La société civile laïque rend hommage à Türkan Saylan


Les obsèques de Türkan Saylan, le 19 mai 2009, à la mosquée de Teşvikiye (Istanbul), ont été l’occasion d’une forte mobilisation des défenseurs de la laïcité en Turquie, qui venaient de manifester massivement pendant le week-end précédent, à Ankara, pour protester contre la dernière vague d’arrestations, intervenue dans le cadre de l’affaire «Ergenekon». Cette cérémonie a pris une dimension d’autant plus emblématique qu’elle s’est tenue le jour même de la fête de la jeunesse, une célébration officielle instaurée à l’époque d’Atatürk.

Agée de 73 ans, Türkan Saylan, est décédée, le 18 mai 2009, des suites d’un cancer. Dermatologue de formation et universitaire internationalement reconnue (professeur à l’Université d’Istanbul jusqu’en 2002), elle avait créé dans les années 70 une association de lutte contre la lèpre et reçu, en Inde, en 1986, la première édition du prix Gandhi, une distinction internationale qui récompense depuis, tous les deux ans, les personnes ou les organisations ayant apporté une contribution majeure à la lutte contre cette maladie. Pourtant, c’est surtout son combat pour l’éducation qui allait la faire connaître du grand public, en Turquie. Car, jusqu’à la fin de sa vie, Türkan Saylan devait consacrer l’essentiel de son énergie à la gestion de sa fameuse «Association de soutien à une vie contemporaine (Çağdaş Yaşamı Destekleme Derneği – ÇYDD)», une ONG qu’elle avait créée en 1989 pour construire des écoles et fournir des bourses à des élèves issus de milieux défavorisés. Mais, en donnant la priorité à l’éducation des jeunes filles de milieu modeste dans cette entreprise, la dermatologue allait s’attirer les foudres d’un certain nombre d’ONG gravitant dans la mouvance islamiste, qui s’inquiétaient de voir se développer une concurrence laïque active sur un de leurs terrains de prédilection. L’engagement de Türkan Saylan allait prendre une tout autre dimension, il y a quelques semaines, lorsqu’elle fut inquiétée dans le cadre de l’affaire «Ergenekon». Auditionnée alors qu’elle était dans la phase terminale de sa maladie, tandis qu’une partie de ses collaborateurs étaient arrêtés et que son appartement était perquisitionné sans ménagement, Türkan Saylan devint alors, dans le contexte actuel de polarisation politique qui oppose le camp laïque au gouvernement, une victime et un symbole de la défense de la laïcité. Sa mise en cause dans l’affaire «Ergenekon», sur la base de présomptions fragiles et contestables, contribua aussi à accroître les doutes concernant la conduite de cette enquête et les craintes de voir celle-ci se transformer en campagne d’intimidation contre les milieux laïques.

Plus que comme une activiste de l’Etat profond, Türkan Saylan apparaissait, en effet, avant tout comme une militante laïque féministe convaincue et désintéressée. Particulièrement méfiante à l’égard du développement de l’islam politique et de ses conséquences, elle ne semblait pas prête à soutenir pour autant n’importe quelle aventure pour combattre ce phénomène, se rangeant ainsi plutôt aux côtés de ceux dont le mot d’ordre est «Ni charia, ni coup d’Etat !». Le sort réservé à Türkan Saylan avait d’ailleurs accru la division entre les libéraux au regard de l’affaire «Ergenekon», opposant ceux qui voient dans cette procédure la salutaire mise en cause d’une tentative de coup d’Etat à ceux qui redoutent qu’elle ne soit le prélude à une véritable chasse aux sorcières.

Quoi qu’il en soit, le traitement dont la fondatrice de ÇYDD avait été victime, au cours des dernières semaines, avait ému un grand nombre de personnes et d’organisations dont le rayonnement dépassait largement le cercle étroit des milieux laïques les plus conservateurs et les plus nationalistes. Le professeur Ibrahim Kaboğlu, lui-même victime, ces dernières années, d’un procès instruit entre autres sur la base de l’art. 301 du code pénal, a rendu un hommage appuyé à Türkan Saylan, en déclarant que l’Etat lui devait des excuses.
JM


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 4 août 2016

    […] on peut le dire pour la décision de placer Türkan Saylan en garde à vue (voir notre édition du 23 mai 2009), pour Ahmet Şık et Nedin […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.