Les manifestations de l’Université technique du Moyen-Orient (ÖDTÜ), résistance et désillusions d’une «jeunesse progressiste».

Après avoir été au cœur des débats et des querelles qui ont occupé la scène politique turque à la fin de l’année 2012, les manifestations qui ont eu lieu le 18 décembre 2012 sur le campus de la célèbre Université Technique du Moyen-Orient (Orta Doğu Teknik Üniversitesi, dite communément ODTÜ) ne font plus la une des quotidiens. Que restera-t-il de deux semaines de contestation étudiante qui ont alimenté une série de tirades véhémentes du premier ministre, Recep Tayyip Erdoğan, juste avant les fêtes du Yıl Başı (premier de l’An) ?

Gardera-t-on en mémoire une énième polémique destinée à clore en beauté une année qui a conforté une stratégie gouvernementale visant à saisir toutes les opportunités pour concentrer l’attention des médias ? Se souviendra-t-on plutôt de la brutalité des forces de l’ordre qui n’ont pas hésité à tirer des grenades lacrymogènes à quelques mètres seulement des manifestants avec le résultat que l’on connait – six étudiants blessés, dont un très grièvement à la tête ?

Il y a moins de chances en tout cas que l’on se rappelle finalement de ce que les manifestants avaient à dire. La presse, les ministres et les représentants de l’opposition ont beaucoup disserté sur le comportement des forces de police, soit pour défendre, soit pour condamner leur intervention, mais ils se sont peu intéressés au message que cherchaient à faire passer les étudiants en organisant cette action de protestation qui les a vu brandir des banderoles où on pouvait lire : « L’ODTÜ est debout, contre l’AKP » ?

Alors que l’année 2013 vient de commencer, il est temps de revenir sur la résistance et les désillusions de cette « jeunesse progressiste ».

 La réputation de l’ODTÜ n’est plus à faire, sur les plans tant scientifique que politique. Elle a acquis une renommée académique internationale. Car, aux côtés de neuf autres universités turques, elle figure aujourd’hui parmi les 500 meilleurs collèges universitaires mondiaux, tout en étant identifiée par le classement de Shanghai comme la meilleure université technique du Moyen-Orient. Créée dans les années 1950, avec l’appui des Américains, pour contribuer à la formation de cadres en Turquie et dans les régions avoisinantes, elle est devenue cependant, au fil des décennies, un bastion laïque où s’est développée une tradition de contestation très marquée à gauche, ce qui explique que nombre de ses membres aient été victimes de la répression sanglante du coup d’Etat de 1980 qui, rappelons-le, a fait près de 400 victimes dans les milieux de gauche et d’extrême-gauche (Hamit BOZARSLAN, Histoire de la Turquie contemporaine, La Découverte, Repères, Paris, 2007, p.66). Au cours des dernières années, cette université a souvent été le théâtre de mouvements contestant la politique du gouvernement de l’AKP.

Ce n’est donc pas un hasard si pour se rendre sur le campus de l’ODTÜ, à l’occasion de la retransmission du lancement du satellite Göktürk-2, le mardi 18 décembre 2012, Recep Tayyip Erdoğan avait décidé de venir accompagné d’une protection policière impressionnant : 105 voitures de garde, 20 véhicules blindés, un char d’intervention et 2 500 officiers de police a-t-on appris depuis. Il faut dire qu’avant même la survenance des manifestations, l’événement avait fait l’objet d’une forte couverture médiatique, Göktürk-2 (dont le lancement était effectué depuis une base chinoise) étant le second satellite de fabrication nationale, et le premier ministre ayant annoncé qu’à échéance de 10 ans, la Turquie serait en mesure d’opérer ses propres mises sur orbite.

Ensuite, la version des événements divergent selon les protagonistes. Pour le premier ministre et les commentateurs favorables à la majorité, les manifestants étaient “cette jeunesse armée de couteaux, qui se promène avec des pierres et des cocktails Molotov dans ses sacs”. Les étudiants disent au contraire que la police ne leur a pas laissé la possibilité de s’approcher. À plusieurs centaines de mètres, ils ont utilisé des lances à eau et des grenades lacrymogènes. Révoltés par la brutalité de ces méthodes, les étudiants, pour en témoigner, ont organisé dans les jours qui ont suivi une exposition improvisée où, côte à côte dans un bâtiment du campus, figuraient les restes des grenades tirées et le visage tuméfié de l’étudiant en droit de l’université d’Ankara, Barış Barışık (dont le nom, ironiquement, signifie « paix » en turc), frappé à la tête par l’une d’entre elles.

A l’abri de la cantine Çatı (« le toit »), certains étudiants, confient qu’ils avaient anticipé la confrontation avec la police et les poursuites qui ne manqueraient pas de constituer la seconde étape de la répression.  Pour avoir pris part à d’autres manifestations de ce genre par le passé, ces étudiants savent que manifester, c’est prendre le risque de voir son nom inscrit dans les fichiers de la police et mettre ainsi en péril la poursuite de leurs études. De fait, la semaine qui a suivi les incidents a été marquée par des descentes de police dans les résidences étudiantes et s’est soldée par la mise en garde à vue d’une dizaine d’étudiants issus de l’ODTÜ, voire des universités d’Ankara, de Hacettepe et de Gazi.

Le procureur à l’origine de ces arrestations a accusé les étudiants d’être membres « d’organisations terroristes » et de s’être rendus coupables de « crimes en leur nom ». La démarche n’est pas surprenante quand on sait que pour empêcher ceux qui dérangent le pouvoir en exprimant des opinions contestataires, le même motif, parfois aggravé de l’accusation de faire partie du réseau Ergenekon, est systématiquement avancé.

