L’opposition piégée par la question kurde


Lors de la réunion hebdomadaire de son groupe parlementaire, le 12 août 2009, le premier ministre Recep Tayyip Erdoğan, a appelé les principaux partis d’opposition à soutenir le projet de règlement de la question kurde qu’il a lancé, au cours des dernières semaines. Donnant à cet appel un tour émotionnel prononcé, en évoquant la douleur des mères turques et kurdes qui ont perdu leurs enfants dans une guerre civile larvée, qui a fait plus de 40 000 victimes depuis 1984 et près d’un million de personnes déplacées, il a dit sa détermination à aller jusqu’au bout du processus engagé. Cette intervention, qui a même arraché des larmes à certains des députés de son parti, est venue amplifier un certain nombre de déclarations et d’événements qui ont marqué les derniers jours.

Au cours du week-end, le président Gül s’est rendu dans les provinces kurdes d’Ahlat, de Bitlis, de Muş et Tatvan, visitant notamment le cimetière seldjoukide d’Ahlat. À son retour dans l’avion, il a déclaré à la presse que la question kurde restait le premier problème de la Turquie, qui se devait de le régler “comme un pays qui aspire à entrer dans l’UE”. Il a également demandé à l’opposition de s’engager aux côtés du gouvernement dans la recherche d’une solution. La presse (en particulier le quotidien “Vatan”) a fait état au début de la semaine des grandes lignes du plan kurde du gouvernement, qui comporterait 3 volets (économique, politique et militaire). Sur le plan économique, le gouvernement ambitionnerait de résoudre le problème du chômage dans les provinces kurdes au cours des 5 ans qui viennent, et consentirait d’importants investissements dans les zones concernées. Sur le plan politique, il amenderait l’article 66 de la Constitution qui donne une dimension ethnique à la nationalité, mais inscrirait ses réformes dans le cadre du maintien de l’Etat unitaire. Sur le plan militaire, il mettrait un terme au système des gardiens de village, et demanderait un retrait de la Gendarmerie pour ne maintenir sur place que des unités d’élite de l’armée, chargées de la protection des frontières. Le ministre de l’Intérieur, Beşir Atalay, chargé de piloter le projet, a commencé à consulter les partis politiques, mais seuls les Kurdes du DTP et de petites formations (DSP, BBP) ont accepté de le rencontrer. Les deux principales formations de l’opposition, CHP et MHP, ont réitéré leur refus d’apporter leur soutien aux projets gouvernementaux. Deniz Baykal (à gauche sur la photo) a insisté sur le fait qu’il ne pouvait apporter son concours à un plan dont on ne connaît pas encore le contenu avec précision, et il a accusé le gouvernement de vouloir substituer des identités ethniques à l’identité nationale. Quant à Devlet Bahçeli (à droite sur la photo), il est allé jusqu’à voir, dans le processus engagé par le gouvernement, une entreprise de «trahison». Il semble pourtant que tous les membres des partis d’opposition ne partagent pas l’opinion de leurs dirigeants. Le leader du CHP d’Istanbul, Gürsel Tekin, a estimé que les initiatives en cours devaient être soutenues.

En réalité, les partis d’opposition semblent en l’occurrence plutôt préoccupés par la défense de leurs intérêts politiques étroits. Pour le leader du MHP, Devlet Bahçeli, ce débat kurde arrive au mauvais moment, car le prochain congrès du MHP, qui aura lieu en octobre, l’incite sans doute à galvaniser ses troupes sur les valeurs nationalistes traditionnelles du parti. Quant au CHP, au-delà des tendances nationalistes qui s’y expriment également, il redoute qu’une solution à la question kurde soit trouvée par le gouvernement de l’AKP. Une telle hypothèse achèverait de disqualifier la formation kémaliste, qui avait été pourtant l’une des premières à poser le problème kurde, dans les années 90, en accueillant des députés kurdes sur ses listes parlementaires.

On attend désormais les propositions que doit faire Abdullah Öcalan, le leader emprisonné du PKK, le 15 août prochain. Cette perspective est, rappelons-le, à l’origine des initiatives kurdes actuelles du gouvernement, qui a voulu éviter de laisser l’initiative au chef rebelle. À cet égard, force est de constater que le gouvernement a négocié l’obstacle plutôt favorablement, en réussissant en quelques semaines à établir sur la question kurde, un climat de dialogue, qui sonne comme l’ouverture d’une ère nouvelle, et en surmontant les contingences immédiatement tactiques de la situation. En revanche, les deux principales formations de l’opposition (CHP et MHP) semblent pour l’instant piégées, et ne sont pas parvenues à trouver le ton adapté à la situation.
JM


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.