Question kurde : l’adieu aux armes d’Abdullah Öcalan

Newroz1Comme prévu, Abdullah Öcalan, a lancé un appel historique à la paix, à l’occasion de la fête kurde de Newroz. Dans un message lu en kurde et en turc, successivement par les députés du BDP, Pervin Buldan (à droite) et Sırrı Süreyya Önder (à gauche), le leader kurde a appelé à un cessez-le-feu et demandé aux combattants de l’organisation rebelle de seNewroz2 retirer du territoire turc. Le chef du PKK a d’abord rendu hommage au peuple kurde, «un peuple du Moyen-Orient et de l’Asie centrale» célébrant comme chaque année la fête de Newroz, qualifiée de «jour d’éveil et de résurrection». Il s’est défendu ensuite d’avoir voulu combattre par le passé «une quelconque race, secte ou groupe», mais a expliqué qu’il avait toujours lutté «contre l’ignorance, l’injustice, le mépris et l’oppression.» Le propos a pris une tout autre dimension, quand Abdullah Öcalan s’est adressé aux Turcs au nom de «l’unité», rappelant que Kurdes et Turcs avaient vécu pendant 1000 ans sous le drapeau de l’islam ainsi que sous le signe de la fraternité et de la solidarité. Quelques jours après le 98e anniversaire de la bataille des Dardanelles, le chef kurde n’a pas hésité à souligner que les deux peuples avaient combattu côte-à-côte à cette occasion, et qu’ils avaient par la suite fondé la Newroz3Grande Assemblée Nationale, au début de la Guerre d’indépendance en 1920. Il a conclu en appelant «après 90 ans d’erreurs» à la création d’une démocratie modèle répondant aux attentes «des peuples, des classes et des cultures opprimés.»

Des centaines de milliers de personnes s’étaient rassemblées à Diyarbakır, aux premières heures de la matinée, afin de célébrer le nouvel an kurde mais aussi d’entendre le message du leader du PKK emprisonné sur l’île d’İmralı. A côté des banderoles traditionnelles vert-jaune-rouge, la foule brandissait également des oriflammes du PKK et des drapeaux de la République de Mahabad (seul Etat kurde ayant existé de façon éphémère, en Iran, en 1946) ainsi que des portraits d’Abdullah Öcalan, des 3 militantes assassinées récemment à Paris ou de prisonniers kurdes morts sous la torture dans la tristement célèbre prison N°5 après le coup d’Etat de 1980. Comme les années précédentes et par mesure de sécurité, la fête de Newroz n’a été célébrée en Turquie, le 21 mars, qu’à Diyabakır, les autres villes l’ayant fêtée la semaine passée.

La réaction positive mais prudente de Recep Tayyip Erdoğan

Des Pays-Bas, où il est de passage après une visite officielle au Danemark, Recep Tayyip Erdoğan a prudemment salué le message d’Abdullah Öcalan en estimant qu’il s’agissait «d’un développement positif» qui devait maintenant se traduire par des actes. Il a néanmoins regretté que les célébrations de Diyabakır aient oublié de mettre aussi àNewroz4 l’honneur le drapeau turc, jugeant qu’il y avait là «une lacune provocante», en contradiction avec le discours d’Öcalan. S’exprimant sur la chaine CNN Türk, le 21 mars, le principal conseiller du premier ministre turc, Yalçın Akdoğan, a pour sa part déclaré que la tonalité des propos tenus par le leader kurde cadrait bien avec l’esprit du processus de paix. Il a souligné notamment que son appel était important d’abord parce qu’il entendait mettre un terme à la lutte armée, et ensuite, parce que, pour la première fois, été évoquée une fraternité entre Kurdes et Turcs. Il a également jugé que le processus actuel était mieux engagé et plus prometteur que le précédent processus d’Oslo de 2010-2011, qui avait vu les Kurdes essayer de combiner, selon lui, la stratégie du dialogue avec celle de la lutte armée ; ce qui avait conduit à un échec. Il a estimé par ailleurs que, plus la lutte armée continuait, et plus Öcalan risquait d’être marginalisé par rapport au commandement effectif du PKK à Qandil, expliquant enfin qu’un tel processus était aussi le résultat d’un recul des militaires et des forces nationalistes traditionnellement hostiles à tout règlement de la question kurde.

