Les prochaines échéances de la «diplomatie du football» entre la Turquie et l’Arménie


Le 28 juillet dernier, le président arménien, Serge Sarkissian (à droite sur la photo), a fait savoir qu’il ne viendrait pas en Turquie, tant que la frontière arméno-turque ne serait pas ouverte. En réponse à l’invitation qui, en septembre 2008, lui avait permis d’assister, à Erevan, au match de football Arménie-Turquie comptant pour les éliminatoires de la prochaine Coupe du monde, le Président turc, Abdullah Gül (à gauche sur la photo), a en effet invité son homologue arménien au match retour Turquie-Arménie, qui doit avoir lieu, le 14 octobre 2009, en Turquie. Cette initiative avait été suivie, en décembre 2008, par celle non moins spectaculaire des intellectuels turcs demandant pardon aux Arméniens (notre édition du 22 janvier 2009) et, au début de l’année 2009, par une intense activité de la diplomatie turque visant à obtenir un accord entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan, pour le règlement du conflit fossilisé du Haut-Karabakh, qui, depuis le début des années 90, a empêché l’établissement de relations diplomatiques entre Ankara et Erevan. Le 23 avril 2009, la Turquie et l’Arménie avaient même annoncé qu’elles s’étaient mises d’accord sur «une feuille de route» pour normaliser leurs relations diplomatiques. Mais les rencontres, qui ont eu lieu par la suite, entre les présidents arménien et azerbaïdjanais, n’ont pas permis de trouver un accord sur le Haut-Karabakh et le processus de rapprochement turco-arménien a connu un net ralentissement. Trois raisons semblent expliquer que la «diplomatie du football» entre la Turquie et l’Arménie paraisse aujourd’hui marquer le pas.

En premier lieu, l’accélération du processus de rapprochement turco-arménien qui a culminé en avril dernier, est à mettre en relation avec le contexte politique qui avait alors cours, et, en particulier, avec le changement d’administration américaine, intervenue après l’élection de Barack Obama. En effet, Ankara redoutait que, conformément à des promesses faites au cours de la campagne électorale, le nouveau président américain adopte une attitude conduisant à la reconnaissance par le Congrès du génocide arménien. Or, le 24 avril 2009, dans son premier discours sur l’État de l’Union, Barack Obama a certes évoqué «le souvenir du million et demi d’Arméniens qui a été massacré ou conduit vers la mort dans les derniers jours de l’Empire ottoman», mais sans prononcer le mot «génocide». Auparavant, le nouveau président des Etats-Unis avait effectué sa première visite officielle de chef d’Etat en Turquie, en réitérant de façon appuyée le soutien de Washington à la candidature européenne d’Ankara. Ces développements, sans faire disparaître l’épée de Damoclès que constitue pour la Turquie le risque d’une reconnaissance américaine du génocide, ont néanmoins réduit pour un temps les inquiétudes qui étaient antérieurement celles de la diplomatie turque.

En second lieu, le processus de rapprochement turco-arménien a indiscutablement pâti des dissensions existant, du côté turc, entre le président de la République et le premier ministre. Le voyage à Erevan a été très profitable à l’image d’Abdullah Gül et à son rayonnement international. Au mois de novembre 2008, le rapport de la Commission européenne, évaluant annuellement les progrès de la candidature de la Turquie, a décerné un satisfecit remarqué au président turc pour son esprit de consensus, tandis qu’il critiquait le gouvernement pour son agressivité (cf. notre édition du 13 novembre 2008). Dès le début du mois d’avril 2009, alors qu’un accord entre la Turquie et l’Arménie semblait imminent, c’est Recep Tayyip Erdoğan lui-même qui a émis le premier bémol sur le rapprochement en cours, en disant qu’il ne pourrait pas aboutir, tant qu’un règlement sur la question du Haut-Karabakh ne serait pas intervenu. Antérieurement, les deux hommes avaient déjà eu l’occasion d’étaler leurs divergences en public, à l’occasion de la pétition des intellectuels demandant pardon aux Arméniens. En effet, tandis que le premier ministre n’avait pas hésité à la condamner, en estimant qu’elle risquait de «provoquer des troubles et de perturber la paix», le président, pour sa part, avait adopté un ton nuancé en considérant que le fait que la question arménienne «soit débattue librement dans les cercles académiques et publics était une preuve de la présence d’une discussion démocratique en Turquie.» (cf. notre édition du 22 janvier 2009).

En dernier lieu, le rapprochement turco-arménien a sans doute été gêné par les fortes réticences manifestées par Bakou. Le 7 avril 2009, alors même que le président Obama effectuait sa visite officielle en Turquie, le président Gül avait dû téléphoner au président azerbaïdjanais, Ilham Alyev, pour le rassurer sur le contenu des discussions qu’il venait d’avoir avec le président américain au sujet de conflit du Haut-Karabakh. Inquiet du tour que prenait alors le rapprochement turco-arménien dans le contexte de pressions américaines supposées, le président azerbaïdjanais avait en effet refusé de participer au Forum de l’Alliance des civilisations, qui se tenait au même moment à Istanbul. Depuis, les multiples négociations et accords concernant les nouveaux couloirs énergétiques ont encore conforté la position stratégique de l’Azerbaïdjan. Intervenue le 13 juillet 2009, la signature de l’accord sur la construction du gazoduc «Nabucco», qui doit offrir aux pays d’Europe une alternative à un approvisionnement gazier trop exclusivement russe, a montré que l’Azerbaïdjan était pour l’instant le seul pays producteur véritablement engagé dans cette entreprise. Mais, cet engagement à l’égard de l’Europe et de la Turquie n’a pas empêché Bakou de signer récemment, avec la Russie, un accord de fourniture de gaz… Dans ce grand jeu énergétique qui est pour elle de la plus haute importance, la Turquie sera sans doute encline à ménager son allié azerbaïdjanais.

La dernière déclaration de Serge Sarkissian place la balle dans le camp des Turcs, puisque le président arménien leur a demandé «des gestes concrets» pour que «la diplomatie du football» puisse perdurer. Pourtant, le match du 14 octobre prochain ne sera pas important pour la Turquie que du point de vue diplomatique. Sur le plan purement footballistique, en effet, si les Arméniens ont perdu presque toute chance de qualification, les Turcs qui conserve la leur devront jouer serré pour s’extraire d’un groupe 5 de la phase préparatoire à la Coupe du monde 2010, qui s’avère presqu’aussi complexe et imprévisible que la situation géopolitique actuelle du Caucase.
JM


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *