La Turquie joue «Nabucco» et le «South Stream»


Le premier ministre turc, Recep Tayyip Erdoğan, qui accueillait, le 6 août dernier, son homologue russe, Vladimir Poutine, pour une courte visite officielle à Ankara, a signé avec lui et en présence du chef du gouvernement italien, Silvio Berlusconi, un accord permettant les explorations sous-marines et les études géologiques nécessaires au lancement du gazoduc «South Stream». Ce gazoduc sera construit par le géant russe «Gazprom» et la compagnie italienne «ENI». Évitant volontairement l’Ukraine, il traversera la mer Noire et notamment les eaux territoriales turques pour acheminer à partir de 2013 plus de 60 milliards de gaz russe par an vers l’Italie, via la Bulgarie et la Grèce. Trois semaines après la signature par Recep Tayyip Erdoğan du projet de gazoduc européen «Nabucco», cet engagement turc dans le projet russe rival a cueilli à froid les dirigeants européens. Il laisse perplexe nombre d’observateurs quant aux intentions ultimes de la diplomatie turque, qui a paradoxalement tenu à souligner que sa participation au «South Stream» ne remettait pas en cause son investissement prioritaire dans «Nabucco».

L’entrée de la Turquie dans le «South Stream» n’est pourtant pas une surprise. Dès le 10 janvier dernier, alors même que la crise gazière entre la Russie et l’Ukraine faisait rage et menaçait l’approvisionnement de l’Europe, Vladimir Poutine avait annoncé qu’il proposerait aux Turcs d’entrer dans le «South Stream». Le 27 janvier 2009, lors d’une conférence à Budapest, le premier ministre tchèque, Mirek Topolanek, qui présidait alors l’UE, avait tiré la sonnette d’alarme, estimant que le projet «Nabucco» (qui doit relier les gisements d’hydrocarbures de la mer Caspienne aux marchés européens via la Turquie, la Bulgarie, la Roumanie, la Hongrie et l’Autriche et constituer une alternative à l’exclusivité russe actuelle), était menacé par les projets russes en cours. «A moyen terme, la crise (du gaz russo-ukrainienne) a apporté des arguments à la construction des projets (russes) de gazoducs «North Stream» et «South Stream», avait dit le premier ministre tchèque. Il s’était inquiété du fait que les couloirs énergétiques russes à l’étude contournent l’Ukraine et l’Europe centrale pour maintenir une dépendance énergétique élevée de l’UE vis-à-vis de la Russie. «C’est une menace directe contre le projet Nabucco», avait-il conclu.

Les mois, qui ont suivi, ont vu la Turquie mettre à profit l’aiguisement de la rivalité entre «Nabucco» et le «South Stream» pour essayer de monnayer au meilleur prix son investissement dans le projet européen (rémunérations supplémentaires, achat de gaz à des tarifs préférentiels… ), sans fermer pour autant la porte à une participation dans le projet russe. Ainsi, le 16 mai 2009, accueilli par Vladimir Poutine dans la station balnéaire russe de Sotchi, le premier ministre turc avait évoqué un engagement de son pays dans le «South Stream». Cet engagement par la suite n’a jamais été remis en cause tandis que l’on s’acheminait vers la signature de « Nabucco ». Ainsi le 2 juillet dernier, alors même que cette signature était confirmée pour le 13 juillet, le ministre turc des affaires étrangères, Ahmet Davutoğlu, lors d’une visite à Moscou, recevait une nouvelle proposition russe de participation au « South Stream » qu’il accueillait favorablement, en déclarant notamment : «Nous sommes prêts à continuer les négociations sur les questions énergétiques en toute sincérité et à recevoir les propositions de la Russie» ; avant de conclure : «Nous pensons qu’en effet la Russie peut fournir à la Turquie des conditions très avantageuses dans le domaine de l’énergie.»

Il est donc clair qu’au cours des derniers mois, la Russie a déployé une stratégie efficace pour prendre de vitesse le projet «Nabucco», en essayant de le vider de sa substance. En premier lieu, cette stratégie a consisté à écarter du jeu énergétique les pays d’Europe centrale et l’Ukraine, considérés de longue date par la Russie comme des adversaires, en obtenant l’appui italien, pays fortement dépendant en matière énergétique, qui est, par ailleurs, le second exportateur européen vers la Russie. En second lieu, cette stratégie a habilement utilisé la conjonction des difficultés rencontrées par la candidature turque à l’UE et l’absence de politique européenne cohérente en matière énergétique. Car, Moscou a parfaitement compris que, divisée sur l’énergie et sur la candidature turque, l’UE ne pouvait exiger des Turcs qu’ils jouent exclusivement la carte européenne sur le plan gazier. En troisième lieu, les Russes se sont employés à entamer la crédibilité du projet «Nabucco» en s’en prenant directement à ses ressources gazières. En effet, alors même que l’Azerbaïdjan apparaît comme l’un des seuls fournisseurs potentiels vraiment engagés dans le projet «Nabucco», Moscou a signé à la fin du mois de juin dernier avec Bakou un accord pour la livraison de gaz azerbaïdjanais sur le marché intérieur russe. En dernier lieu, la Russie s’est employée à valoriser systématiquement l’atout ultime du «South Stream», qui est de pouvoir être opérationnel plus vite et à moindre coût que son rival européen. Ainsi, les Russes n’ont pas manqué de souligner que les travaux du «South Stream» pourraient commencer tout de suite après la signature de l’accord du 6 août avec la Turquie, et Vladimir Poutine n’a pas résisté au plaisir d’affirmer que son gazoduc était «un projet très attendu qui est très important pour toute l’Europe.»

