Istanbul accueille le deuxième Forum de l’Alliance des Civilisations


La Turquie accueille un nombre croissant de manifestations internationales. Après le 5e Forum mondiale de l’eau, qui s’est déroulé du 16 au 22 mars 2009 (notre édition du 9 mars 2009), Istanbul a organisé, les 6 et 7 avril 2009, le 2e Forum de l’Alliance des civilisations. Officiellement, l’Alliance des Civilisations des Nations Unies est «l’initiative internationale la plus importante visant à promouvoir la compréhension interculturelle.» Selon ses organisateurs, le 2e Forum de l’Alliance des Civilisations, avait ainsi pour but

«d’amorcer des partenariats et de mettre en place une collaboration productive entre diverses communautés, mais aussi de renforcer la confiance et la réconciliation entre les cultures.»

Il a réuni un vaste réseau de leaders mondiaux, de dirigeants d’organisations internationales, d’entreprises, de medias, de membres de la société civile et d’associations de jeunesse.

C’est une proposition du président du gouvernement espagnol, José Luis Rodríguez Zapatero, lors de la 59ème Assemblée Générale de l’ONU, le 21 septembre 2004, qui est à l’origine de l’Alliance des Civilisations. Cette initiative faisait suite aux attentats d’Al Qaïda, survenus à Madrid, le 11 mars 2004. Elle reprenait en fait le souhait de l’ancien président de la République Islamique d’Iran, Muhammad Khatami, qui désirait déjà développer un «dialogue entre civilisations». L’objectif initial était donc d’encourager une alliance entre les mondes occidental et arabo-musulman de façon à trouver une alternative à l’usage de la force pour combattre le terrorisme international, en enrayant la diffusion croissante d’images déformées, au sein d’un Occident partiellement atteint par l’islamophobie et d’un Orient qui perçoit souvent celui-ci comme un agresseur potentiel.

Au départ, ce projet avait un double objectif : en premier lieu, devenir le cadre du développement de nouvelles perspectives de collaboration et de compréhension intégrées à une logique universaliste ; en second lieu, revaloriser le rôle des Nations-Unies comme institution incarnant la légitimité du multilatéralisme face à la tendance unilatéraliste de la politique étrangère américaine de George W. Bush. Le 14 juillet 2005, le secrétaire général de l’ONU a annoncé le lancement de l’Alliance des civilisations, qui a fait l’objet par la suite, en septembre de la même année, d’une déclaration de l’Assemblée générale de l’ONU.

L’intérêt immédiat, manifesté par la Turquie et son premier ministre, Recep Tayip Erdoğan, a joué un rôle important pour concrétiser ce projet initié par le gouvernement espagnol et soutenu par le secrétaire général de l’ONU de l’époque, Kofi Annan. Ces pionniers ont mis sur pied un «Groupe de travail» dans le but d’obtenir le soutien d’autres gouvernements et d’autres organisations internationales. Simultanément, le secrétaire général de l’ONU a créé un «Groupe de haut-niveau» rassemblant des personnalités internationales engagées pour la paix. En 2007, l’ancien président portugais (1996-2006), Jorge Sampaio, a été nommé à la tête de l’Alliance.

Après le succès du premier Forum de l’Alliance, à Madrid en janvier 2008, le deuxième Forum s’est donc tenu à Istanbul, les 6 et 7 avril 2009, avec la participation du premier ministre turc Recep Tayyip Erdoğan, du président du gouvernement espagnol José Luis Rodriguez Zapatero, du secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon, du président de l’Alliance Jorge Sampaio, ainsi que de nombreux représentants des sphères politique, académique et social. Il est important de souligner que ce Forum a eu lieu au moment même où Barack Obama effectuait parallèlement en Turquie sa première visite dans un pays musulman. Le 6 avril 2009, prenant la parole à la Grande Assemblée Nationale, à Ankara, le président américain a d’ailleurs tendu symboliquement la main au monde musulman, en déclarant : «Les Etats-Unis ne sont pas et ne seront jamais en guerre contre l’islam.»
Sur le plan méthodologique, ce Forum a mis l’accent sur la nécessité de définir des objectifs clairs et d’aboutir à des résultats concrets. Hors des sessions plénières, les sessions de travail se sont ainsi concentrées sur des objectifs pragmatiques, tels que : mettre en place une plateforme internationale de participants afin de développer des initiatives et lancer de nouveaux programmes ; établir une liste d’ateliers spécialisés permettant à des «décideurs politiques», des organisations internationales et des représentants de la société civile d’entrer en contact, de partager des expériences et de développer des projets conjoints ; encourager un marché aux idées pour exploiter les expériences les plus innovantes et des initiatives civiles destinés à transcender les divisions culturelles et agir pour la paix.

Les principaux thèmes de travail évoqués on été, entre autres, les medias et leur influence, notamment leur capacité à favoriser la lutte contre l’extrémisme, ou la question des migrations ou encore l’importance du travail pour les populations les moins qualifiées. Dans un tel contexte, la thématique de l’éducation a reçu une attention toute particulière, notamment la réflexion sur l’enseignement de l’histoire conçue comme un moyen de prévention des conflits et comme une garantie propre à favoriser une compréhension interculturelle. Le Forum a mis en exergue également la place de la jeunesse dans le dialogue des civilisations, mais cette année, il a insisté sur la nécessité de promouvoir des échanges d’étudiants à différents niveaux et des rencontres entre jeunes exerçant des responsabilités, afin de favoriser une perception plus réaliste et plus équitable du monde contemporain. Parallèlement, une exposition intitulée «Ils avaient foi en la Turquie», consacrée aux réfugiés célèbres ou aux groupes de réfugiés qui se sont installés en Turquie, a eu lieu, au Palais Cirağan, sur le site même du Forum. Preuve du succès de l’Alliance des civilisations : son prochain Forum se tiendra, en 2010, au Brésil.

Laure Gadrat et Marina Vives Cabré


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.