Régler la question kurde…


La question kurde est de nouveau au premier plan de l’actualité turque. Bien qu’en avril dernier le PKK ait unilatéralement déclaré une trêve (qui a été prorogée à deux reprises et qui court désormais jusqu’au 1er septembre 2009) pour donner sa chance à une solution politique, des attentats ou accrochages périodiques plus ou moins meurtriers ont encore alourdi, ces dernières semaines, le nombre des victimes de ce conflit larvé qui, depuis 1984, a fait plus de 45 000 victimes et provoqué l’exode de centaines de milliers de personnes.

Abdullah Öcalan, le leader emprisonné du PKK, a néanmoins annoncé, à la mi-juillet, qu’il dévoilerait, le 15 août prochain (anniversaire du déclenchement de la rébellion armée du PKK en 1984), une feuille de route pour parvenir à une solution politique du problème kurde en Turquie. Le 21 juillet 2009, le ministre turc des affaires étrangères, Ahmet Davutoğlu a réagi avec scepticisme à cette annonce en estimant que la Turquie devait rechercher des solutions au problème kurde et en rappelant que ce dernier serait débattu dans les instances officielles turques (gouvernement, conseil de sécurité nationale…) à Ankara et non à Imralı (l’île où se trouve la prison d’Öcalan sur la mer de Marmara).

Pourtant, force est de constater que l’annonce de la «feuille de route» d’Öcalan a fait bouger le gouvernement. Le 24 juillet 2009, le premier ministre, Recep Tayyip Erdoğan, a annoncé de nouvelles mesures destinées à améliorer le sort des régions et des citoyens kurdes en Turquie. Cette déclaration est apparue aux spécialistes comme une tentative de couper l’herbe sous les pieds du leader kurde pour l’empêcher de « reprendre la main ». En effet, si Abdullah Öcalan fait des propositions pertinentes en août prochain, il peut espérer sortir de son statut d’ennemi public numéro pour se positionner en interlocuteur incontournable dans le dossier kurde. Pour parer à cette éventualité que le gouvernement de l’AKP semble vouloir éviter à tout prix, au moment où certains commentateurs de la presse turque (notamment Etuğrul Özkök dans le quotidien Hürriyet) l’estiment pourtant inéluctable, un plan d’action gouvernemental significatif serait à l’heure actuelle en cours de préparation. Les médias ont évoqué des mesures qui pourraient n’être pas simplement économiques et sociales, mais concerner également des questions hautement sensibles comme le développement de l’enseignement de la langue kurde ou le rétablissement des noms kurdes des villes et des villages qui sont à l’heure actuelle turquisés par les documents officiels.

Le président de la République, Abdullah Gül (sur la photo à droite), qui n’avait pas hésité à évoquer en mai dernier « une chance historique » de règlement de ce conflit, est venu appuyer ce mouvement en allant encore plus loin. Le 27 juillet 2009, il a admis, à la télévision, que les Kurdes, en dépit de l’égalité de droit que leur reconnaît la Constitution, n’avaient pas dans les faits les mêmes droits que les autres citoyens turcs. Il a attribué cette carence aux imperfections de la démocratie turque actuelle en appelant à une «amélioration de ses règles démocratiques». Sans aller jusqu’à parler de convergence politique, il est néanmoins intéressant de constater que cette approche présidentielle n’est finalement pas très éloignée de celle du DTP, le parti kurde qui est actuellement le quatrième parti politique représenté au sein du parlement turc et qui entend démocratiser la société turque pour permettre la reconnaissance des droits des Kurdes.

Y a-t-il pour autant une chance historique de règlement du problème kurde, actuellement ? Au cours des derniers mois, un certain nombre d’avancées ont surpris : lancement d’une chaîne publique turque en kurde, prise de parole du leader du DTP Ahmet Türk (sur la photo à gauche) en kurde dans les locaux du parlement, occupation du même parlement par ses députés kurdes, appel du chef d’état major à abandonner une conception ethnique de la citoyenneté turque, mise à jour par la justice de la répression occulte anti-kurde des années 90… Tous ces événements contribuent indiscutablement à faire admettre officiellement l’existence d’un problème qui, pendant des années est resté tabou dans ce pays. Pour autant, les questions essentielles sont loin d’être réglées et le nouveau plan gouvernemental, aussi ambitieux soit-il, risque fort de n’y pas suffire.

Le contexte est toutefois porteur. D’un côté, les récentes élections municipales, qui ont vu la victoire du DTP dans ses bastions du sud-est, ont montré au gouvernement que la démarche pragmatique qui a fait son succès à l’Ouest ne fonctionne pas dans les régions kurdes. D’un autre côté, la stratégie terroriste du PKK marque le pas depuis plusieurs années alors même que des perspectives politiques nouvelles se sont ouvertes. L’organisation fondée par Abdullah Öcalan aura de plus en plus de mal à poursuivre dans cette voie, car des contacts officiels permanents sont désormais établis entre le gouvernement turc et les autorités kurdes d’Irak du nord, accroissant la menace qui pèse sur ses refuges en territoire irakien. L’armée pour sa part, qui souvent n’a pas hésité à instrumentaliser à son profit la question kurde pour essayer de provoquer un ressentiment populaire nationaliste à l’encontre du gouvernement, a publiquement admis que ce conflit ne pourrait être réglé par les armes.

Au-delà de ce contexte et des mouvements actuels, il faut bien voir que ce qui fait toute la difficulté du règlement de la question kurde, c’est qu’elle amène à débattre de la forme même de l’État et du concept de citoyenneté dans ce pays. Les enjeux des réformes pour parvenir à un règlement sont donc considérables et la solution si elle est trouvée sera sans doute historique. Mais un espoir existe sans nul doute.
JM


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.