Mais qui représente le mouvement Gezi ?

Avec la collaboration de l’Observatoire urbain d’Istanbul

akm

Banderoles couvrant le centre culturel Atatürk et foule rassemblée sur la place Taksim

C’est l’issue de la mobilisation autour du parc de Gezi qui interroge désormais. Se dirige-t-on vers une dynamique de polarisation ou vers des négociations avec le pouvoir ? Plusieurs observateurs ont justement noté les différences de positionnement des responsables politiques – en particulier l’approche plus conciliante du Président de la République, Abdullah Gül, ainsi que du vice-premier Ministre, Bülent Arınç, qui contraste avec l’attitude inflexible du Premier ministre Tayyip Erdoğan. Mais peu se sont penchés sur la question de savoir qui serait susceptible de représenter le soulèvement.

Justement, rappelons que certaines caractéristiques du mouvement rendent cette question particulièrement problématique. La mobilisation s’est faite de manière largement spontanée, et non pas sous la direction d’organisations, qu’elles soient partisanes ou pas. Ainsi, la grande majorité des personnes interviewées dans l’enquête récente conduite par l’université Bilgi, 70% se disent proches d’aucun parti. Si plusieurs organisations – partis, mouvements « civils » (environnementaux, féministes, LGBT, artistiques, etc.), organisations syndicales, organisations professionnelles (chambre des architectes, des ingénieurs…), groupes de gauche ou clubs de supporters de football ont soutenu la mobilisation, aucun n’y a joué un rôle véritablement moteur ou fédérateur.

Ce caractère acéphale constitue désormais un défi à la structuration du mouvement et à l’expression de revendications. Comment mettre d’accord toutes les organisations peu ou prou impliquées dans le mouvement sur des revendications, et comment faire accepter ces dernières aux personnes qui se sont mobilisées pour le mouvement ?

On a assisté à plusieurs tentatives de regroupement, principalement au niveau de la place Taksim. Ainsi, la plate-forme de Taksim (Taksim platformu), lancée par des urbanistes, architectes et universitaires , qui avait très tôt lancé la sonnette d’alarme sur le projet de reconfiguration de la place Taksim et visait à sensibiliser l’opinion sur ces sujets, qui a pourtant relayé les événements se déroulant autour de Gezi, semble marginalisée.

En revanche, une tentative d’auto-organisation a très récemment vu le jour, sous le nom de « Solidarité de Taksim » (Taksim dayanışması). Cette organisation vise à organiser la solidarité autour de la mobilisation en collectant des dons et en recensant les besoins matériels pour l’occupation de la place Taksim (nourriture, eau, couvertures, tentes). Mais c’est aussi une « coordination » qui se réunit près du parc de Gezi, chaque matin, pour tenter de structurer le collectif des différentes organisations. Cependant, on ignore qui y est convié – quelles organisations et qui dans chacune d’entre elle- ainsi que les rapports de force qui s’y jouent.

Un indice nous est fourni par la réunion qui s’est tenue le mercredi 5 juin entre une délégation de cette « Solidarité de Taksim » reçue par le vice-Premier ministre, Bülent Arınç. Elle était composée du secrétaire générale de la Chambre des médecins d’Istanbul, du directeur général de la chambre des architectes, du secrétaire général de KESK, syndicat de la fonction publique, du vice-directeur général de DISK, syndicat de gauche, du directeur de la branche d’Istanbul de la chambre des urbanistes liées à l’Union des chambres d’architectes et d’ingénieurs de Turquie, et du secrétaire de la coordination d’Istanbul de cette même Union des chambres d’architectes et d’ingénieurs de Turquie.

revendications_taksimd

Les 5 revendications présentées par la plate-forme

Cette délégation (parfois renommée « plate-forme de Gezi Taksim ») a présenté au vice-Premier ministre les revendications suivantes : que le parc Gezi reste un parc et qu’une déclaration officielle s’engage à l’annulation de projet de reconstruction de la caserne ottomane ; que les initiatives visant à détruire le Centre Culturel Atatürk (sur la place Taksim) soient arrêtées ; que tous les responsables impliqués dans la répression des manifestations de Gezi, en particulier les préfets et préfets de police d’Istanbul, Ankara et Antakya, soient relevés de leurs fonctions ; que l’usage des bombes lacrymogènes et assimilés soit désormais interdit ; que toutes les personnes mises en garde à vue dans le cadre des manifestations soient relâchées et que les enquêtes à leur sujet soient abandonnées ; que les obstacles à l’organisation de rassemblements sur toutes les places de Turquie, en particulier Taksim à Istanbul et Kızılay à Ankara, soient levés, ainsi que les obstacles à la liberté d’expression. Enfin, la plate-forme demande la prise en compte par le gouvernement des inquiétudes et oppositions de nombreux citoyens concernant ce qu’ils ont considéré comme des attaques contre leur mode de vie et leurs croyances. Alors que le Premier ministre Erdoğan se trouvait à l’étranger, le vice premier ministre s’est contenté d’écouter ces revendications et de promettre qu’il les transmettrait aux responsables. Il s’agissait donc de revendications concernant à strictement parler le parc de Gezi et le traitement du mouvement de protestation, et ne couvrant pas l’ensemble des demandes exprimées lors des manifestations, à Istanbul mais aussi dans de nombreuses autres villes de Turquie.