Un premier pas qui en appelle d’autres

Après 3 mois de contacts entre le gouvernement turc et le chef du PKK, l’appel historique d’Abdullah Öcalan (qui avait été annoncé lundi 18 mars à l’issue de la troisième visite des députés du BDP au leader kurde sur l’île d’İmralı), apparaît donc comme la première pierre de ce qu’on appelle désormais en Turquie «le processus de paix» (cf. notre Newroz5édition du 19 mars 2013). L’abandon de la lutte armée ne sera toutefois véritablement acquis que lorsque les militants du PKK auront effectivement quitté le territoire turc ; une opération malgré tout délicate à mener à bien. S’ouvrira alors une nouvelle phase plus politique, celle d’un processus de règlement qui soulève des questions redoutables : celle de la citoyenneté, celle de la décentralisation et celle de l’éducation des enfants en langue kurde. Quoi qu’il en soit, le message d’Abdullah Öcalan situe résolument l’avenir des Kurdes au sein de la République de Turquie, mais soulignant le rôle de ceux-ci dans la fondation de cet Etat-nation, il laisse entendre qu’ils ont désormais vocation à y jouer un rôle et a y être reconnus en tant que tel. On ne sait pourtant pas encore quel statut le gouvernement turc est prêt à accorder aux Kurdes et surtout à Abdullah Öcalan lui-même ? Car on conçoit mal qu’un règlement puisse intervenir durablement sans que la question de l’avenir du prisonnier d’İmralı soit abordée.

En outre, l’idée d’un règlement politique soulève le problème de la conduite des négociations et des instances qui seront mobilisées en l’occurrence. Le ministre turc de la justice a évoqué le 17 mars une consultation du parlement, ce que le premier ministre a démenti avec vigueur, estimant qu’elle serait précipitée et que légalement c’était bien au gouvernement d’agir. Tout au plus Recep Tayyip Erdoğan a-t-il évoqué la constitution d’un groupe des sages, composé de personnalités ou de représentants d’ONG, de syndicats de travailleurs ou d’associations d’entrepreneurs.

Un accueil international encore dubitatif

Les Etats-Unis ont rapidement salué la déclaration d’Abdullah Öcalan comme «une étape positive». La porte-parole du département d’Etat, Victoria Nuland (photo) a notamment annoncé que Washington applaudissait «les efforts courageuxNewroz6 du gouvernement turc et de tous les partenaires concernés pour trouver une solution pacifique qui fera avancer la démocratie en Turquie et améliorera la vie de tous ses citoyens.» Par les voix de sa haute représentante, Catherine Ashton, et de son commissaire à l’élargissement, Stefan Füle, l’Union européenne s’est également réjouie de l’événement et s’est proposée d’apporter un soutien financier au processus de paix. Toutefois, on observe que l’appel de Newroz n’a pas fait la une des médias internationaux qui manifestement, soit n’ont pas perçu la portée de l’événement, soit attendent de voir, pour s’en emparer, s’il se concrétise par des actes.

Il faut dire que le gouvernement de l’AKP n’en est pas à son coup d’essai dans la résolution du problème kurde. Ayant fait entendre sa différence par rapport aux conceptions nationalistes traditionnelles du pouvoir d’Etat et de l’armée dans ses premières années d’exercice du pouvoir, il a lancé en 2009, une «ouverture démocratique» qui s’est rapidement enlisée avant de procéder l’année suivante à des négociations secrètes avec le PKK à Oslo qui ont échoué et ont été suivies dans le courant de l’année 2011 par une reprise accentuée des attentats et embuscades dans le sud-est. Les dirigeants de l’AKP ont habitué le petit monde qui les scrute à la loupe à des effets d’annonce sans lendemain et à l’érection de montagnes qui accouchent souvent d’une souris.

Il reste que dans le contexte actuel, notamment celui du délitement des Etats irakien et syrien, la Turquie a plus que jamais intérêt à stabiliser son flanc sud-est et les Kurdes qui s’y trouvent. Pour ce faire le gouvernement de Recep Tayyip Erdoğan, qui s’est émancipé du contrôle de l’armée, a désormais les coudées plus franches. En outre, il ne peut plus prétexter que la présence tutélaire des militaires et de leur nationalisme ombrageux bloque toute solution. L’affaire d’Uludere (cf. notre édition du 30 décembre 2012), qui a vu pour la première fois l’AKP plus que l’armée se retrouver en position d’accusée dans un fiasco pourtant militaire concernant le dossier kurde, a bien montré que désormais le gouvernement assumait, en l’occurrence, la responsabilité principale. Pour sa part, le PKK, bien qu’il ait montré ces derniers mois qu’il conservait une capacité d’action d’action militaire non négligeable, apparaît avec ses formules dogmatiques et sa lutte armée d’un autre âge, comme une institution en perte de vitesse dans un pays qui évolue rapidement sous l’effet du développement économique et des changements politiques.

JM


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 23 juin 2015

    […] [20] Jean Marcou, “Question kurde : l’adieu aux armes d’Abdullah Öcalan”, Observatoire de la vie politique Turque (OVIPOT), 22 Mars 2013. Consulté le 12/6/2015, disponible sur: http://ovipot.hypotheses.org/8597 […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.