La participation d’Ankara dans le «South Stream» est également intéressante quant aux orientations diplomatiques et stratégiques turques. Face à l’attitude inégale de l’Europe à l’égard de sa candidature, la Turquie a choisi de défendre ses intérêts propres en ne se fermant aucune porte. Alors que le financement et l’approvisionnement de «Nabucco» demeurent incertains, sa participation au «South Stream» permet à Ankara de poursuivre la politique de sécurisation de ses approvisionnements qui a été l’une des constantes de sa diplomatie au cours des dernières années, et d’accroître la valeur de sa position stratégique. Dès lors que son intégration européenne n’est pas assurée, la Turquie doit absolument préserver sa relation avec la Russie, qui est l’un des acteurs politiques majeurs de son nouvel étranger proche (Mer noire, Caucase, Asie centrale, Balkans) et un partenaire économique de premier plan. La guerre russo-géorgienne, l’an passé, a bien montré comment la Turquie, alliée de l’Europe, ne s’interdisait pas non plus une sorte de partenariat privilégié avec la Russie. De cette stratégie, la diplomatie turque peut espérer retirer des profits immédiats dans les négociations qui se poursuivent actuellement à Chypre ou dans celles qu’elle conduit pour normaliser ses relations avec l’Arménie (éventuelles pressions de Moscou sur Erevan pour mettre un terme au conflit fossilisé du Haut-Karabakh, notamment). Les nouveaux atouts d’Ankara dans le monde post-bipolaire sont en train de prendre corps actuellement. Dès lors que son intégration européenne n’est pas certaine, comment s’étonner que la Turquie joue une carte multidimensionnelle ?

Quant à l’Europe, elle devrait se rendre compte que la signature du «South Stream» par la Turquie n’est pas seulement un échec énergétique, mais aussi un revers diplomatique. Car, on comprend en l’occurrence que ce n’est pas seulement le «South Stream» qui menace «Nabucco», mais surtout l’absence de politique énergétique et de vision stratégique des Européens. «Nabucco», en dépit du soutien de la Commission européenne, n’est pas assez apparu, au cours des derniers mois, comme le projet gazier de l’Europe unie. L’Italie a joué sa propre carte en faisant cause commune avec la Russie. L’Allemagne, économiquement très présente dans la réalisation de «Nabucco», a été un nain politique en l’occurrence. La France (au demeurant fortement nucléarisée), a été exclue du consortium « Nabucco », suite au vote d’une proposition de loi pénalisant le génocide arménien. Le Royaume Uni et les pays du Nord, qui bénéficient des ressources énergétiques de la mer du Nord, sont restés loin des préoccupations d’approvisionnement gazier de l’Europe. Dès lors, force est de constater que le projet «Nabucco» n’a été directement porté que par de petits pays d’Europe centrale.

Mais ce qui a nui aussi à «Nabucco», c’est le fait que ce projet ait posé indirectement la question de l’adhésion de la Turquie. Pour combattre efficacement le projet russe, il aurait fallu que l’Europe puisse demander à la Turquie de faire acte de solidarité européenne en se tenant en dehors du «South Stream». Or, l’Europe divisée sur la candidature de la Turquie s’est surtout attachée à séparer celle-ci du projet « Nabucco », se privant alors de la possibilité d’un réel soutien turc. Dans son rapport avec la Turquie, l’UE n’a pas assez pris, semble-t-il, la mesure du pays qui frappe à sa porte aujourd’hui, en le traitant trop souvent comme le candidat qu’il a pu être dans les décennies précédentes. L’affaire du «South Stream» montre en effet que, devenue une puissance régionale, alors que l’on on discute encore de son appartenance à l’Europe, la Turquie peut, le cas échéant, faire des choix qui ne sont pas exclusivement européens. Qu’elle finisse ou non par entrer dans l’Europe, elle ne sera plus le tander de la locomotive européenne.
JM


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.