Mais à la sortie de la réunion, le porte-parole de la plate-forme a précisé durant une déclaration de presse les inquiétudes exprimées et devant être traitées par les responsables politiques. La liste s’est alors considérablement allongée : troisième pont sur le Bosphore, troisième aéroport, projet de construction d’un canal parallèle au Bosphore, construction de centrales hydro-électriques, sensibilités des citoyens alévis, demandes des victimes des projets de rénovation urbaine, politiques visant au contrôle du corps des femmes, fin de pressions sur les artistes, la justice et les universitaires, droit des employés licenciés abusivement… La liste des revendications se trouvait considérablement étendue, mais dans une autre arène, moins officielle.

Mais, dès l’après-midi, des posts affluaient sur Facebook et Twitter, niant la représentativité de cette « Solidarité de Taksim » par rapport à la mobilisation, et en particulier aux manifestants qui occupaient la place. On lisait « ce sont des personnes que je ne connais pas et que je n’ai jamais vues, et qui ne m’ont pas contacté, ni de près, ni de loin ». Ces messages dénoncent que les organisations faisant partie de la délégation ne se montrent sur la place Taksim qu’aux heures de pointe, pour faire leur « show ». Ces posts interrogent la manière dont auraient été désignés ces « représentants » mais aussi leur statut de personnes installées alors même que ce sont les jeunes qui vont au combat… Et proposent d’autres revendications : en premier lieu, la démission du gouvernement, du ministère de l’Intérieur et des responsables de la sécurité.

kaldirac

tract distribué aux abords du parc Gezi

Depuis lors, sur la place Taksim et à ses abords, on voit bien d’autres listes de revendications émises par l’un ou l’autre des groupes qui occupent la place et/ou soutiennent le mouvement. Ainsi de ce groupe de gauche, Kaldıraç qui mentionne la réouverture du procès des manifestations ayant eu lieu sur la place Taksim et où 34 personnes avaient trouvé la mort, et réclame des excuses des chaînes de télévision n’ayant pas ou peu couvert les événements.

Ainsi, ce qui fait la force du mouvement et sa capacité de mobilisation : son caractère spontané, fluide, diversifié pour ne pas dire hétéroclite, constitue aussi un défi à son organisation, à sa durabilité et à sa capacité à obtenir satisfaction dans le champ politique.


Elise Massicard

Elise Massicard (1976) a fait des études de science politique à l’Institut d’Etudes Politiques de Paris, de turcologie à l’Institut National des Langues et Civilisations Orientales, et de sciences sociales à la Freie Universität Berlin. Après un doctorat à l’Institut d’Etudes Politiques de Paris, elle a enseigné à l’Université de Marmara (Istanbul, Turquie). Après son recrutement comme chargée de recherches au CNRS (section 36) en 2003, elle a été rattachée au Centre d’Etudes Administratives, Politiques et Sociales (CERAPS) à Lille, avant d’être affectée à l’équipe Etudes Turques et Ottomanes à l’EHESS Paris, en 2008. Elle est chercheuse associée au Centre d’Etudes et de Recherches Internationales (CERI, Paris). Ses travaux portent sur la sociologie politique de la Turquie, les mobilisations, et la territorialité politique. Elise Massicard est membre de l’ANR « De la friction culturelle à l’affrontement armé. Seuils, échelles et modalités de conflictualité (Turquie, Iran, Pakistan) », 2007-2009 (UMR Etudes Turques et Ottomanes, EHESS/CNRS/Collège de France). Elle coordonne l’ANR « Ordonner et Transiger: Modalités de gouvernement et d'administration en Turquie et dans l'Empire Ottoman, du XIXème siècle à nos jours », (TRANSTUR), 2008-2011 (UMR Etudes Turques et Ottomanes, EHESS/CNRS/Collège de France). Elle est également membre du projet de recherche coordonné par Claire Visier, « La candidature Turquie à l’Union européenne : La Turquie en réforme ?», Maison des Sciences de l’Homme en Bretagne (2009-2010). Elle est membre fondatrice et membre du comité de rédaction de l’European Journal of Turkish Studies et membre du conseil scientifique de la revue Kırkbudak (Turquie). Elle fait partie du comité de pilotage de l’Institut d’Etude de l’Islam et des Sociétés du Monde Musulman (IISMM).

More Posts

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 2 mai 2015

    […] (3) Pour plus d’informations sur la plateforme de mobilisation Taksim Solidarité, se référer à la note de l’Observatoire de la Vie Politique Turque. http://ovipot.hypotheses.org/8910 […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.