Question kurde : le processus de paix peut-il réussir ?

processus-réussiteUne troisième délégation parlementaire du BDP, composée de Pervin Buldan (photo à gauche), Sırrı Süreya Önder (photo à droite) et Selahattin Demirtaş (le co-président du BDP, photo au centre) s’est rendue le 18 mars sur l’île d’İmralı pour y rencontrer Abdullah Öcalan. À l’issue de ce nouveau déplacement, le co-président du BDP a annoncé que le leader du PKK avait l’intention de lancer un «appel historique» à la paix, lors de la célébration prochaine de la fête de Newroz/Nevruz. Selon Selahattin Demirtaş, Abdullah Öcalan a estimé que le processus actuel de résolution prenait «un tour positif», c’est pourquoi il entend, à l’occasion de Newroz, clarifier «les principales étapes politiques et militaires» des développements à venir. Il souhaite notamment «résoudre la question du désarmement rapidement, en évitant toutes pertes humaines». Faisant écho à une déclaration faite le 17 mars dernier par le ministre turc de la justice, Sadullah Ergin, qui évoquait une possible implication du parlement dans ce que l’on appelle désormais en Turquie «le processus de paix», Abdullah Öcalan s’est réjoui aussi de cette possible consultation d’une institution «qui représente la volonté du peuple et les partis politiques», tout en réaffirmant la nécessité d’aller vite.

La fête de Newroz, le 21 mars prochain, devrait donc voir le leader du PKK déclarer comme prévu un cessez-le-feu, à l’occasion de ce «discours historique». Cette initiative devrait être suivie par un retrait des combattants du PKK du territoire turc d’ici au 16 juin, tout au moins si l’on en croît la feuille de route qui avait été révélée après la seconde visite parlementaire sur l’île d’İmralı (cf. nos éditions des 2 mars 2013 et 5 mars 2013). Le commandement de l’organisation rebelle, installé dans les montagnes de Qandil en Irak du nord, aurait accepté pour l’essentiel les termes de cette première étape. Le gouvernement turc, pour sa part, serait satisfait de la tournure prise par les événements…

Près de trois mois après ses débuts, le processus de règlement de la question kurde qui a commencé par des rencontres entre les services turcs de renseignement et Abdullah Öcalan, en décembre 2012 (cf. notre édition du 7 janvier 2013), semble fonctionner en dépit de plusieurs alertes qui auraient pu lui être fatales, notamment l’assassinat de 3 militantes kurdes à Paris en janvier 2013 (cf . notre édition du 15 janvier 2013), et la publication récente par le quotidien Milliyet de révélations laissant entendre que le gouvernement turc négocierait un accord avec les Kurdes pour obtenir leur soutien dans l’instauration d’un régime présidentiel en Turquie (cf. notre édition du 2 mars 2013). Ces mauvais coups n’ont en effet pas ébranlé la détermination des principaux protagonistes turcs et kurdes, et le processus de paix devrait d’entrer dans une phase de réalisation pratique le 21 mars, avec le discours d’Abdullah Öcalan et les célébrations  à Diyarbakır, de la fête de Newroz auxquelles ont été conviés par le BDP, Abdullah Gül et Recep Tayyip Erdoğan. Selahattin Demirtaş, a déclaré, le 16 mars dernier, qu’il n’était pas d’accord avec ceux qui continuaient à prétendre que la société turque n’était pas mûre pour un accord, en qualifiant même l’attitude du gouvernement de «courageuse». Dès lors, même si les obstacles à franchir sont encore importants, la grande question qui se pose désormais est de savoir si le processus de paix peut aboutir, et mettre un terme à une guerre civile larvée de 30 ans, qui s’est traduite par plus de 40 000 victimes et près de 2 millions de personnes déplacées.

La première étape du processus de paix qui débutera avec la célébration de Newroz et s’achèvera à la mi-juin par le départ des combattants du PKK, est destinée à attester de la volonté de l’organisation rebelle d’abandonner la lutte armée. Cet abandon a toujours été présenté par le gouvernement turc comme un préalable à toute négociation plus approfondie. En 2009, le retour des groupes de la paix (de militants sans armes) avait été une tentative en ce sens mais elle avait tourné court, le retour d’un premier groupe au poste frontière turco-irakien Habur s’étant transformée en une manifestation pro-kurde qui avait refroidi l’opinion publique turque et le gouvernement de l’AKP (cf. notre édition du 8 novembre 2009). Cette fois, Kurdes et Turcs savent qu’il faut éviter que ce genre d’événements ne se reproduise. Si la célébration conjointe en présence des plus hautes autorités turques et de personnalités étrangères de la fête de Newroz à Diyarbakır est une réussite et si l’évacuation des militants du PKK se déroule comme prévue, une nouvelle phase pourra commencer.

Mais cette seconde étape du processus est l’objet de nombreuses interrogations. La première concerne les organisations et les personnalités qui seront amenées à représenter les Kurdes. La seconde touche au contenu même de la négociation. On sait que 3 questions majeures sont soulevées par les Kurdes : celle de la définition d’une nouvelle citoyenneté réformant la définition ethnique de la Constitution turque actuelle, celle de la forme et du degré d’autonomie qui pourrait être consentie aux provinces kurdes, celle enfin de la possibilité pour les enfants de recevoir une éducation dans leur langue maternelle. L’un des problèmes en l’occurrence est que l’agenda de la résolution de la question kurde croise celui de l’élaboration d’une nouvelle constitution qui est toujours en cours actuellement. Enfin, la dernière interrogation concerne le sort d’Abdullah Öcalan, lui-même. Le gouvernement turc a plusieurs fois déclaré qu’il ne libèrerai pas le leader kurde et que revendiquer son élargissement ne pouvait que contribuer à faire échouer le processus. Cette position peut se concevoir tactiquement au départ pour ménager les susceptibilités nationalistes. Mais peut-on imaginer sérieusement l’établissement d’une solution durable, sans qu’un changement de statut du prisonnier d’İmralı intervienne ?

Bien que rien ne soit joué, la première phase du processus de paix a désormais des chances d’aboutir. Depuis décembre dernier, Recep Tayyip Erdoğan a plusieurs fois affirmé sa détermination de permettre aux militants du PKK qui le désirent de quitter le territoire turc en toute sécurité. Mais dès lors que ce retrait sera opéré, l’enjeu de la négociation finale ne sera pas mince et pourrait se solder, soit par une réussite, si l’on arrive à répondre aux principales interrogations précédemment énoncées de façon satisfaisante, soit par un enlisement du processus, s’il s’avère que «le processus de paix» en cours a été construit sur un certain nombre de malentendus quant aux éléments négociables et quant au sort d’Abdullah Öcalan.

Jean Marcou

Vient de paraître : Jean Marcou, Négocier avec le PKK, une issue inévitable ?, Diplomatie, mars-avril 2013, N°61, p. 30 à 35


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 24 mars 2013

    […] pierre de ce qu’on appelle désormais en Turquie «le processus de paix» (cf. notre édition du 19 mars 2013). L’abandon de la lutte armée ne sera toutefois véritablement acquis que lorsque les militants […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.