Célébration de «Newroz» à Diyarbakır en période électorale


Il est dix heures du matin, le 21 mars, et la foule se presse déjà dans les rues de Diyarbakır où résonnent les klaxons de véhicules décorés et surchargés. Les Kurdes, tout sourire aux lèvres, n’ont qu’un mot à la bouche «Newroz». «Newroz» en kurde ou «Nevruz» en turc, ce qui signifie «le nouveau jour», est la célébration du printemps ou plus exactement de la nouvelle année dans le calendrier persan. Cette fête, qui marque l’arrivée des jours prospères, remonte à plus de deux mille ans. «Ainsi arrive Newroz et la nouvelle année, le jour où une telle lumière se répand», chantait déjà, il y a plus de quatre siècles, le poète kurde, Melaye Ciziri (1570-1640).

Ce jour-là, la célébration des festivités dépasse largement les vallées du Tigre et de l’Euphrate, pour devenir un moment de communion entre les populations d’Asie mineure, fidèles à des traditions ancestrales. Il existe plusieurs versions de «Newroz» et les origines exactes de cette célébration restent encore débattues de nos jours. Dans la mythologie kurde, la symbolique première de «Newroz» est celle du feu, le signe de l’affranchissement face au tyran assyrien Zuhak qui domine la terre des Kurdes dans les contes anciens (d’où le saut symbolique au dessus d’un feu lors des célébrations de cette fête aujourd’hui). Les Kurdes ont perpétué un mythe qui reflète la persévérance de leur attachement à leur liberté. Ainsi, chaque année, au moment de l’équinoxe de printemps, le cœur des villes et villages de la région bat au rythme des rassemblements populaires massifs qui célèbrent l’unité kurde et son désir inassouvi de liberté. Le plus grand rassemblement du genre en Turquie se tient à Diyarbakır, où une immense esplanade (notre photo) est réservée à la célébration de cette tradition légendaire, depuis la légalisation des festivités de «Newroz/Nevruz» par les autorités turques, en 2002 (cf. notre édition du 27 mars 2009). En ce 21 mars 2009, à Diyarbakır, plus d’un million de Kurdes ont fait le déplacement pour célébrer jovialement et fièrement ce jour unique de l’année, qui incarne par excellence leur identité. Pour les Kurdes, en effet, cette fête symbolique montre à tous ceux qui seraient tenter de les considérer comme des citoyens de second ordre, que l’on ne peut plus sous-estimer la réalité, la richesse et l’ancienneté de leur culture.

Sur la scène principale devant une foule ravie, se tiennent des orchestres et des représentants du DTP («Demokratik Toplum Partisi», parti pour une société démocratique), le parti kurde, qui délivrent tour à tour des chansons populaires et des discours politiques engagés mais néanmoins pacifistes. Le ton employé par les représentants du DTP est fort mais jovial. Les principaux sujets évoqués sont l’appel au refus d’une assimilation culturelle et le souhait d’une démocratie véritable en Turquie, où les minorités doivent pouvoir vivre librement selon leurs croyances et traditions. Quand on interroge les Kurdes sur la présence éventuelle d’activistes du PKK dans un tel meeting, ils répondent pour la plupart :

«Le PKK et Newroz sont deux choses à part. Newroz est une fête pacifique en l’honneur de la liberté. Regardez ces familles, ces nouvelles générations rassemblées, cette joie, ces couleurs… Arrêtons de réduire la cause kurde au PKK.»

En effet, il est aisé de constater qu’en ce jour, seule la fête est à l’honneur. Le rassemblement des populations venues des alentours est aussi le prétexte à des retrouvailles familiales sous le soleil du nouveau printemps. Les plus jeunes se regroupent en ronde et font revivre les danses traditionnelles, les femmes se sont vêtues de leurs plus beaux habits, les personnes âgées et les enfants s’allongent dans les champs et savourent une ambiance détendue. Enfin, une multitude de vendeurs ambulants proposent de la nourriture, du thé, des magazines ou des colifichets, dont les couleurs sont le plus souvent celles du drapeau kurde, tandis que la foule reprend des slogans, tels que «À ceux qui demandent qui nous sommes, nous sommes kurdes !» ou «Longue vie à Newroz !» («Newroz piroz be»).

Cependant, ce contexte festif ne peut faire oublier que nous sommes aussi actuellement en période électorale. L’un des objectifs politiques de l’AKP, lors des élections locales qui doivent se tenir dans toute la Turquie, le 29 mars prochain, est d’améliorer ses scores dans le sud-est et si possible d’y conquérir quelques villes. La célébration de «Nevruz», organisée à Ankara par le gouvernement, et les récentes réformes politiques comme la création de TRT-6, une chaine de télévision publique en kurde (cf. notre édition du 13 janvier 2009), en janvier dernier, ne sont pas sans lien avec les ambitions politiques du parti au pouvoir. La stratégie gouvernementale s’appuie sur les bons scores réalisés par l’AKP dans le sud-est, lors des dernières élections législatives de 2007, et sur le fait qu’une partie de la population est critique à l’égard de l’action du DTP. Le quotidien «Zaman» (pro-gouvernemental) mettait récemment en exergue des témoignages kurdes, qui regrettaient que le souci du DTP de protéger une identité culturelle, le conduise par ailleurs à négliger les problèmes économiques et sociaux, qui sont particulièrement aigus dans les provinces du sud-est. Rappelons que le taux de chômage dans cette région est quatre fois supérieur à la moyenne nationale et touche une population qui est beaucoup plus jeune (la moitié a moins de 20 ans). Dans un tel contexte, l’AKP essaye de jouer la carte du pragmatisme qui lui a si bien réussi ailleurs, en promettant à terme l’accélération du développement économique du sud-est et pour l’heure une meilleure gestion des villes qu’il parviendrait à prendre.

Toutefois, lorsqu’on discute avec la population dans les rues de Diyarbakır, on se rend rapidement compte que le DTP et ses représentants y restent très populaires. La plupart des personnes rencontrées estiment qu’il est peu probable que la forteresse Diyarbakır, tenue par le DTP, puisse être un jour conquise par l’AKP. Özgür, un jeune étudiant en architecture, commente sans ménagement les récentes distributions d’appareils électroménagers, par le parti majoritaire, aux populations de la région pour essayer d’obtenir leur vote : «le droit vote est un honneur et notre honneur n’est pas à vendre.» Les tentatives de récupération de «Nevruz» par le gouvernement actuel, qui en a légalisé la célébration et entend en faire également une fête turque, sont diversement appréciées par les populations locales. Ahmet, guide touristique kurde, natif de Diyarbakır, ne mâche pas ses mots, à cet égard :

«Demandez au gouvernement turc ce qu’il pensait de Newroz il y a dix ans. Les Kurdes fêtaient Newroz clandestinement dans des caves ou dans des villages perdus et isolés. S’ils se faisaient prendre par la police, ils disparaissaient du paysage et on entendait plus jamais parler d’eux… Alors n’allez pas me dire que Newroz est une fête turque ! Tout ce qu’ils essayent de faire, c’est de nous assimiler. Ils nous volent pour mieux faire disparaître notre différence. Nous, les Kurdes, tout ce qu’on veut, c’est pouvoir vivre selon nos traditions et nos croyances, en hommes libres.»

Il est sûr que «Newroz» reste une fête kurde, mais on ne peut que se réjouir qu’elle soit désormais célébrée dans toute l’Anatolie.
Laure Gadrat


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.