Les enseignements du 29 mars.


Alors que la plupart des Instituts de sondages annonçaient une victoire confortable de l’AKP (à l’exception toutefois d’A&G qui donnait l’AKP à 39,8%, le CHP à 26,4% et le MHP à 15,2%), les élections turques du 29 mars ne paraissaient pas devoir constituer un test majeur pour le gouvernement. Force est de constater que les urnes ont largement infirmé ce pronostic.

Avec un score de 38,87% (pour l’ensemble des scrutins tenus), l’AKP, qui avait eu des résultats nettement supérieurs tant aux élections locales de 2004 (41,7%%) qu’aux élections législatives anticipées de 2007 (46,7%), connaît pour la première fois, depuis 2002, un recul très significatif de son influence. Face au parti gouvernemental, les principales formations d’opposition (le CHP avec 23,16% et le MHP avec 15,12%), qui totalisent un nombre de voix quasiment équivalent à celui obtenu par le parti gouvernemental, ont accru leur influence, tandis que les Kurdes du DTP sortaient grands vainqueurs de la confrontation qui les opposait à l’AKP dans le sud-est, en atteignant un score de 5,56% au niveau national. En dehors de ces 4 grands, seuls les islamistes du Refah (5,16%) sont parvenus à garder une influence nationale réelle alors que pour sa part le DSP, crédité de 2,76%, réussissait à conserver ses places fortes d’Eskişehir et d’Ordu. On peut donc dire que le mouvement de restructuration partisane favorisant les 4 grandes formations (AKP, CHP, MHP et DTP), qui disposent de groupes parlementaires à l’Assemblée nationale depuis 2007, a été confirmée mais rééquilibrée, cette fois, au détriment de l’AKP.

Géographiquement, il est assez frappant de voir, en outre, que ces élections locales ont amplifié l’opposition entre un vote continental, l’AKP obtenant ses meilleurs scores au cœur de la péninsule anatolienne et un vote périphérique, les formations d’opposition l’emportant en Turquie d’Europe, dans les provinces littorales (Égée, Méditerranée, mer Noire) et dans le Sud-est (où 8 provinces ont été gagnées par le DTP).

Toutefois, les élections du 29 mars ne sont pas seulement une affaire de chiffres et de géographie. Leur premier apport est sans doute symbolique. En faisant perdre 8 points à l’AKP par rapport à 2007, elles ont brisé le mythe d’invincibilité que ses victoires antérieures avaient contribué à édifier. Contrairement à ce qu’avait annoncé Recep Tayyip Erdoğan, au soir des résultats, les deux premiers partis d’opposition (CHP et MHP) totalisent bien désormais un nombre de voix quasi-équivalent à celui du parti majoritaire. Le déroulement des élections à Istanbul et à Ankara (villes symboles de la puissance de l’AKP et dans les années 90 de la montée en force du Refah) où les maires AKP sortants ont été malmenés par les candidats du CHP, Kemal Kılıçdaroğlu (en campagne sur la photo) et Murat Karayalçin, a montré que la donne avait commencé à changer. L’opposition ne se situe plus dans une logique exclusivement défensive face à une force irrésistible, mais peut désormais légitimement nourrir des ambitions de reconquête. La campagne électorale plus concrète des candidats du CHP, privilégiant la lutte contre la corruption et surtout les politiques sociales, a sans doute porté ses fruits. La stratégie de l’AKP, qui a ressorti les mêmes recettes, les mêmes affiches et les mêmes slogans qu’en 2007, a quelque peu tourné à vide. Il était peu crédible en effet de promettre qu’on allait continuer la route (Devam), alors que, depuis les élections législatives, le gouvernement n’avait pas vraiment repris les réformes et s’était enlisé dans de multiples conflits. Il était aussi difficile d’adhérer à l’optimisme béat des personnages qui souriaient sur les affiches du parti au pouvoir alors que le pays s’enfonçait dans la crise. Certes, celle-ci dépasse l’AKP par sa dimension internationale, mais le gouvernement ne paraît pas avoir été à la hauteur des décisions économiques qu’il devait prendre et la polémique engagée par le premier ministre avec le FMI, sur l’octroi d’un prêt qu’il devrait à terme souscrire, n’a finalement pas été payante politiquement. Quant aux soupçons de corruption suscités par l’affaire «Deniz Feneri», ils ont sans doute contribué à entamer la crédibilité de l’AKP que les coups de colère du premier ministre, tant à l’encontre des médias que de l’intervention israélienne à Gaza, ne sont pas parvenus à restaurer.

En dernier lieu, on ne peut manquer d’observer que les élections du 29 mars n’ont pas déçu sur le sujet où on les attendait, à savoir la question kurde. Alors même que, dès l’automne, le parti majoritaire était parti à l’assaut du sud-est, ce dernier, en confirmant sa préférence pour le DTP, lui a fait clairement comprendre qu’il n’était pas à prendre. En fin de campagne électorale, la presse gouvernementale faisait déjà machine arrière en expliquant que, dans les provinces kurdes, ces élections n’étaient pas autre chose qu’une consultation locale. Or, force est de constater que, par ses multiples et spectaculaires initiatives (deux déplacements de Recep Tayyip Erdoğan, création d’une chaine de télévision publique en kurde, sans parler des distributions de frigidaires !), le parti majoritaire a contribué à faire de la question kurde un enjeu majeur de ces élections. Cette stratégie était d’autant plus risquée qu’au cours des derniers mois, le gouvernement avait donné l’impression de s’aligner sur les positions de l’armée en acceptant la conduite d’interventions militaires en Irak du Nord.

Loin d’être la formalité qu’annonçait les sondages, la victoire programmée de l’AKP aux élections locales du 29 mars risque finalement d’avoir un goût amer. Le premier ministre a déjà annoncé un remaniement gouvernemental et une réorganisation du parti dans la perspective d’une reprise des réformes, mais l’entreprise s’annonce incertaine au moment où la crise économique touche profondément la société turque et face à une opposition requinquée avec laquelle il faudra désormais compter.
JM


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.