Les manifestations sur l’avenue İstiklal et la place Taksim interdites pour 365 jours

Obraz1122Alors que la place centrale d’Istanbul, Taksim, a été à nouveau fermée aux manifestants après les altercations violentes du premier mai (voir notre édition du 1er mai 2013), l’interdiction des rassemblements a été prononcée par le vali (préfet) du département d’Istanbul pour 365 jours. L’interdiction concerne non seulement la place Taksim elle-même, mais aussi d’autres lieux traditionnellement utilisés pour les manifestations et les conférences de presse : l’avenue adjacente d’İstiklal, « de l’Indépendance », et le devant du nouveau palais de justice d’Istanbul à Çağlayan.

Les premiers jours de mai, les journaux ont relaté plusieurs tentatives de rassemblement sur la place Taksim ou dans les rues annexes empêchées par la police. Un événement révélateur s’est produit le 10 mai quand huit à dix personnes entendaient protester contre la mise en garde à vue des membres du fameux groupe musical de gauche radicale, le groupe Yorum. La police, dont les effectifs stationnés à Taksim ont été augmentés par quatre à partir du premier mai, a dispersé le groupe à l’aide de gaz lacrymogènes.

La raison officielle invoquée pour interdire les rassemblements est le risque que représenteraient pour la sécurité de la foule les travaux de construction de la route souterraine sous la place Taksim. Cependant, cette justification a quelque peu perdu en crédibilité quand, le 5 mai 2013, suite au championnat national de football, les supporters de l’équipe gagnante de Galatasaray ont inondé la place pour fêter la victoire, sans que la police intervienne. Cet événement a démontré que les travaux ne représentaient pas un danger pour les supporters.

Les critiques de cette interdiction, notamment Ahmet Saymadı du site d’information indépendante Bianet, dénoncent la volonté de maintenir ces lieux touristiques ouverts uniquement aux touristes et aux commerces, et ainsi d’en extraire la tradition de mobilisation civique. Le quotidien Radikal du 6 mai 2013 a cité l’avocat Can Atalay d’après lequel « les manifestations pacifiques sont un droit de chacun sans être soumises à condition. » Sur la même base, récemment, le 22 mai, les membres de plusieurs chambres d’avocats ont organisé une marche sur l’avenue İstiklal pour protester contre l’interdiction des manifestations. Leur rassemblement n’a pas été empêché par la police.

Ainsi, malgré le maintien de l’interdiction des manifestations sur Taksim, Istiklal et devant le palais de justice, la pratique envoie au public des messages contradictoires. Si les tentatives de rassemblement des groupes d’extrême gauche sont systématiquement empêchées (comme la commémoration de la mort de Deniz Gezmiş, figure révolutionnaire des années 1960, le 6 mai), la police a également dispersé les nationalistes voulant fêter la journée de la turcité (le 3 mai 2013). D’un côté la finale de football a pu se fêter sur Taksim, mais de l’autre, les syndicalistes de Emekli-Sen, qui se sont rassemblés pour envoyer collectivement leurs pétitions à la Cour européenne des droits de l’homme, n’ont pas pu descendre l’avenue Istiklal jusqu’à la poste attenante au lycée de Galatasaray.

Une nouvelle tentative de la remise en cause de l’interdiction des rassemblements dans cette zone centrale d’Istanbul s’est déroulée dans la journée du 25 mai. La police, qui surpassait largement les manifestants en nombre (les journaux parlent d’une vingtaine de personnes), a de nouveau utilisé du gaz lacrymogène et arrêté plusieurs personnes. Il faut remarquer que le nombre de citoyens et de touristes touchés par ces interventions s’accroît rapidement ce qui rend plus problématique la justification de cette stratégie des forces de sécurité.


Vous aimerez aussi...

5 réponses

  1. Comme je l’avais écris dans un commentaire juste après le 1er mai, ces travaux ne sont qu’un prétexte… Merci d’en faire la preuve, il y a bien deux poids deux mesures… Et pourtant, il est notoire que les supporters de foot ont causé bien plus de victimes que les manifestants du 1er mai ces 20 dernières années! Alors prendre le prétexte de la sécurité publique est vraiment se moquer du monde!

  1. 29 mai 2013

    […] un an toute manifestation sur la place de Taksim et la rue Istiklal (je renvoie à l'excellent blog OVIPOT pour davantage […]

  2. 2 juin 2013

    […] manifestations sur la place centrale de Taksim (adjacente au parc Gezi) et sur l’avenue Istiklal (voir notre édition du 28 mai 2013). Beyoğlu, et notamment de quartier d’Istiklal, symbolise cette Turquie occidentalisée, […]

  3. 8 juin 2013

    […] de Gezi ont, dès la semaine dernière, senti monter la tension palpable depuis le 1er mai (cf cet article publié sur le site de l’Observatoire de la vie politique turque et sur ce blog). La manifestation du 1er mai sur la place symbolique de Taksim avait été […]

  4. 21 juin 2013

    […] la place. L’interdiction sera par la suite prolongée pour une période de 365 jours (voir notre édition du 28 mai 2013). Le jour venu un dispositif de sécurité impressionnant est mis en œuvre, le pont Galata […]

Répondre à Reynald Beaufort Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.