Recep Tayyip Erdoğan visite les camps de réfugiés syriens dans la province de Şanlıurfa

Au cours du week-end qui vient de s’écouler, Recep Tayyip Erdoğan, accompagné de son épouse et de sa fille, a visité les camps de réfugiés syriens d’Açakale et de Ceylanpınar, dans la province de Şanlıurfa. Cette démarche intervient au moment où le nombre des réfugiés syriens en Turquie est en train de dépasser officiellement 150 000 personnes. L’AFAD (Afet ve Acil Durum Yönetimi Başkanlığı – la direction de la gestion des situations d’urgence et des catastrophes, rattachée aux services du premier ministre) a annoncé récemment que 144 755 Syriens se trouvaient actuellement dans 13 cités de tentes et 1 ville container. Ces installations sont situées actuellement dans les provinces d’Adıyaman, de Gaziantep, du Hatay, de Kahramanmaraş, de Kilis, d’Osmaniye et de Şanlıurfa. Les chiffres officiels prennent en compte les personnes qui ont franchi la frontière pour se réfugier dans des camps, mais pas celles qui ont fui la Syrie en avion, sont entrées en Turquie et y sont demeurées depuis. Il est donc probable que le nombre des réfugiés officiels et officieux dépasse aujourd’hui largement 200 000.

La plupart des organisations internationales ont reconnu que la Turquie avait réalisé un travail d’accueil remarquable dans un contexte particulièrement difficile. Ankara a d’ailleurs déjà dépensé 400 millions de LT pour faire face à la situation et devrait dépenser autant en 2013. Globalement bien maîtrisée jusqu’à présent, la gestion de cette urgence humanitaire pourrait devenir plus délicate si la guerre s’éternise en Syrie et empêche le retour des réfugiés. C’est sans doute la raison pour laquelle, Recep Tayyip Erdoğan est venu, samedi et dimanche, dans la province de Şanlıurfa dire sa conviction que la sortie de crise est pour bientôt. Revêtu d’une djellaba marron et d’un keffieh bédouin qui lui avaient été remis en cadeau et lui donnaient une allure de Lawrence d’Arabie, le premier ministre s’est adressé à une foule de 25 000 personnes à Açakale, aux côtés de Muaz al-Qatib, le leader de la coalition de l’opposition syrienne. Il a annoncé notamment que plus de 100 pays dans le monde avait désormais reconnu l’opposition syrienne en estimant que cela signifiait que Bachar el-Assad, qu’il a plusieurs fois qualifié de « tyran », n’avait plus d’autre choix que de partir.

Le leader baasiste n’est pourtant pas encore parti, et des négociations lourdes se déroulent actuellement pour trouver une issue à la crise. Alors que les forces de l’opposition gagnent inéluctablement du terrain et qu’une dramatique bataille de Damas se profile, 100 000 soldats fidèles au régime y étant retranchés, Lakhdar Brahimi, le délégué spécial de l’ONU et de la Ligue arabe en Syrie, a annoncé au Caire, le 30 décembre, qu’il avait une solution de fin de crise qui pouvait être acceptée par l’ensemble de la communauté internationale. Cette solution repose sur la déclaration de Genève qui, acceptée en juin dernier par la communauté internationale, n’était pas parvenue cependant à arrêter les hostilités. La déclaration en question prévoit un cessez-le-feu, la mise en place d’un gouvernement de transition disposant de complètes prérogatives, et l’organisation d’élections législatives et présidentielles. Mais tout le problème est de savoir comment l’on doit décliner ces mesures générales et les inscrire dans les faits.

Au cours de la semaine écoulée, Russes et Américains se seraient accordés sur un plan prévoyant deux options : la première établirait un gouvernement de transition, le temps que se tiennent des élections présidentielles auxquelles Bachar el-Assad, qui resterait en place provisoirement, ne pourrait être candidat ; la seconde serait un processus de transition reposant sur un gouvernement composé par des membres du régime actuel et des membres de l’opposition, mais excluant le maintien même provisoire à son poste du président actuel de la Syrie. Le plan a été présenté par Lakhdar Brahimi à Bachar el-Assad, mais ce dernier ne l’a pour l’instant pas accepté. La Russie qui, le 29 décembre dernier, via son ambassade au Caire, a noué pour la première fois des contacts avec l’opposition syrienne, semble décidée à faire pression sur Damas pour trouver une solution.

La clef du problème est donc bien le sort de Bachar el-Assad. En effet, bien que le régime ne se résume pas à sa personne, celle-ci est un symbole. Le départ du leader baasiste même s’il s’accompagne d’un processus de transition associant des membres de l’opposition indiquerait immédiatement la victoire d’une révolution qui dure maintenant depuis 21 mois ; le maintien du président syrien, en revanche, même s’il n’est que provisoire, laisserait penser que la crise s’achève par une sorte de compromis. Pour l’opposition (vivement soutenue sur ce point par la Turquie, la semaine dernière), le départ de Bachar el-Assad reste une condition absolue avant toute sortie de crise, alors même que l’on murmure que le régime de Damas pourrait accepter une solution négociée si son leader se voit offrir une porte de sortie honorable. Des rumeurs persistantes évoquant un départ de Bachar el-Assad et de sa famille pour le Venezuela, avivées par un ballet diplomatique syrien en Amérique latine, ont alimenté la chronique ces derniers jours. À cela s’ajoute bien sûr l’assouplissement de la position de Moscou qui suscite beaucoup d’espoirs en Turquie. Pour autant, la Russie n’a pas encore lâché le régime baasiste…

JM


Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Pat dit :

    C’est curieux : Assad est un dictateur donc il ne peut pas se présenter aux élections ?

  1. 1 janvier 2013

    […] sur la plate-forme Hypothèses, Jean Marcou, spécialiste de la Turquie, consacre son dernier billet de l’année à cet événement, en rappelant le nombre effarant des personnes déplacées : […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *