Gezi Parkı : J + 8

gezi_celine

Source : Céline Pierre-Magnani, 8 Juin 2013, Gezi Parkı, İstanbul, Turquie.

Centre névralgique des transports à Istanbul, la place de Taksim est désormais piétonne. Les barricades empêchent les véhicules d’y accéder depuis les manifestations massives de samedi dernier, 1er Juin. Plus de TOMA (Toplumsal olaylara müdahale aracı – Véhicule d’intervention pour mouvements sociaux ) ni de panzer (blindés) en vue, la police s’est retirée. Il règne une atmosphère difficilement saisissable. Une zone de « non-droit », mais de « territoire reconquis » à la fois. Le mot d’ordre est d’occuper le parc jusqu’à l’abandon du projet urbain qui le concerne. La place Taksim et le parc Gezi sont désormais occupés. Si les matins sont plutôt calmes, la densité augmente aux heures de sortie de travail. On voit certains remonter depuis l’avenue Istiklal chargés de paquets de contenus en tous genres : boissons, biscuits, médicaments… Les dons spontanés abondent sans qu’on en identifie toujours bien la provenance…. À la frontière entre la place Taksim et le parc Gezi se dressent les premières tables, chaises, des stands montés rapidement où l’on échange tracts et commentaires sur les évènements. Que se passe-t-il à Ankara, à Izmir, à Antakya … ? Facebook et Twitter sont alimentés en continu. Les informations ne sont pas toujours très fiables, et les rumeurs vont bon train. Mais les réseaux sociaux sont ressentis comme la seule alternative à des médias totalement discrédités. Alors qu’Istanbul s’enflammait dans la nuit de samedi à dimanche, CNN Türk diffusait un documentaire sur les pingouins. Les manifestants ne manquent visiblement pas de répartie : le pingouin devient désormais un animal mascotte dessiné, réclamé… Slogans, affiches et tags font preuve d’un bon degré d’humour : « Tayyip le chimique », « T’inquiète pas maman, on est à l’arrière », « Bienvenue au festival folklorique de gaz lacrymogène »….

gezi_celine2

Source : Céline Pierre-Magnani, 7 Juin 2013, Gezi Parkı, İstanbul, Turquie « Tayyıp le chimique ».

Contrairement aux craintes, l’euphorie n’est pas retombée. L’atmosphère est à la fête. Une semaine après la « libération » du parc, se retrouver à Gezi Parki est devenu, pour les militants et les sympathisants, un rendez-vous tacite et incontournable. Une foule de curieux, de journalistes et de simples citoyens circule continuellement sur les lieux. Depuis l’intervention du vice premier Premier Ministre, Bülent Arınç le mardi 4 Juin, le kit anti-gaz lacrymogène « casque/masque/lunettes de bain » est peu à peu rangé dans les sacs. Chaque jour amène son lot de nouveautés : une nouvelle table, un nouveau groupe sur la place… Un plan de la place vient d’être diffusé. Il faut dire qu’il n’est pas toujours facile de s’y retrouver : partis politiques de toutes tendances (nationalistes, kémalistes, communistes, partis kurdes…), syndicats, associations écologistes, féministes, LGBT, universités, lycées…

Les cohabitations sont parfois délicates, mais les agressivités semblent jusqu’à présent à peu près contenues. Partisans du BDP (parti kurde) et du CHP (parti kémaliste) se sont installés à distance1. Les musulmans révolutionnaires également présents sur la place, se réfugient derrière les toilettes pour être moins visibles au moment de la prière. Les organisations féministes et LGBTrepeignent consciencieusement les tags à caractère sexiste et homophobe. Les cultures pop et alternatives fédèrent : le film documentaire Ekümenopolis sur les écrans l’an passé fait figure de manifeste anticipé.

Aujourd’hui 5 Juin, au menu, Kandil Simidi (biscuits salés au sésame). Fête religieuse, le Miraç Kandili (Fête de l’ascension) célèbre l’ascension du prophète. La coutume veut que l’on sonne pour en offrir aux voisins ; alors on traverse la pelouse et on apporte une boîte à la table d’en face. L’énergie est toujours là. Il s’agit de la canaliser et de s’organiser. L’alcool qui était toléré fait de plus en plus l’objet de désapprobations. On craint les débordements et la perte de crédit des revendications.

La rapidité et l’efficacité de l’auto-organisation (cf. notre édition du 7 juin 2013) atteste de savoir-faire à la généalogie surprenante : culture foot et culture militante se mélangent. Tout y est : feux de détresse ; hymnes ; slogans ; danses ; drapeaux ; stickers… Chaque stand publie sa liste de besoins, et les dons arrivent en fonction. Paradoxalement, malgré les milliers de personnes qui affluent, la place n’a jamais été aussi entretenue. Des éboueurs spontanément désignés circulent dans les allées avec gants et sacs poubelle pour ramasser les déchets. En plus de la multiplication des tables « grignotage », les cuisines se montent et servent des repas chauds. Les deux çay bahçesi (jardin de thé)  de la place ont été réquisitionnés et transformés en QG. Les tentes, duvets, couvertures s’amoncellent à l’arrière. Progressivement, l’indispensable se met en place pour une occupation sur la durée. La profusion d’informations pas toujours avérées fait l’objet d’inquiétudes : de petits groupes prennent en charge la récolte et la vérification d’informations avant leur publication. Le nombre de blessés et de morts fait l’objet de nombreuses spéculations. De dimanche à mardi, il était en effet bien difficile de savoir véritablement ce qui se déroulait en contrebas de la place, à Beşiktas, entre police et manifestants.

La musique et les applaudissements ne masquent pas complètement une angoisse latente. Les arrestations se poursuivent dans les environs de Taksim. Grâce au barreau d’Istanbul, les consignes et les droits en cas d’arrestation et de mise en garde à vue sont désormais sur les tables. Ailleurs dans le pays, à Ankara, à Izmir, à Tunceli, à Rize et ailleurs, les affrontements continuent et prennent parfois des tournures inquiétantes. Le 5 juin, à Rize, sur la mer Noire, ville d’origine du Premier Ministre, une manifestation de militants kémalistes a mal tourné suite à l’intervention d’un groupe partisan de l’AKP. La crainte principale est en effet celle d’une polarisation entre kémalistes et partisans de l’AKP qui réduirait le mouvement à une guerre idéologique et évacuerait les revendications de fond.

À la suite des heurts du weekend dernier, l’occupation de Gezi Parki témoigne du passage à un nouveau stade dans la forme du mouvement de contestation. Quelle tournure vont prendre les évènements dans les prochains jours ? (cf. notre édition du 10 juin 2013) La mobilisation du parc Gezi atteste d’une étonnante capacité d’auto-gestion et de prise d’initiative et d’acceptation de la diversité. C’est cette même capacité à gérer la diversité, celle des acteurs et celle des revendications, qui risque d’être mise à l’épreuve dans la durée.

  1. Les kémalistes s’opposent au processus de résolution de la « question kurde » en cours suite aux échanges entre le gouvernement Erdoğan, représentants du BDP et entretiens avec Abdullah Öcalan, ancien learder du PKK, emprisonné depuis 1999. Cf. notre édition du 11 mai 2013 []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.