Séjour américain en demi-teinte pour Recep Tayyip Erdoğan

séjour RTEEn dépit du faste de l’accueil qu’ils réservent à Recep Tayyip Erdoğan, les Etats-Unis ne sont pas près de s’engager en Syrie de façon inconsidérée. Tel est bien ce qui ressort des différentes rencontres et prises de position qui ont marqué le voyage officiel qu’effectue le premier ministre turc, depuis le 16 mai, outre-Atlantique.

Après l’attentat de Reyhanlı (cf. notre édition du 15 mai 2013), le leader de l’AKP était venu chercher l’appui sans faille de son allié américain et sa promesse d’agir pour débloquer une crise syrienne qui tend de plus en plus à déborder sur le territoire turc. Les deux bombes qui, le 11 mai, ont dévasté le cœur de la petite ville turque frontalière du Hatay, faisant plus d’une cinquantaine de morts et des centaines de blessés, sont en effet lourdes de conséquences pour le gouvernement de Recep Tayyip Erdoğan. Elles indiquent tout d’abord que le risque d’une extension du conflit syrien à la Turquie n’est pas une vue de l’esprit et qu’il peut avoir des conséquences politiques et économiques redoutables. Car, d’une part, il menace d’accroître les tensions sectaires et les conflits politiques qui se manifestent déjà depuis un certain temps dans le pays, au moment même où 2014 promet d’être une année électorale de toute première importance (organisation d’élections locales et présidentielles et peut-être tenue d’un référendum constitutionnel). D’autre part, il est susceptible d’affecter le miracle économique turc, si les investisseurs en viennent à penser que  la guerre civile syrienne peut déstabiliser la Turquie. Barack Obama avait donc bien compris qu’il devait mettre du baume sur le cœur au chef du gouvernement turc, et il n’a pas ménagé ses efforts : atterrissage sur une base militaire, entretien de 3 heures dans le bureau ovale présidentiel et dîner de travail resserré à la Maison blanche. Certes, en politique étrangère, le verbe et le protocole sont loin d’être des détails de pure forme, mais en l’occurrence, ils ne suffisent pas à effacer les différences d’appréciation que l’on aura perçues de part et d’autre. Le président aime bien le soldat Tayyip, mais il ne fera pas n’importe quoi pour le sauver. Qu’on se le dise !

Dès le premier jour, les deux hommes ont réaffirmé conjointement qu’il ne pourrait pas y avoir de solution durable pour la Syrie, sans un départ de Bachar el-Assad. Mais par la suite, il est apparu qu’ils divergeaient sur les moyens à mettre en œuvre pour atteindre cet objectif. Les Américains veulent à tout prix faire entrer les Russes dans la boucle, et militent donc pour redonner vie aux accords de Genève qui avaient mis sur pied la feuille de route d’une transition politique en Syrie l’an dernier, avec le soutien de Moscou et de la communauté internationale. La Turquie a donné son aval à cette démarche, mais elle redoute que ces grandes manœuvres diplomatiques ne soient une fois de plus inefficaces et ne permettent à Bachar el-Assad, en outre, de gagner du temps.

On aura bien noté que le premier ministre turc s’est démené pour faire percevoir l’urgence de la situation à ses alliés, comme il s’y était engagé devant la presse, avant son départ de Turquie. Lors d’une conférence à la Brookings Institution, le 17 mai, Recep Tayyip Erdoğan a rappelé qu’il appartenait  aux Nations Unies de décider de la création d’une zone d’exclusion aérienne en Syrie, en rappelant qu’une telle décision serait d’autant plus souhaitable qu’elle permettrait à l’opposition syrienne, qui n’a pas d’aviation, de ne plus subir la supériorité aérienne du régime de Damas. Mais l’on observera aussi que Barack Obama, de son côté, n’a pas évoqué une telle hypothèse, tant il est certain que les Russes, qu’il veut actuellement ménager, ne l’accepteraient jamais Même constat, pour ce qui concerne l’usage d’armes chimiques. Si Recep Tayyip Erdoğan, poursuivant l’offensive engagée par la diplomatie turque depuis plusieurs semaines sur ce terrain, a réitéré que la Turquie détenait des preuves de l’usage de telles armes par le régime baasiste (exhibant à l’appui des documents fournis par le chef de ses services de renseignement, Hakan Fidan), le président américain s’est contenté de réaffirmer qu’il y avait là effectivement une ligne rouge à ne pas franchir, sans pointer directement du doigt Damas pour autant.

Très clairement, Barack Obama, qui a toujours affirmé son attachement au multilatéralisme, n’entend pas se passer de l’accord des membres du Conseil de Sécurité, et en particulier des Russes, pour parvenir à une solution en Syrie. Et comme par ailleurs, il n’est pas George Bush, il n’est pas près à faire des armes de destruction massive, et en l’occurrence de l’usage limité d’armes chimiques,  le prétexte d’une intervention militaire.

Le premier ministre turc a donc été accueilli comme peu d’alliés des Etats-Unis le sont. De ce fait, il ne pourra pas exprimer une déception quant au déroulement de ce séjour américain. Pour autant, il est loin d’avoir obtenu ce qu’il était venu chercher : l’engagement américain d’accélérer la recherche d’un règlement de la crise syrienne. Non seulement les Etats-Unis ne veulent pas lancer unilatéralement une nouvelle intervention militaire, mais le président américain et ses conseillers ont expliqué à leurs interlocuteurs turcs qu’un tel engagement ou que des pressions trop fortes de leur part sur la communauté internationale renforcerait leur image négative et agressive dans le monde arabo-musulman. De surcroît, on sait que les Américains s’inquiètent fortement de l’après-Assad, eu égard à la forte présence d’islamistes radicaux au sein des forces armées de l’opposition syrienne. Autant de raisons qui les incitent à être patient sur un dossier où les Turcs le sont de moins en moins…

JM


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 12 juillet 2013

    […] les locaux de SETA DC lors de sa tournée étasunienne en constitue une illustration récente (voir notre édition du […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *