Le premier mai vu de Trabzon

image trabzon 05Contrairement à Istanbul, le 1er mai 2013 dans la région de la mer Noire s’est déroulé dans le calme. Avec la participation d’environ 3000 personnes, les manifestations à Trabzon étaient les plus grandes de la région. Dans ce récit, le vécu des événements est complété par le regard porté par la presse locale au 1er mai.

Les estimations sur le nombre de participants divergent de manière significative. Si le titre Günebakış (Regard sur le jour) parle de seulement mille personnes, la majorité des journaux estime la participation à 3 000 avec l’exception de Türk Sesi (La voix turque) qui va jusqu’à 5000 personnes. Le caractère tranquille du rassemblement est largement souligné, ainsi que les habits traditionnels de certains participants.

Le cortège a fait un chemin assez court, comme le lieu de rassemblement initial était à peu près à 500 mètres de la place principale d’Atatürk alanı. Une fois tout le monde arrivé sur la place, quelques discours des cadres syndicaux ont été suivis par la musique et les danses régionales (les horon). Au bout de trois heures, tout était fini, et la police (d’ailleurs décontractée tout au long de l’événement) s’occupait du démantèlement des barrières.

Quant à la composition du cortège, les journaux du 2 mai la qualifient de manière assez vague : organisations non-gouvernementales, syndicats, partis politiques, associations et groupes étudiants. Pour un témoin oculaire, au moins une trentaine de groupes se sont rassemblés sur Atatürk alanı. Pour ce qui est des partis politiques, le CHP (Parti républicain de peuple), l’ÖDP (Parti de la liberté et de solidarité) et İşçi Partisi (Parti des travailleurs) se faisaient le plus remarquer.

image trabzon 03Un nombre important d’associations étudiantes ont fait entendre leurs préoccupations : parmi eux, l’Association de solidarité des étudiants de Trabzon (Trabzon öğrenci dayanışması), le Collectif étudiant de l’Université technique de la Mer noire (Kazadeniz teknik üniveritesi öğrenci kolektifi). La majorité des jeunes marchait également sous les drapeaux de l’Association de la pensée ataturkiste (Atatürkçü düşünce külübü) et de l’Association de soutien à la vie moderne (Çağdaş yaşama destekleme derneği).

image trabzon 05 antonis

Photo: Antonis Kalaitzidis

Les slogans des groupes étudiants étaient parmi les plus diversifiés. On y trouvait la critique du nouveau système d’éducation dit 4+4+4, le refus de la nomination politisée des recteurs à l’université mais également la demande de prolongation jusqu’à minuit de l’heure de retour dans les résidences universitaires (Yurda giriş saatımız 00.00 olsun). La protestation contre la marchandisation de l’éducation est apparue plusieurs fois, notamment à travers le slogan « Nous sommes des étudiants, pas des clients » (Müşteri değil, öğrenciyiz). Certaines pancartes appelaient à en terminer avec l’éducation sexiste (Cinsiyetçi eğitime hayır) et avec la violence sexuelle dans les campus (Kampüs’te tacize tecavüze son). On invoquait également le droit à l’objection de conscience (photo par Antonis Kalaitzidis).

Plusieurs étudiants à qui j’ai pu parler ont invoqué le soutien aux travailleurs comme leur motivation principale de participation au 1er mai. Cette dimension a été également la plus remarquée par la presse locale. Dans les sept titres régionaux, l’attention a surtout été portée au discours du porte-parole de la section de Trabzon du syndicat KESK, Muhammet İkinci. Celui-ci a critiqué le nombre toujours croissant des victimes d’accidents de travail et les lacunes dans la protection sociale des travailleurs. Il a accusé le gouvernement d’empêcher la mobilisation syndicale indépendante. Ensuite, il s’est attaqué à la présence dans le département de soldats allemands de l’OTAN et a appelé à une Turquie complètement indépendante (Tam bağımsız Türkiye).

Le groupe qui a attiré le plus d’attention était sans doute celui de la Plateforme environnementale de Tonya (Tonya Çevre Platformu) qui s’est constituée en opposition au projet de construction d’une fabrique de ciment. S’inscrivant dans une continuité des mouvements civiques de la région de la mer Noire (se mobilisant contre les centrales électriques dans le passé), la plateforme de Tonya était représentée par des familles entières ainsi que par de nombreuses femmes plus âgées dans les vêtements traditionnels. Le quotidien TAKA titrait  « Les vents de Tonya » (Tonya rüzgarı) alors que le Küzey ekspres parlait de « l’empreinte de Tonya sur la fête des travailleurs » (Işçi bayramına Tonya damgası). Lors de la marche, ceux qui venaient de Tonya ont recueilli le plus de soutien des spectateurs (si l’on en juge d’après les applaudissements occasionnels).

Les manifestations à Trabzon qui ont attiré environ 3 000 personnes ont été complétées par un petit rassemblement à Rize – le premier depuis 1978. Dans les alentours de la ville d’Artvin, les employés de la Direction régionale des forêts ont fait un pique-nique en présence de gouverneur de province (le vali). Le contraste avec la répression qu’a vécu Istanbul pourrait difficilement être plus marquant.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.