Une semaine à Taksim: d’une économie de subsistance à une économie du loisir

20130606_213551Difficile de définir l’atmosphère des alentours du Gezi Park et de la place Taksim tant les choses évoluent rapidement d’un jour à l’autre.

Samedi 31 mai matin (au lendemain de l’intervention de la police visant à déloger les occupants du parc de Gezi), l’atmosphère dans les rues qui mènent au parc, est à l’attente, inquiète. Peu de gens sont présents sur la grande avenue piétonne qui mène à Taksim, Istiklal, beaucoup de magasins sont fermés, d’autres semi-ouverts, ça et là, quelques petits groupes de manifestants. Après les affrontements de samedi après-midi et la libération de la place, la liesse envahit le quartier pour le reste du week-end,  et avec elle de multiples tags et quelques rares vitrines cassées. Lundi matin, l’ambiance sur l’Istiklal contraste largement avec celle du week-end, laissant du coup planer un doute sur les suites du mouvement. Alors que les camions de livraison habituels envahissent l’avenue, les commerçants et employés concentrent leur énergie pour nettoyer voire même repeindre les vitrines et les murs. En deux heures, les graffitis ont pratiquement disparu, même des palissades de chantiers. On les retrouve seulement à partir du consulat de France, à quelques pas de la place. La vie habituelle de la grande artère, symbole du succès de l’économie de consommation de la Turquie, reprend le dessus. Le décalage est fort avec la vie alternative qui se met en place à l’intérieur du parc, autour de l’auto-organisation et d’une économie du don. Le contraste est d’autant plus fort que la rue Istiklal débouche sur la place puis le parc sans rupture spatiale, alors que des barricades ont été érigées sur toutes les autres rues (non piétonnes) alentour.

L’économie marchande se redéploie rapidement autour de la place. Les « hommes providentiels », petits marchands ambulants qui sont toujours là lorsque l’on a besoin d’eux, ont su prendre la mesure de la situation nouvelle à une vitesse impressionnante. Les premiers présents sur les lieux sont les vendeurs de drapeaux, que l’on trouve habituellement aux abords des stades. Ils ont rapidement diversifié leur marchandise et proposent aux manifestants un kit complet : d’abord les masques médicaux (pour se protéger des gaz), rapidement suivis de masques de plongée et de lunettes de piscine, de casques de chantier et de sifflets, de masques « anonymous » et même d’écharpes « Diren Geziparkı » (Résiste parc Gezi parc). Cela témoigne d’une étonnante réactivité commerciale, d’autant que si le casque de chantier est un produit courant dans une ville en perpétuelle transformation urbaine, c’est beaucoup moins le cas du matériel de piscine. En trois jours, ont pu être produites des écharpes dédiées aux évènements. Aux vendeurs de drapeaux, s’adjoignent rapidement les vendeurs à la sauvette, uniquement spécialisés dans « les nouveaux produits ».

On assiste aussi, dans les premiers jours de la semaine, à une impressionnante multiplication et une diversification des marchands ambulants de nourriture. Les vendeurs d’eau, de thé sont rejoints par les carrioles de vendeurs de riz/pois chiches, ou de pastèques. Mardi soir, la place Taksim était envahie d’odeurs de grill : köfte, poisson. L’économie du don à l’intérieur du parc ne se tarit pas et se diversifie elle aussi : pour exemple la constitution dans le milieu de la semaine d’une véritable bibliothèque. Mais elle est relayée par une économie plus marchande, à destination tout à la fois des occupants du parc mais aussi des nombreux passants qui se rendent à Gezi au sortir du travail.

De l’économie de la subsistance on passe au fur et à mesure de la semaine à une économie de loisir. Trois jours après la libération de la place, apparaissaient à la frontière entre la place Taksim et le parc, des stands de vente de vêtements « militants », aux effigies locales (Atatürk, bien sûr, toujours, mais aussi du chanteur engagé A. Kaya), ou internationales (le Che). Et au milieu, un stand de jeans ! Jeudi soir, une autre étape est franchie. Alors que la foule qui afflue sur la place est de plus en plus nombreuse, d’autres petits étals viennent s’installer tout autour de la place, mais aussi sur le début d’Istiklal. Ils proposent de multiples gadgets à destination d’un public de touristes révolutionnaires. La peur d’un nouvel épisode de gazage semble s’atténuer mais les vendeurs des kits de manifestants sont toujours là et bien là. Deux cent casques, achetés le matin même à Karaköy, quartier proche de la place, sont écoulés en cinq heures par un vendeur de jus d’orange, reconverti pour l’occasion. Devant l’Atatürk Kültür Merkezi, un nouveau style de stand est apparu : deux jeunes gens proposent aux badauds de se faire tirer le portrait polaroid avec un véritable masque à gaz. Sur un étal, à côté des lunettes de piscines et des masques de plongée, sont entreposées une dizaine de paires de lunettes roses géantes, en forme de cœur. Plus loin, un vendeur propose des jouets pour enfants (qui font écho à un atelier organisé pour les enfants au fond du parc). Au milieu de la place, la nouvelle attraction est la vente de lampions qui, enflammés, montent dans le ciel. Aux abords, de la place, sur Istiklal, alors que les cortèges de manifestants ont fini de passer, s’installent en milieu de soirée des marchands de parfums et de chaussures. Les étals proposant de l’alcool à vendre, très peu visibles dans les premiers jours, et même bannis mercredi, nuit sainte, jalonnent l’arrivée vers la place.

Cette rapide réorganisation du petit commerce à l’étal autour de la mobilisation forme une sorte de continuum entre le cœur marchand de la ville moderne, vitrine d’une économie de la consommation, et le lieu de la contestation. Mais à l’inverse, la contestation a essaimé dans les rues adjacentes de la rue Istiklal : en l’absence de forces de l’ordre, les terrasses des restaurants et des cafés, interdites il y a deux ans sur ordre de la mairie, ressortent, à la grande joie des restaurateurs et de leurs clients.

Le retour du premier ministre de son voyage en Afrique du Nord dans la nuit de jeudi à vendredi fait remonter la tension. Reste à savoir quels en seront les effets sur l’économie de la place.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.