Incertitudes présidentielles…

Évoquant de possibles scénarios pour la prochaine élection présidentielle en Turquie, Kemal Kılıçdaroğlu a annoncé que son parti pourrait apporter son soutien, le cas échéant, à Abdullah Gül contre Recep Tayyip Erdoğan. S’exprimant sur la chaine de télévision privée Star, le 8 décembre dernier, le leader kémaliste a notamment précisé : «S’il  ne restait seulement que ces deux candidats en lice, pourquoi pas ?» Ces propos devraient sans doute être rangés dans la catégorie des petites phrases à énigme, qui permettent aux journalistes d’améliorer leur ordinaire médiatique, s’ils n’avaient le mérite, dans le contexte actuel, de soulever deux questions majeures, susceptibles d’ébranler profondément le cours de la vie politique turque dans les prochains mois.

La première question concerne bien sûr les incertitudes qui continuent d’entourer la tenue de la prochaine élection présidentielle, qui se déroulera pour la première fois au suffrage universel en Turquie, en 2014. Ces incertitudes affectent tout d’abord l’organisation même de cette élection. Le passage au suffrage universel pour l’élection du président remonte au référendum du 21 octobre 2007, conséquence directe de la crise politique qui, cette année-là, a opposé l’armée et le gouvernement (cf. notre édition du 22 octobre 2007). C’est parce que l’armée et la cour constitutionnelle tentaient alors d’empêcher l’élection d’Abdullah Gül à la présidence de la République que l’AKP a provoqué une révision constitutionnelle, permettant à l’avenir de donner la parole au peuple. Toutefois, une telle réforme peut aujourd’hui transformer la Turquie (qui depuis son passage au pluralisme a toujours été un régime parlementaire) en régime semi-présidentiel, comme cela a été le cas en France, après la révision constitutionnelle de 1962. En outre, les interrogations sur le devenir du régime politique turc s’aiguisent quand on sait qu’actuellement le parlement travaille à l’élaboration d’une nouvelle constitution, et que Recep Tayyip Erdoğan milite pour l’établissement d’un régime présidentiel «à l’américaine» (cf. notre édition du 12 mai 2012).

Le débat sur la présidentialisation du système turc a fini par «polluer» l’élaboration de la nouvelle Constitution, dont les experts auraient préféré qu’elle se concentre sur l’amélioration de la citoyenneté, la protection des droits de l’homme et la résolution de la question kurde, plutôt que de s’égarer dans les méandres de l’ingénierie institutionnelle. Et cela d’autant plus qu’à l’heure actuelle, le régime parlementaire en Turquie fonctionne, et que les principaux problèmes politiques du pays ne sont pas là. Rappelons enfin que, jusqu’au début de cette année, la tenue de la prochaine élection présidentielle a été perturbée par la question de savoir si la réduction du mandat du président de la République à 5 ans, également prévu par le référendum du 21 octobre 2011, avait vocation à écourter le mandat en cours d’Abdullah Gül ou si elle ne prendrait effet qu’après la prochaine élection. On sait désormais que le président Gül, élu en 2007, achèvera son mandat et que la réforme du quinquennat ne s’appliquera qu’à partir de 2014 (cf. nos éditions du 19 décembre 2011 et du 23 janvier 2012). Mais, comme si cela ne suffisait pas, le calendrier de l’élection présentielle a fait l’objet d’autres tractations, le gouvernement tentant d’avancer à 2013 les élections locales, également prévue pour 2014, afin de faire place nette pour la campagne de la future présidentielle. Cette initiative a finalement échoué et l’agenda électoral de 2014 sera donc très chargé, les Turcs votant pour élire leurs édiles locaux, au printemps, et pour choisir leur nouveau président, pendant l’été. Incertitudes constitutionnelles, incertitudes organisationnelles… tout cela fait beaucoup pour une élection inédite en Turquie…

La déclaration de Kemal Kiliçdaroğlu touche par ailleurs à une question sensible de la vie politique turque : celle  de l’unité de la formation majoritaire. L’AKP a fêté, il y a un peu plus d’un mois, les 10 ans de son arrivée au pouvoir. L’ayant emporté par la suite très largement, lors des élections générales de 2007 et de 2011, le parti de Recep Tayyip Erdoğan ne semble pas avoir actuellement de concurrent vraiment dangereux dans l’arène politique turque. Or, l’on sait que lorsqu’une formation en vient à dominer aussi outrageusement ses adversaires, le risque principal pour elle ne réside plus dans une improbable victoire de l’opposition, mais dans les querelles et les divisions qui peuvent affecter ses structures internes et ses dirigeants.