Pour sa part, le premier ministre s’en est pris aux journaux et à l’opposition qui ont soutenu le mouvement étudiant ou se sont étonnés pour le moins de la violence de la répression. Il a regretté qu’ils n’aient pas célébré plutôt « l’avenir radieux » qu’il a promis à la Turquie, suite en particulier à la réussite technologique spatiale qui avait motivé sa présence à l’ODTÜ, en s’écriant : « Mais quand donc vous déciderez-vous à partager la joie de ce pays ? ». Il a également mis en cause le corps enseignant (« honte aux professeurs ! ») qui s’était majoritairement rangé du côté des manifestants et avaient donc, selon lui, « pris le parti du chaos ».

La polémique ouverte a motivé la rencontre entre Recep Tayyip Erdoğan et le recteur de l’ODTÜ, Mehmet Acar, le 27 décembre. Aucun rappel ne fut cependant fait des propos tenus par le premier ministre à l’encontre des universitaires lors de cet échange, qualifié par le recteur de « plutôt positif ». Selon ce dernier, qui avait pourtant spontanément fait part de son émotion de voir la brutalité avec laquelle la police avait réprimé la manifestation, la discussion d’une heure a permis de révéler qu’il n’y avait finalement « pas de problème ».

Ce léger revirement est probablement révélateur des limites de l’empathie que le mouvement estudiantin était en mesure de susciter ainsi que de la situation très singulière qui reste celle d’ODTÜ dans le paysage universitaire turc. Pour preuve, une douzaine d’autres universités ont immédiatement pris leur distance avec leur cousine ankariote. Par le biais d’un communiqué commun, elles se sont empressées d’appuyer les critiques officielles contre la « violence » des étudiants, rappelant ainsi les devoirs qui sont les leur à l’égard l’Etat qui les finance.

Qu’est donc ce mouvement estudiantin à ODTÜ ? Le cri d’alarme significatif d’une partie de la jeunesse turque inquiète des évolutions politiques récentes ou un mouvement sporadique radicalisé, excédé par les rêves nationalistes de grandeur du leader de l’AKP ? La réponse n’est pas évidente, mais derrière cet embrasement, un feu couve probablement.

Si ces événements ont montré une chose, c’est bien l’incompréhension qui se creuse chaque jour davantage entre d’un côté un gouvernement qui ne se contente plus seulement d’assumer une politique conservatrice mais s’appuie désormais ouvertement sur un rapport de force politique qui lui est favorable, et de l’autre une jeunesse issue des classes moyennes, qui conteste cette conception d’une Turquie obnubilée par sa puissance grandissante, sans considération pour ceux de son peuple qui ne partage pas ces aspirations.

Même dans la presse laïque (le Hürriyet Daily News), les mots du chroniqueur Mustafa Akyol ne sont pas tendres à l’égard de cette jeunesse radicalisée et illustrent la réalité de son isolement progressif. Sous sa plume, ces jeunes sont en effet ridiculisés, ravalés au rang de marxistes utopistes, de « soixante-huitards attardés », voire de simples vandales. Le journaliste cite en particulier un incident survenu récemment à l’Université d’Uludağ à Bursa, au cours duquel une trentaine d’étudiants ont saccagé une exposition promouvant le créationnisme (dont M. Akyol se fait en l’occurrence le défenseur), et il conclut ceci: “ce n’est qu’une des nombreuses manifestations d’un problème profond en Turquie: la vénération de la violence par quelques uns des autoproclamés «progressistes», qui pensent que leur vérité marxiste leur donne le droit d’attaquer les voix dissidentes. […] Il jettent des pierres sur la police, brûlent des pneus et détruisent des distributeurs de billets. […] Et croyez-le ou non, il pensent tous sincèrement être des progressistes amoureux de la liberté.”

L’ironie est cruelle. On pourrait rire de telles affirmations si leur absurdité n’avait pas un goût amer. Dans le stade en amphithéâtre qui a pris le nom de devrim (révolution) en souvenir des événements de 1980, près de 3000 étudiants de l’ODTÜ s’étaient réunis le 27 décembre pour faire mentir ces accusations et tenter de montrer leur opposition à un gouvernement qui prétend au monopole de la Turquie de demain. Assis sur les gradins, ils s’étreignaient et applaudissaient les artistes engagés venus donner un concert.

La tâche est difficile pourtant. Comment faire entendre à ce gouvernement qu’ils ne veulent pas être les victimes collatérales d’une politique décidée sans égard pour ceux qui ne sont pas d’accord ? Comment dire qu’ils ne veulent pas travailler comme des forcenés à l’avènement d’une Turquie résolument capitaliste, nouvelle puissance économique mondiale. Ils critiquent également la position du gouvernement à l’égard du conflit syrien et ne veulent pas se voir engagés malgré eux dans un conflit régional dont ils soupçonnent que les enjeux sont moins humanitaires que militaires et financiers. Ils disent aspirer à une “liberté véritable” et sont inquiets du chemin que prend leur pays, oubliant les promesses de réformes et se montrant de moins en moins regardant sur le respect des droits de l’homme.

Parmi les étudiants qui manifestent, beaucoup disent vouloir s’évader. Ils parlent notamment de trouver à l’étranger ce qui leur semble désormais impossible de créer ici. “Je ne sais pas où l’on va”, “Il est temps de partir” sont les phrases qui reviennent le plus souvent dans leurs bouches. Conscients d’être une minorité au mieux négligée, au pire traquée, ces jeunes de gauche voudraient encore se battre mais perdent espoir.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.