Recep Tayyip Erdoğan a rencontré Ahmet Türk


Alors qu’il refusait auparavant à s’entretenir officiellement avec lui, le premier ministre turc, Recep Tayyip Erdoğan (à gauche sur la photo), a rencontré, le 5 août dernier, le leader du parti kurde DTP, Ahmet Türk (à droite sur la photo). À l’issue de cet entretien, le chef du gouvernement s’est montré optimiste. Tout en rejetant l’idée d’une reconnaissance constitutionnelle des Kurdes, il s’est dit convaincu qu’une solution pourrait être trouvée à moyen terme. De son côté, le leader kurde s’est réjoui qu’un vrai dialogue ait été enfin établi, en estimant également que de réels espoirs étaient permis.

Alors que le PKK a déclaré unilatéralement une trêve depuis le mois d’avril et que son leader emprisonné, Abdullah Öcalan, a annoncé qu’il rendrait public, le 15 août prochain, une série de propositions, les officiels turcs ont multiplié les initiatives pour empêcher l’organisation rebelle de prendre la main dans le lancement d’un processus de règlement politique de la question kurde que beaucoup de spécialistes jugent désormais inéluctable (cf. notre édition du 30 juillet 2009). Le gouvernement prépare ainsi, depuis plusieurs semaines, un plan, qui au-delà de mesures socio-économiques d’accompagnement, comporterait des initiatives politiques importantes (amnistie et reclassement social de militants du PKK, retour en Turquie des 10 000 réfugiés kurdes du camp Mahmur en Irak du nord…).

Pourtant, dans la rencontre entre Recep Tayyip Erdoğan et Ahmet Türk, il faut voir d’abord un événement symbolique majeur. En rencontrant le leader du DTP, qui depuis les élections législatives de 2007, est le 4e parti représenté au sein du parlement turc, le premier ministre a, en un sens, définitivement reconnu l’existence d’un problème kurde en Turquie et la nécessité de le résoudre. Cette réunion a d’ailleurs été précédée par les déclarations de responsables politiques turcs (président de la République, ministres…) faisant ouvertement référence à ce problème. Il faut donc espérer qu’au-delà des contingences tactiques dont il est aussi issu (prendre de vitesse Öcalan en particulier), le processus engagé a réellement permis d’inaugurer une nouvelle ère. Ahmet Türk l’a souhaité en se réjouissant que le premier ministre ne lui ait pas d’emblée proposé un plan pré-établi, mais qu’il ait surtout été soucieux d’engager un dialogue auquel chacun pourra contribuer. Cette rencontre est apparue également comme une reconnaissance officielle du DTP en tant qu’ interlocuteur politique privilégié en la matière, le premier ministre ayant marqué une différence entre cette formation, à laquelle il a pourtant souvent reproché de faire le jeu du terrorisme, et l’organisation d’Abdullah Öcalan. Les Etats-Unis viennent d’ailleurs d’épauler cette valorisation du parti parlementaire kurde, en accueillant favorablement l’idée d’une ouverture d’un bureau du DTP à Washington, peu après que l’ambassadeur américain en Turquie, James Jeffrey, ait à son tour rencontré Ahmet Türk et souligné l’importance de l’entretien que ce dernier venait d’avoir avec Recep Tayyip Erdoğan.

Pour leur part, les principaux partis d’opposition ont décidé de rester étrangers à ce processus, en le critiquant sévèrement. Deniz Baykal, le leader du CHP, y a vu avant tout l’amorce d’une négociation déguisée avec le PKK. Quant à Devlet Bahçeli, le leader du MHP, il a estimé que le premier ministre avait surtout essayé de sonder les intentions d’Abdullah Öcalan et le contenu de l’annonce qu’il doit faire le 15 août 2009. On pouvait prévoir cette réaction des nationalistes, dont l’un des députés avaient encore déclaré, le 3 août dernier, que le problème kurde était en fait une affaire artificiellement créée par les adversaires de la Turquie afin de nuire à son unité.

En revanche, l’armée en restant silencieuse, semble avoir apporté un accord tacite à l’initiative du gouvernement. La réaction des militaires a pris de cours les partis d’opposition, qui ont vu dans ce silence la main des Etats-Unis dont on a déjà dit précédemment qu’ils ont d’emblée manifesté leur appui au processus en cours. L’armée a depuis longtemps néanmoins fait connaître son scepticisme à l’égard d’une solution militaire du problème kurde, et ses désaccords avec l’opposition, à cet égard, ne datent pas d’hier. On se souvient notamment qu’en février 2008, elle s’était déjà attirée les critiques acerbes de l’opposition, qui lui avait reproché d’avoir écourté, sous la pression des Américains, l’incursion qu’elle avait alors entrepris en Irak du nord. Depuis, l’armée a persisté sur la même voie. En avril dernier, le chef d’état major avait surpris son monde, en estimant qu’on ne devait plus parler désormais du «peuple turc» mais du «peuple de Turquie», un concept qui permet d’inclure les différentes ethnies et identités du pays (cf .notre édition du 20 avril 2009). Il avait aussi appelé à l’adoption de mesures législatives permettant aux militants du PKK de déposer les armes.

Alors même qu’Ahmet Türk, lui-même, a également demandé aux partis d’opposition d’entrer dans le processus engagé par sa rencontre avec Recep Tayyip Erdoğan, l’attitude négative de ceux-ci risque d’apparaître comme purement tactique et d’être de moins en moins lisible dans les semaines à venir. Tant le MHP que le CHP ont montré, à plusieurs reprises, qu’ils pouvaient évoluer ou qu’en tout cas ils se posaient de sérieuses questions sur la conduite à tenir. Rappelons notamment qu’au début de la présente législature, Devlet Bahçeli a accepté de serrer publiquement la main à Ahmet Türk et que, lors de la campagne électorale pour les dernières élections locales, Deniz Baykal a évoqué la diversité ethnique et identitaire de la Turquie…
JM


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.