Le gouvernement turc confronté à un accroissement de la contestation

accroissement de la contestationComment sortir de la crise ? Telle est bien la question qui se pose au gouvernement turc et plus particulièrement à son premier ministre après 4 jours d’occupation du Gezi Parkı sur la place Taksim à Istanbul, qui ont tourné à l’émeute, le 31 mai dernier. Le 1er juin, alors que les tensions restaient très vives, Recep Tayyip Erdoğan qui venait d’affirmer qu’il ne céderait rien, a finalement décidé de retirer la police anti-émeute de Taksim. Ce recul du premier ministre a fait suite à un appel au calme lancé par le président de la République Abdullah Gül et à l’apparition de voix discordantes, au sein même de l’AKP. Le maire d’Istanbul, Kadir Topbaş, a regretté que l’évacuation de Taksim par les forces de police ait été ordonnée tardivement. Il a dit craindre, par ailleurs, que les images de la répression conduite ces derniers jours ne nuisent à la candidature de sa ville aux Jeux olympiques de 2020. Le  vice-premier ministre Bülent Arınç, connu pour être proche de la confrérie Gülen, est allé, quant à lui, jusqu’à présenter des excuses aux habitants de Taksim, pour les erreurs commises par le gouvernement dans la gestion de la crise.

Il est vrai que la sévérité de la répression à Taksim, le 31 mai et le 1er juin, a choqué l’opinion. Usage intensif de gaz lacrymogènes qui vaut au premier ministre turc le surnom de «Gazman», véhicules blindés défonçant des barricades de fortune, tirs tendus de grenades à hauteur d’homme, manifestants pris pour cible par des canons à eau… Le mécontentement ambiant provoqué par ces images sur les réseaux sociaux a également été amplifié par la confusion des premières informations diffusées. Prudents dans leurs critiques du gouvernement ces derniers temps, les grands médias turcs ont été timorés dans le traitement de l’événement. Dès lors l’incertitude sur le nombre des personnes blessées, appréhendées et peut-être décédées, a alimenté les rumeurs les plus alarmistes, suscitant des réactions de colère ou d’indignation. Cette sous-information est apparue d’autant plus insupportable qu’il y a une quinzaine de jours, au moment de l’attentat de Reyhanlı, sur la frontière syrienne, le gouvernement avait imposé aux médias un black-out déjà très contesté, soit disant pour des raisons de sécurité.

En tout état de cause, les manifestations ont plutôt tendance à se poursuivre actuellement en s’étendant géographiquement. Le 1er et le 2 juin, Ankara a été le théâtre de combats de rue comparables à ceux d’Istanbul, la veille. Izmir, Bursa, Adana, Kocaeli, Eskişehir… au total 28 capitales provinciales seraient désormais touchées par des mouvements plus ou moins importants. À Istanbul, alors que le calme est désormais revenu à Taksim, les affrontements se sont concentrés depuis deux jours à Beşiktaş, près des bureaux stambouliotes du premier ministre qui se trouvent dans le palais de Dolmabahçe, à proximité. Toutefois, d’autres affrontements violents ont eu lieu dans des quartiers périphériques de la ville, en particulier à Sultangazi et à Sarıgazi. Cette extension de l’agitation apparaît comme la grande surprise des dernières heures. Elle confirme que le mouvement d’occupation du parc Gezi n’est pas un phénomène sporadique, mais qu’il a cristallisé l’exaspération latente d’une partie de la population.

De toute évidence, le premier ministre, qui a hésité d’abord sur la conduite à tenir, semble avoir opté pour la manière forte. Dimanche, il a minoré l’impact de la mobilisation en cours en annonçant qu’il était capable de rassembler 200 000 personnes là où la contestation actuelle ne peut en compter qu’une vingtaine. Il a eu également des mots particulièrement durs pour les réseaux sociaux que les manifestants ont utilisé pour se mobiliser, en qualifiant Twitter de «menace pour la société». Certes, il  a annoncé que le bâtiment, qui doit être édifié sur le parc Gezi et qui consistera en fait en la reconstruction d’une ancienne caserne d’artillerie, ne deviendra pas un mall commercial, comme cela était apparemment prévu. Pour ne pas avoir l’air de céder à la révolte, Recep Tayyip Erdoğan, a d’ailleurs expliqué qu’il n’y avait jamais eu de plan bien précis à cet égard et que l’édifice en question deviendrait peut-être même un musée. Mais loin de temporiser, le premier ministre a confirmé la destruction de l’emblématique AKM (Atatürk Kültür Merkezi – Centre culturel Atatürk, auditorium d’Istanbul) promettant sur un ton provocateur qu’il serait remplacé par un opéra et une mosquée !

Cette déclaration n’est pas de bon augure, car elle est en fait porteuse d’une symbolique lourde qui risque d’accroître le malaise et les conflits en cours. Dans les années trente, en effet, pour aménager la place Taksim qui, depuis 1928, accueillait déjà le Cumhuriyet Anıtı (un monument qui commémore la fondation de la République), le régime kémaliste a fait appel à l’urbaniste français Henri Prost. Ce projet a été à Istanbul la réalisation urbaine républicaine par excellence. Il a vu effectivement la destruction d’une caserne d’artillerie ottomane désaffectée depuis la première guerre mondiale, l’aménagement d’une promenade arborée (le parc Gezi) et par la suite l’édification de l’AKM pour les nouvelles élites du régime appréciant l’opéra et la musique classique. Par la suite, l’entreprise en question a été bouleversée par l’accélération du développement de la cité et l’édification de grands hôtels. Mais, à Istanbul, cette place est restée le lieu des défilés républicains officiels, qui donnent généralement lieu à l’accrochage de portraits d’Atatürk sur la façade de l’AKM. Dans les années 1970, Taksim, devenu le point de rassemblement de grandes manifestations politiques et sociales, en particulier celle du premier mai, a été investi par la gauche turque, devenant à tout jamais un lieu de mémoire après le drame de la manifestation du 1er mai 1977.

L’annonce par Recep Tayyip Erdoğan du maintien de la reconstruction de la caserne ottomane d’artillerie, de la destruction de l’AKM et de l’édification d’une mosquée n’est donc pas anodine. Elle montre que ce qui est en jeu à Taksim aujourd’hui, c’est aussi l’effacement des dernières traces de la symbolique spatiale républicaine de la ville au profit d’un nouveau marquage voulu par l’AKP. Le pire est que le débat n’est pas nouveau et risque de raviver de vieilles querelles, car dans les années 1990, avant le coup d’Etat post-moderne, Erdoğan alors maire d’Istanbul, avait été suspecté de vouloir bâtir une mosquée à Taksim. La nouvelle que ce projet est à l’étude ne peut qu’aviver les tensions clivantes au sein de la société turque, au moment même où il faudrait plutôt apaiser les esprits.

Jean Marcou


Vous aimerez aussi...

4 réponses

  1. 4 juin 2013

    […] Par Jean Marcou (pris du site http://ovipot.hypotheses.org/8898) […]

  2. 5 juin 2013

    […]  Imprimer ce billet […]

  3. 5 juin 2013

    […] tout cas, ça change des propos agressifs de Recep Tayyip Erdogan, les […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.