partisi» semble en mesure d’enlever quelques mairies à l’AKP (notamment au sein de la métropole stambouliote : Üsküdar, Sultanbeyli ou Esenler). Mais pour le «Saadet», outre ces éventuelles gratifications locales, l’objectif sera surtout, par un résultat national significatif (entre 5 et 10%), de démontrer qu’il est en mesure de rompre la logique du vote islamiste utile (qui profite à l’AKP), et qu’il peut, lors des prochaines législatives, atteindre un score de 10% lui permettant d’être représenté au Parlement.

Pour conclure, tout en confirmant l’ascendant pris par l’AKP dans cette campagne, il est important aussi de bien en mesurer toutes les conséquences politiques. Alors qu’à l’automne dernier, un score global du parti majoritaire se situant au dessus de 40% apparaissait pour lui comme le but à atteindre, désormais, au moment où tous les sondages le donnent largement vainqueur, c’est le score des législatives de 2007 qu’il va devoir confirmer et même amplifier. Or, l’entreprise peut s’avérer un peu plus difficile que prévue, en particulier si, dans les prochaines semaines, les effets de la crise financière s’accentuent encore en Turquie.
JM


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.