L’Irak s’agace, le CHP s’inquiète… mais le processus de règlement de la question kurde se poursuit en Turquie.

IrakLes relations internationales et le cours des événements politiques nous réservent parfois, cher lecteur, des surprises et des retournements qui ne sont pas minces ! Pendant des années, la Turquie n’a pas eu de mots assez durs pour reprocher à l’Irak d’abriter les bases arrière du PKK. En dépit des bonnes relations qu’il entretient avec la Région kurde d’Irak du nord depuis 2007, le gouvernement turc a souvent demandé à Massoud Barzani et à ses peshmergas de bouter les rebelles kurdes de Turquie, hors des montagnes de Qandil. Ces derniers jours, pourtant, il était étonnant de constater que les dirigeants turcs ne trouvaient pas de mots assez suaves pour convaincre leurs homologues irakiens, qu’ils soient ou non kurdes, de bien vouloir accueillir sur leur sol… les troupes du PKK. La première étape du processus de paix entre la Turquie et Abdullah Öcalan prévoit en effet, le retrait des militants de l’organisation rebelle du territoire turc, et ce retrait a commencé, comme prévu, le 8 mai dernier.

Quand une armée se retire, que fait-elle ? Généralement elle rejoint ses quartiers, et ceux des militants du PKK sont en fait en Irak. Comment pourrait-il en être autrement d’ailleurs ? On voit mal l’Iran, qui livre une lutte sans merci au PJAK, la branche iranienne du PKK, accueillir ce dernier, sauf pour essayer de l’instrumentaliser contre Ankara, ce qui n’est plus à l’ordre du jour actuellement. Quant à la Syrie, on sait que, sous la pression de la Turquie, elle a cessé, il y a un peu plus de 10 ans, de donner asile non seulement à Abdullah Öcalan, mais aussi à son organisation. Dès lors, l’Irak du nord est plus que jamais le seul port d’attache possible, mais désormais pour permettre le retour du guerrier et non son repli tactique avant de nouvelles campagnes.

En dépit de cette évolution positive, on ne peut pas dire que la perspective du stationnement permanent de militants armés sur leur sol ravisse les Irakiens. Le gouvernement fédéral de Bagdad, notamment son ministère des affaires étrangères sur son site internet, a fait savoir, le 9 mai, son refus que des troupes armées «étrangères» s’établissent sur son territoire. L’Irak, qui amorçait ces derniers temps, un rapprochement avec la Turquie, après presque deux ans d’une brouille en partie due à la présence du PKK sur son sol, voit dans cet épisode une nouvelle atteinte indirecte de son voisin turc à sa souveraineté. Quant au gouvernement de Massoud Barzani, tout en affirmant son souhait d’aider à la résolution de la question kurde en Turquie, on peut penser qu’il s’inquiète, lui aussi, de l’établissement durable sur ses terres d’une guérilla aguerrie, qui à défaut de pouvoir franchir la frontière turque, risque de s’intéresser de plus près à ce qui se passe dans le nord de l’Irak.

Force est pourtant de constater que cette nouvelle étape du «processus de règlement», est en train de fonctionner. Pendant plusieurs semaines une polémique a opposé le gouvernement turc et les responsables PKK, pour savoir si les militants kurdes devaient se retirer désarmés ou non. Finalement ils se retirent, et le désarmement qui aurait probablement soulevé de redoutables problèmes, s’il avait fallu l’organiser, est en train de passer à la trappe avec les profits et pertes. Selahattin Demirtaş, le co-leader du BDP, a surtout expliqué que le retrait se déroulait principalement la nuit pour éviter toute provocation. Quant au vice-premier ministre turc Bülent Arınç, il ne s’est pas attardé sur la question du désarmement, en expliquant que pour son gouvernement le plus important était le résultat et que le début du retrait du PKK était un acquis d’importance.

Ainsi se confirme que le «flou artistique» qui entoure le processus de résolution de la question kurde, depuis le début, n’est pas une négligence, mais en réalité une véritable méthode. Moins l’on en dit et mieux l’on se porte ! Si le processus de paix avait été minuté et exposé dans ses moindres détails, combien de sabotages n’aurait-il pas suscité. C’est probablement ce que pensent le gouvernement et les responsables du PKK depuis un certain temps déjà. Mieux vaut ainsi avancer derrière un écran de fumée, et presser le pas pour prendre la crête dès que la situation le permet.

Cette méthode ne cesse de dérouter le CHP. Méfiant face aux premiers développements du processus d’İmralı (cf. notre édition du 7 janvier 2013), les kémalistes ont ouvertement manifesté leur désaccord depuis Newroz et le cessez-le-feu (cf. notre édition du 22 mars 2013) en pensant que l’affaire allait tourner court. Oui, mais voilà… l’aventure continue et chaque étape franchie montre que finalement il n’est pas si difficile d’atteindre les objectifs que l’on s’est fixé, dès lors que l’on veut vraiment faire la paix. Tout en modérant le ton, Kemal Kılıçdaroğlu a donc continué, ces derniers jours, à critiquer le processus engagé par le gouvernement. Toujours très sévère à l’égard de cette entreprise, il a dénoncé son opacité pour dire qu’il ne pouvait soutenir un règlement dont il ne connaissait pas la teneur et qui reposait peut-être sur des arrangements occultes. «Qandil dit avoir tenu ses promesses et attend que le gouvernement fasse de même, mais quelles promesses ont donc été faites. Personne ne le sait… », a déclaré le leader du CHP. Reprochant au gouvernement d’avoir lancé une entreprise qu’il ne maîtrisait pas complètement, Kemal Kılıçdaroğlu a même comparé celui-ci à une «mère porteuse». Toutefois, l’important n’est-il pas qu’un résultat sorte de ce processus quelle que soit la manière mise en œuvre pour le concevoir, l’essentiel étant en fin de compte que cette conception ait été réellement désirée par les principaux protagonistes.

JM


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.