On a parfois évoqué le caractère hétérogène de l’AKP et l’hypothèse d’une scission, mais jusqu’à un passé récent, ces supputations n’avaient jamais été sérieusement confirmées. Depuis quelques mois, les choses ont changé, parce que les différences de vues entre le premier ministre et le président de la République se sont multipliées. Perceptibles l’an dernier lorsqu’Abdullah Gül a plusieurs fois demandé une nouvelle lecture du parlement sur des textes de loi d’origine gouvernementale qui avaient été adoptés par les députés (cf. notre édition du 17 décembre 2011), de réelles dissensions ont récemment éclaté au grand jour. On se souvient que, lors de la dernière fête nationale (le 29 octobre), une sérieuse polémique a opposé le président et le premier ministre. Alors même que ce dernier se montrait intransigeant à l’égard des manifestations laïques prévues ce jour-là, Abdullah Gül aurait prodigué des conseils de modération au gouverneur d’Ankara, ce qui expliquerait que celui-ci ait accepté que les manifestants, qui s’étaient rassemblés sur la place de l’ancien parlement, soient finalement autorisés à défiler jusqu’au mausolée d’Atatürk. Une querelle à fleuret moucheté entre les deux têtes de l’exécutif s’était ensuivie, le premier ministre rappelant au président que, dans un régime parlementaire, la décision du premier ministre primait, et le président affirmant qu’il connaissait les compétences que lui donnait la Constitution et qu’il les respectait (cf. notre édition du 31 octobre 2012). Depuis, il ne se passe pas un jour sans que de nouveaux sujets de discorde entre les deux hommes apparaissent et voient la presse en faire ses choux gras.

Récemment on a pu relever la différence d’approche du premier ministre et du président sur la question de la levée de l’immunité des députés kurdes du BDP, Recep Tayyip Erdoğan en ayant fait l’un des chevaux de bataille de la rentrée parlementaire, Abdullah Gül se montrant beaucoup plus circonspect et recommandant d’éviter de s’engager dans un processus qui peut déboucher sur une «impasse». La visite de Vladimir Poutine, le 3 décembre 2012, en Turquie, a été aussi l’objet de supputations de la part des médias : Erdoğan, en effet, aurait tout fait pour que Poutine ne rencontre pas Gül, alors même que protocolairement cela s’imposait. Enfin, le chef de l’Etat a fait entendre sa différence dans l’affaire Muhteşem Yüzyıl qui secoue la vie politique turque depuis maintenant une quinzaine de jours. Le 25 novembre 2012, le premier ministre s’en est pris en effet au fameux feuilleton Muhteşem Yüzyıl (Le siècle magnifique) en l’accusant de donner une vision «inacceptable» de la personne et de la vie du sultan Soliman le magnifique. La croisade du premier ministre contre la série télévisée créée par Meral Okay et distribuée actuellement dans 40 pays, a conduit à ce qu’elle soit retirée, le 7 décembre dernier de la liste des feuilletons que la compagnie Turkish Airlines propose à ses passagers sur ses vols. Dès le 30 novembre, Abdullah Gül, pour sa part, a manifestement cherché à dédramatiser l’affaire, en se bornant à se réjouir que des séries populaires n’hésitent pas désormais à aborder fréquemment l’histoire, en particulier l’histoire ottomane. Une manière de faire sentir une certaine hauteur de vue toute présidentielle…

Car Abdullah Gül n’a pas renoncé à se représenter en 2014 (cf. notre édition du 31 juillet 2012) et cette candidature si elle devait intervenir modifierait probablement les équilibres du système politique turc. Il est probable en effet qu’une telle éventualité risque de conduire à une division du parti majoritaire et à de nouvelles alliances. Nous n’en sommes pas encore là, mais il est sûr que l’AKP est entrée dans une phase de turbulences internes.

JM


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.